Nous suivre Industrie Pharma

La production doit se revigorer

Sujets relatifs :

, ,
La production doit se revigorer

Sylvie Latieule Rédactrice en chef

C'est une manifestation « stimulante » pour la production pharmaceutique française qui s'est tenue le 6 mai dernier, à Tours. Environ 150 professionnels de la pharmacie étaient réunis dans le cadre de la 5e édition des Printemps de la Production Pharmaceutique (PPP). Organisée par l'IMT, centre de formation spécialisé dans les industries de santé, et par le Grepic qui fédère 45 établissements pharmaceutiques de la région Centre (10 000 emplois), cette manifestation commence à prendre de l'ampleur et elle ne s'arrêtera probablement pas là. D'une part, parce que le couple organisateur a décidé de se renforcer en signant un nouvel accord-cadre pour les cinq années à venir. Et d'autre part, parce que le Grepic, sous l'impulsion de son nouveau président, Xavier Monjanel, également président des Laboratoires Chemineau, est en train de se redynamiser.

Les PPP doivent aussi leur succès à leur ouverture sur les autres grandes régions pharmaceutiques françaises. Ainsi, l'Afipral qui regroupe des industriels de la région Rhône-Alpes et le Gipso, pour le Sud-Ouest, figuraient non seulement sur la liste des invités, mais ils étaient aux commandes de deux ateliers. En 2011, la 6e édition des PPP se tiendra d'ailleurs à Lyon.

Si ces PPP ont donné une bouffée d'oxygène à la production pharmaceutique, c'est parce qu'ils étaient placés sous le thème de l'innovation. Une façon de montrer que dans la pharmacie, il n'y a pas que l'innovation thérapeutique qui compte. L'innovation existe aussi au niveau industriel !

Sébastien Aguettant, invité à s'exprimer en tant que président de la commission des Affaires industrielles du Leem, n'a pas démérité dans sa mise en valeur de la fonction industrielle. Dans sa conférence d'ouverture, il a rappelé le rôle essentiel de la production industrielle pour arriver à fixer des activités de R&D dans un pays. Également président des Laboratoires Delpharm, il a invité ses homologues dans la salle à ne pas perdre le match de la production, notamment dans le domaine des génériques. « D'ici à 2015, le marché des génériques va passer de 2 à 4 milliards d'euros. Des productions vont changer de mains. Il s'agit de ne pas les laisser partir à l'étranger », a expliqué Sébastien Aguettant. « La pharmacie a une chance immense. C'est un secteur qui fait preuve d'une inertie à nulle autre pareille. Elle découvre la question de la délocalisation de la production avec 20 ans de retard. Ceci nous permet de tirer expérience de ce que les autres secteurs ont connu et d'éviter les écueils », a-t-il ajouté.

Il y a quelques mois, Sébastien Aguettant n'aurait peut-être pas tenu un discours aussi revigorant. Mais fin 2009, le CSIS (Conseil stratégique des industries de santé) a pu se réunir une fois de plus sous l'égide du président de la République. Puis, il y a eu les États généraux de l'Industrie avec un chapitre consacré à la santé. Par ce biais, les pouvoirs publics ont clairement apporté leur soutien à la filière santé, en particulier à la production, avec quelques mesures phares comme l'aménagement de la clause Bolar, le soutien à la bioproduction ou des mesures en matière de formation. Cela ne veut pas dire que les industriels ne devront pas se battre. Leur challenge est de sauver des productions et des emplois, pour confirmer la France dans sa position de n°1 européen de la production pharmaceutique. Position qui a doucement tendance à s'éroder.

 

D'ici à 2015, le marché des génériques va doubler. Il s'agit de ne pas laisser partir les productions à l'étranger.

Bienvenue !

Vous êtes inscrit à la news Industrie Pharma

Nous vous recommandons

[Edito Covid-19] : Ce que nous dit la pénurie de curare

[Edito Covid-19] : Ce que nous dit la pénurie de curare

Beaucoup d'entre nous associent le curare à cette drogue utilisée par les chasseurs d'Amazonie pour enduire les flèches de leurs sarbacanes et tuer leurs gibiers. Cette pratique ancestrale avait fini par donner[…]

Edito : La subtile stratégie de Sanofi

Edito : La subtile stratégie de Sanofi

Edito : Bad buzz pour le Zolgensma de Novartis

Edito : Bad buzz pour le Zolgensma de Novartis

Edito : La data entre menaces et opportunités

Edito : La data entre menaces et opportunités

Plus d'articles