Nous suivre Industrie Pharma

La potasse en plein clash

Julien Cottineau

Sujets relatifs :

,
Soyez le premier à réagir

Soyez le premier à réagir

Mais le patron d'Uralkali, le géant russe de la potasse, a finalement été interpellé au lieu d'embarquer à l'aéroport de Minsk, lundi 26 août. Cette incroyable arrestation marque la dernière péripétie d'un conflit entre Uralkali et son concurrent du Belarus, Belaruskali. Conflit qui a provoqué un séisme sur le marché mondial de la potasse, entre panique et pertes financières colossales. Sans parler d'inquiétudes majeures sur les niveaux de rentabilité et le remodelage hautement probable du marché.

« Une probable chute de 400 $ à 300 $ la tonne de potasse »Retour en arrière. Le 30 juillet, Uralkali annonçait son retrait unilatéral de la coentreprise Belarusian Potash Company (BPC), qu'il détenait à parts égales avec son homologue du Belarus, et qui servait de plateforme d'exportation pour la totalité de leurs productions de potasse, BPC représentant plus de 43 % des exportations mondiales. Seulement voilà, Uralkali était irrité depuis fin 2012, accusant le gouvernement local d'avoir autorisé Belaruskali à vendre des productions hors de BPC. Irritation qui s'est transformée en décision drastique : la sortie inattendue d'Uralkali de BPC. Une sortie avec fracas. Vladislav Baumgertner a alors indiqué publiquement qu'avec la fin de cette collaboration archi-dominatrice sur le continent, les baisses de prix seraient inéluctables, pronostiquant une probable chute de 400 $ à 300 $ la tonne de potasse ! Et qu'il fallait donc s'attendre à une consolidation du marché en raison de la déstabilisation probable des petits acteurs. Uralkali annonçait simultanément relancer à plein régime ses usines de production, misant désormais sur les volumes plutôt que sur des prix forts. Les réactions des investisseurs ont été immédiates. Le cours de l'action du géant russe a dévissé dans la foulée. Mais cette dégringolade a percuté de plein fouet ses concurrents. En Europe, l'Allemand K+S affronte depuis une véritable tempête. Début août, il avait perdu 2 Mrds € de capitalisation boursière et sa place dans le Dax à la Bourse de Francfort est aujourd'hui sur la sellette. Outre-Atlantique, Agrium, Mosaic et PotashCorp, enregistraient des réductions combinées de capitalisation boursière de 12 Mrds $, selon ICIS ! Ces trois géants nord-américains de la potasse sont regroupés dans une société, Canpotex, qui mutualise comme BPC leurs exportations. A eux deux, Canpotex et BPC comptaient, jusqu'au retrait d'Uralkali, pour 70 % des échanges mondiaux du secteur, rapporte l'AFP. De quoi équilibrer, contrôler les prix et assurer la stabilité du marché mondial, tout en garantissant des marges fortes. Une situation désormais moins tenable.

De son côté, Belaruskali ne digère pas la pilule. D'une part, il accuse Uralkali de manœuvrer pour l'affaiblir d'abord, pour l'absorber ensuite. D'autre part, il accuse Vladislav Baumgertner d'avoir profité de BPC pour avantager Uralkali, et d'en avoir aussi tiré profit personnel. Trois autres dirigeants sont également visés par ces accusations qui valent au patron d'Uralkali d'être détenu au Belarus et d'encourir jusqu'à 10 ans de prison ! De quoi passablement crisper Moscou, qui brandit la menace de tensions diplomatiques. Menaces qui ne sont pas encore concrètes. Même si, fortuitement, la Russie a annoncé, le 28 août, des travaux de maintenance très urgents et très soudains pour l'oléoduc Droujba qui alimente le Bélarus en pétrole russe. Des réductions de 400 000 tonnes en septembre sont déjà entrevues...

Bienvenue !

Vous êtes inscrit à la news Industrie Pharma

Nous vous recommandons

Le droit à la substitution fête ses 20 ans

Le droit à la substitution fête ses 20 ans

On n’a pas tous les jours vingt ans. Le 12 juin 1999 marque l’adoption du droit à la substitution. La possibilité pour les pharmaciens de remplacer un médicament princeps par son générique. Pour[…]

21/06/2019 | GénériquesEdito Hebdo
Pharma : un besoin de stratégie nationale

Pharma : un besoin de stratégie nationale

Une pharmacie toujours en mouvement

Une pharmacie toujours en mouvement

La fusion Pfizer/Allergan tombe à l'eau

La fusion Pfizer/Allergan tombe à l'eau

Plus d'articles