Nous suivre Industrie Pharma

La sécurité pharmaceutique au coeur des débats

ANNE-GAËLLE MOULUN

Sujets relatifs :

, ,

La 46e édition du congrès de la Société française des sciences et techniques pharmaceutiques (SFSTP) a eu lieu, cette année, à La Rochelle, les 11 et 12 juin. L'occasion de traiter un sujet d'actualité qui constitue un enjeu important pour l'industrie de santé : la sécurité pharmaceutique.

Nouveau lieu, nouvelle organisation, mais même credo : « Le congrès de la SFSTP, c'est de la science, de la technique et de la convivialité », résume Danièle Bordi, présidente de la Société française des sciences et techniques pharmaceutiques (SFSTP) depuis 5 ans. Plus de 250 personnes se sont inscrites au congrès, qui s'est tenu pour la première fois dans un nouveau lieu, l'espace Encan à La Rochelle, après des années passées au Corum de Montpellier. La SFSTP a également choisi un format inédit pour l'organisation du congrès. « Nous avons travaillé avec les Echos Events, qui nous ont aidés dans le choix des conférenciers. Tout au long du congrès, l'animation assurée par un médecin, journaliste, spécialiste de l'information et des débats en santé, Philippe Leduc, a été très appréciée », explique Danièle Bordi. Le programme a lui aussi été revisité. « Nous avons organisé plusieurs débats et interviews qui étaient très interactifs », poursuit-elle. Grâce à l'application ConnexMe, les participants pouvaient poser des questions, répondre à des sondages, voire assister à distance à la conférence en téléchargeant les diapositives, s'ils n'avaient pas pu rejoindre le lieu du congrès.

Le thème de cette année, la sécurité pharmaceutique, a été décliné sous toutes ses formes : pharmacovigilance, contrefaçon, ruptures d'approvisionnement, emballages innovants pour prévenir les risques sécuritaires, sérialisation, etc. La SFSTP a également choisi de faire appel à Findus, marque leader des produits surgelés en France, afin d'établir des parallèles entre la gestion de crise dans l'industrie pharmaceutique et dans l'industrie agroalimentaire, lors du scandale des lasagnes à la viande de cheval. « Cela fait des années que le monde pharmaceutique se mobilise pour mettre en place des Bonnes Pratiques et assurer un niveau de sécurité élevé. Mais on peut se demander s'il est suffisant, vu les crises récentes qui ont provoqué une perte de confiance du public », souligne la présidente de la SFSTP. L'Agence nationale de sécurité du médicament et des produits de santé (ANSM), mais aussi l'Ordre des pharmaciens, ont été sollicités pour répondre à ces questionnements. « C'est important que nous puissions partager avec eux des recommandations pour restaurer la confiance des patients », conclut Danièle Bordi. Le prochain congrès de la SFSTP se tiendra à nouveau à La Rochelle, en juin 2015.

Didier Terracol, président de Stratégie Santé« Le congrès permet de rencontrer les décideurs »

« Je participe au congrès de la SFSTP depuis 1979, date à laquelle je suis entré dans l'industrie pharmaceutique. Cette année, pour la seconde fois, je m'y suis rendu en tant qu'exposant, et non en simple spectateur. J'ai repris Stratégie Santé, il y a quatre ans, et mon objectif était de nous faire mieux connaître et d'établir de nouvelles relations avec des partenaires ou clients potentiels. Notre société propose du conseil en affaires réglementaires et en développement pharmaceutique. Le congrès est pour nous un espace de travail, qui permet de rencontrer les vrais acteurs et les décideurs, même s'il semble très convivial et informel. Je pense que c'est l'endroit où l'on noue les meilleures relations car les gens sont plus décontractés, plus ouverts à la discussion et à la réflexion. Nous sommes venus à deux, pendant deux jours, et nous avons pu échanger non seulement avec des personnes que nous connaissions depuis longtemps, mais aussi avec de nouvelles personnes que nous avons rencontrées sur notre stand. Deux d'entre elles nous ont recontactées par la suite pour discuter d'une collaboration. Ce genre de rencontre est donc très précieux et notre présence au congrès a ainsi été largement positivée ! »

Franck Berger, chargé du développement commercial chez SGS Life science services« Un moment privilégié »

« SGS est un partenaire assidu de la SFSTP. La conférence annuelle à laquelle nous participons régulièrement avec un stand est une occasion de rencontrer nos clients et d'échanger, avec d'autres acteurs de notre domaine d'activité, les prestations analytiques. C'est aussi un moment privilégié pour présenter nos services et établir de nouveaux contacts avec de futurs clients. La qualité des intervenants nous permet d'approfondir certains domaines et de se tenir au courant des sujets d'actualité. J'ai beaucoup apprécié le système informatique interactif permettant de prendre des rendez-vous avec les participants. Concernant les points d'amélioration, bien que La Rochelle soit une très belle ville, son accès était plus compliqué pour nous car elle est moins bien desservie que Montpellier. J'ai par ailleurs trouvé que les étudiants avaient pris une grande place cette année, peut-être un peu trop importante. Enfin, je pense que le congrès pourrait traiter de temps en temps de thématiques plus axées sur l'analytique d'une façon générale et sur les modifications réglementaires en cours et leurs conséquences. »

Jean-François Cazaubon, directeur qualité groupe chez Seppic (filiale du groupe Air Liquide santé)« S'ouvrir au monde extérieur »

« Lors de ce congrès, j'ai particulièrement apprécié le traitement d'un sujet d'actualité, la sécurité du médicament, mais sous un autre éclairage, celui de la crise de la viande de cheval. C'était inattendu de voir notre industrie pharmaceutique s'ouvrir au monde extérieur avec des problématiques qui, finalement, sont les mêmes. L'intervenant de chez Findus nous a expliqué la façon dont ils ont dû gérer cet événement. C'était très intéressant de se rendre compte de l'importance de la déflagration médiatique, qui prend de l'ampleur alors que personne n'est en danger, et surtout pas au niveau de la santé. On peut mettre en parallèle cette crise avec d'autres, qui ont touché au médicament, que ce soit l'affaire Médiator ou celle du Gardasil, par exemple. On se rend compte que, même si on ne fait pas que du médicament, on peut être concerné par ce genre de crise. J'ai également apprécié que nous soyons moins nombreux au congrès pour cause de grève de transport, ce qui donnait un petit côté « famille » à l'événement. J'ai trouvé cela agréable car le contexte était plus propice à l'échange et à la discussion que s'il y avait eu davantage de participants. »

Boris Adam, pharmacien adjoint de production à la Pharmacie centrale des Armées« On joint l'utile à l'agréable »

« Ce congrès était pour moi une grande première ! Le lieu retenu, l'espace Encan, sur les quais du vieux port de la Rochelle, était magnifique et très pratique pour son accès piéton depuis le coeur de la ville. Durant le congrès, j'ai pu apprécier le séquençage et la variété des interventions, en particulier la remarquable introduction du Professeur Claude Huriet, le face-à-face sur la crise alimentaire de la viande de cheval par Findus, le débat sur la contrefaçon et la falsification et bien d'autres conférences ! J'ai aussi aimé l'interactivité des débats avec l'application ConnexMe. Par ailleurs, j'ai participé à l'atelier « problématique de la maîtrise de la qualité de fourniture des matières premières à usage pharmaceutique ». C'était très intéressant et le nombre restreint de participants permettait de poser nos questions facilement. Enfin, la soirée de gala animée par les Coqs en Pâte était très sympa. On joint l'utile à l'agréable ! C'était un congrès vraiment très appréciable. »

Mylène Moinereau, présidente d'Odapolpharma« J'ai été agréablement surprise »

« Je me rends régulièrement au congrès depuis 4 ou 5 ans, mais j'avais décidé de ne pas y participer cette année car le sujet ne m'intéressait pas. J'y suis finalement allée, plus intéressée par la ville de La Rochelle que par le congrès pour être très honnête... Et finalement, j'ai été très agréablement surprise. En effet, je ne m'imaginais pas à quel point le problème des contrefaçons avait pris une telle ampleur. Le contenu du congrès m'a ouvert l'esprit sur les aspects logistiques de livraison des médicaments, grâce à des intervenants venant d'autres horizons. C'était très intéressant de s'ouvrir à d'autres expériences et de ne pas toujours rester dans le « sacro-saint » milieu pharmaceutique. J'ai notamment assisté à une conférence où l'intervenant, Christophe Zimmermann, de l'Organisation mondiale des douanes, nous parlait de son expérience de contrôle à réception des containers dans les ports du monde entier. Il expliquait la problématique du nombre d'échantillons contrôlés, très faible, du manque de moyens, etc. Il abordait les problématiques de terrain au jour le jour avec beaucoup d'humour et en bouleversant les idées « technocrates ». Par ailleurs, La Rochelle est un très beau lieu, qui changeait un peu de Montpellier. J'ai simplement regretté que les ateliers soient tenus dans la grande salle, trop bruyante, par rapport aux petites salles séparées dont nous avions l'habitude. »

Bienvenue !

Vous êtes inscrit à la news Industrie Pharma

Nous vous recommandons

Le gouvernement américain injecte 354 M$ pour retrouver son indépendance sanitaire

Le gouvernement américain injecte 354 M$ pour retrouver son indépendance sanitaire

L’indépendance sanitaire est un sujet phare aux Etats-Unis. Elle entre dans le cadre de la stratégie America First du président Donald Trump. A ce titre, la société publique de fabrication de[…]

19/05/2020 | CoronavirusCovid-19
Nouvelles recommandations de l'ANSM pour les médicaments à base d'argile

Nouvelles recommandations de l'ANSM pour les médicaments à base d'argile

Scott Gottlieb, le n°1 de la FDA démissionne

Scott Gottlieb, le n°1 de la FDA démissionne

Les Philippines poursuivent Sanofi pour le Dengvaxia

Les Philippines poursuivent Sanofi pour le Dengvaxia

Plus d'articles