Nous suivre Industrie Pharma

La pharma ne cèdera pas à la fatalité

Aurélie Dureuil

Sujets relatifs :

, ,

Passage sous la barre des 100 000 salariés, multiplication des plans de restructuration, entrée en récession du marché du médicament, le bilan de l'année 2013 dressé par le Leem n'est guère réjouissant pour l'industrie pharmaceutique en France.

Pour ses premiers vœux à la tête de l'organisation professionnelle, Patrick Errard a voulu tirer la sonnette d'alarme face à ces « signes de décrochage ». L'année 2013 a été marquée par l'annonce de plusieurs plans de restructuration. Beaucoup ont concerné les fonctions de visiteurs médicaux et fonctions support, tendance engagée depuis plusieurs années. Citons notamment les 271 salariés concernés par un plan de sauvegarde de l'emploi chez GSK France et en fin d'année, les annonces de Pfizer et Janssen visant respectivement 183 et 176 postes. Une tendance plus récente a émergé avec la R&D et la production, également touchées. Ainsi, le feuilleton Sanofi débuté en 2012 et concernant la suppression de plus de 900 postes s'est poursuivi jusqu'en octobre dernier. Du côté de la production, ce sont plus de 100 salariés de deux usines françaises de l'Américain Merck qui sont concernés par des suppressions de postes. Un troisième site français pourrait être vendu. Les PME de biotechnologies sont également touchées, avec l'annonce en fin d'année d'une « vaste restructuration » chez Cellectis. Au total, une étude du Leem publiée en fin d'année prévoit une baisse de 2,1 % des effectifs en 2013 pour s'établir à 98 800 employés. « En 2013, nous sommes au niveau de 2004. Il s'agit d'une vraie régression en termes d'emploi », a déploré Frédéric Soubeyrand, président de la commission sociale du Leem. Du côté de la production, l'emploi chuterait, lui, de 1,1 % par rapport à 2012.

Le chiffre d'affaires des entreprises du médicament a également poursuivi sa décroissance en 2013. Après l'entrée en récession du marché du médicament de ville remboursable un an plus tôt, la tendance s'est confirmée l'an passé. Patrick Errard cite un recul de 2,5 % du chiffre d'affaires du médicament remboursable en ville à fin novembre, segment qui a pâti des choix inscrits dans la Loi de financement de la Sécurité sociale, et notamment des déremboursements et prélèvements conséquents. Les effets du Conseil stratégique des industries de santé (Csis) et du Conseil stratégique de filière (CSF) qui enthousiasmaient les acteurs de l'industrie pharmaceutique en juillet dernier semblent aujourd'hui bien loin. A l'occasion des vœux du Leem, Patrick Errard a néanmoins voulu combattre « la fatalité ». « Nous ne voulons plus être traités comme un problème mais comme une solution », a-t-il martelé. Et le président du Leem entend « convaincre » ! Les entreprises du médicament représentent « un levier macroéconomique majeur », selon Patrick Errard. Il ajoute « qu'il existe un vrai label de qualité, en particulier en France, tant dans la recherche que dans la production et qu'il convient d'en payer le juste prix ». Il plaide ainsi pour « une programmation pluriannuelle des dépenses de médicaments ». Exit donc les discussions chaque année autour du PLFSS et de ses mesures de régulation pour un contrat qui donnerait plus de visibilité aux entreprises « pour plaider dans de meilleures conditions l'attractivité du territoire auprès de nos sièges internationaux », selon le président du Leem. Reste à savoir si Marisol Touraine, ministre de la Santé, répondra à ces souhaits, cette semaine, à l'occasion de ses vœux à la presse.

 

« Nous ne voulons plus être traités comme un problème mais comme une solution »

 

Bienvenue !

Vous êtes inscrit à la news Industrie Pharma

Nous vous recommandons

Le droit à la substitution fête ses 20 ans

Le droit à la substitution fête ses 20 ans

On n’a pas tous les jours vingt ans. Le 12 juin 1999 marque l’adoption du droit à la substitution. La possibilité pour les pharmaciens de remplacer un médicament princeps par son générique. Pour[…]

21/06/2019 | GénériquesEdito Hebdo
Pharma : un besoin de stratégie nationale

Pharma : un besoin de stratégie nationale

Une pharmacie toujours en mouvement

Une pharmacie toujours en mouvement

La fusion Pfizer/Allergan tombe à l'eau

La fusion Pfizer/Allergan tombe à l'eau

Plus d'articles