Nous suivre Industrie Pharma

La ressource humaine comme pilier du site de production

À TOURS, NICOLAS VIUDEZ

Les PPP ont positionné la ressource humaine, sa motivation et sa performance, au coeur de conférences plénières et d'ateliers de réflexion destinés à améliorer la production industrielle.

Les 12es printemps de la production pharmaceutique se sont tenus, jeudi 27 avril, au centre international des congrès Vinci de Tours. Devant une salle bien remplie, Franck Viljin, président du Grépic (Groupement industrie pharmaceutique région Centre), a tenu à rappeler lors de son discours inaugural les enjeux cruciaux liés à la performance industrielle. « Nous sommes dans un environnement économique difficile avec des contraintes réglementaires strictes, compliquées et coûteuses à appliquer. Un niveau d'exigence en constante augmentation de nos clients, patients, dirigeants, qui nous demandent de produire plus, plus vite et moins cher ». Un constat qui appelle à une performance industrielle toujours à la pointe pour relever ces différents challenges. Arnaud Gobet, président du groupe Innothéra, spécialisé dans le textile médical était amené à porter sa réflexion autour de la question : « Le site industriel : intendance ou élément clé de la stratégie d'entreprise ? » Comparant le site industriel à un ensemble coeur-poumons-foie, il a appelé à anticiper les besoins futurs de l'usine en se posant la question : « comment dois-je penser mon site de production pour qu'il puisse produire ce qu'il doit produire demain ? » Une matinée inaugurale rythmée par la présence attendue d'Edgar Grospiron, ancien médaillé d'or de ski de bosses aux JO d'Albertville en 1992, désormais reconverti comme conférencier. L'ancien champion, qui a séduit par son accessibilité et sa décontraction, a livré quelques enseignements tirés de son expérience de sportif de haut niveau, lors d'une conférence qui avait pour thème : « la motivation, clé de la performance ». Le natif du Jura a ainsi confié sa propre définition de la motivation : « La motivation est une énergie, elle se cultive, s'entretient dans le temps et se transmet ». Au cours de cette conférence riche en anecdotes, l'ancien champion n'a ainsi cessé de tisser des liens entre ses expériences de champion et le monde de l'entreprise : « La performance, c'est un minimum d'efforts pour un maximum de résultats », avant de poursuivre sur le management : « manager, c'est créer les conditions pour qu'un salarié trouve les conditions de sa propre motivation. ». Edgar Grospiron a, par ailleurs, souligné que « ce qui donne la puissance à un management, c'est le savoir-être et la compétence managériale. Créer un environnement qui stimule la motivation des gens et pas la prendre en charge. » Une conférence qui a également abordé le thème de la fameuse génération Y, réputée compliquée à manager : « Les jeunes veulent vivre des choses, ils mettent le faire au service de ce qu'ils veulent vivre. Leur volonté de se construire et d'être autonome est forte », a rappelé Edgar Grospiron. Des réflexions qui ont ouvert des portes et infusé tout au long de la journée, au travers des différents ateliers organisés par l'IMT de Tours (Institut des métiers et technologies de l'industrie pharmaceutique et cosmétique) et le Grepic, à l'initiative de l'événement.

 

La formation pour développer la performance industrielle

 

L'un des ateliers, qui avait pour thème : performance des hommes, des équipements et des processus, a été l'occasion de présenter le premier Institut de la performance pour les managers de l'industrie (Institute of Management for Performance Success (IMPS)) issu d'un partenariat entre les laboratoires Servier et l'IMT. L'originalité du dispositif tient à son format et à la méthode d'apprentissage utilisée : il s'agit d'un « team building » international de trois jours organisé sous un format « Boot Camp », dans un véritable environnement de production reconstitué au sein d'une usine modèle située dans les locaux de l'IMT de Tours, comprenant une véritable ligne de remplissage et qui s'appuie sur la méthode du « Learning by doing ». Hervé Galtaud, directeur général de l'IMT, précise l'objectif poursuivi par ce dispositif : « L'idée est de plonger les gens dans leur quotidien et de pouvoir capitaliser et rapatrier très rapidement la formation lors du retour en entreprise ». Les collaborateurs formés sont amenés à trouver des solutions par eux-mêmes et à devenir acteurs du changement. « Pendant trois jours et à travers 18 modules de formation, les managers de l'industrie apprennent à analyser leur activité avec un oeil neuf, à se fixer des objectifs ambitieux, en se disant simplement que « c'est possible ». Les retours sont excellents : efficacité, envie, énergie positive, apprendre en faisant, pragmatisme... », explique Laurent Dray, directeur de la performance industrielle pour Servier. De février à avril 2017, les équipes managériales d'Arklow (Irlande), Bolbec et Gidy (France), Anpharm (Pologne), Nouasseur (Maroc) et Madrid (Espagne), soit 80 managers de Servier au total, ont déjà participé à ces « Boot camps ». L'occasion de constater que, quelles que soient les cultures, les moteurs de motivation des hommes sont les mêmes dans tous les pays.

Bienvenue !

Vous êtes inscrit à la news Industrie Pharma

Nous vous recommandons

Ipsen va supprimer 33 postes à Dreux

Ipsen va supprimer 33 postes à Dreux

Pour pallier la baisse des ventes des produits de sa division Santé familiale, le laboratoire français va supprimer un peu mois de 10 % des effectifs de son site situé à Dreux en Eure-et-Loir. Face à la[…]

01/12/2020 | SocialActus Labo
Neurologie : Biogen s’allie à Sage Therapeutics

Neurologie : Biogen s’allie à Sage Therapeutics

En bref :  Medesis Pharma, Transgene, Pierre Fabre, Poxel

En bref : Medesis Pharma, Transgene, Pierre Fabre, Poxel

Thérapie génique : Lilly s’associe à Precision BioSciences

Thérapie génique : Lilly s’associe à Precision BioSciences

Plus d'articles