Nous suivre Industrie Pharma

La maigreur causée par un excès de gènes

Dinhill On

Sujets relatifs :

, ,
La maigreur causée  par un excès de gènes

Les chercheurs ont analysé l'ensemble du génome en utilisant des puces à ADN.

© © Inserm Patrice Latron

Une collaboration internationale de chercheurs vient de démontrer une cause génétique de la maigreur pathologique chez l'homme. L'équipe de recherche a utilisé une méthode originale, qui pourrait s'appliquer pour d'autres pathologies.

Si les personnes atteintes de maigreur extrême sont multi-carencées, elles ne manquent pas de matériel génétique sur leur chromosome 16. C'est ce que révèle l'étude franco-anglo-suisse menée par le laboratoire CNRS Génomique et maladies métaboliques de l'institut Pasteur de Lille. En effet, cette équipe a découvert que les individus possédant trois copies de cette région présentent une maigreur extrême, avec un indice de masse corporelle (IMC) inférieur à 18,5. « Cette région instable du chromosome 16 possède également des gènes influant sur la taille du cerveau, et sur les maladies telles que l'autisme et la schizophrénie », précise Philippe Froguel, directeur du laboratoire Génomique et maladies métaboliques. Au sein de la population générale, seule une personne sur 2 000 possède cette duplication de gènes sur le bras court du chromosome 16, possédant trois copies au lieu des deux habituellement transmises par chacun des deux parents. « Il s'agit de la première cause génétique de maigreur pathologique que les scientifiques ont pu identifier », affirme Philippe Froguel.

Une stratégie « inverse » à l'épidémiologie

 

Cette découverte est partie d'une précédente étude de quatre mois effectuée en 2010 sur l'hérédité de l'obésité, selon un raisonnement bien précis. « Nous avions décidé de partir des phénotypes (ndlr : ensemble des caractères observables) les plus extrêmes afin de bien les étudier et de déterminer un possible lien de causalité entre le génotype et la maladie », souligne Philippe Froguel. Avant d'ajouter : « Nous pensons que le fait de se baser sur l'épidémiologie pour déterminer les causes d'une maladie est une erreur car elle se focalise sur les gens bien portants. Or, il faut s'intéresser aux personnes malades ». Après avoir sélectionné les phénotypes d'intérêt, les chercheurs ont effectué une analyse de l'ensemble du génome via l'utilisation des puces à ADN, qui permettent d'étudier simultanément des centaines de milliers de fragments d'ADN et ainsi d'observer les polymorphismes au sein de la population. Grâce à cette méthodologie, les chercheurs ont pu établir que le fait de perdre une copie de cette région du chromosome 16 (soit une personne sur 2 500) pouvait expliquer 1 % des obésités sévères. « Après avoir constaté ces résultats, nous nous sommes demandé si le fait d'avoir une duplication de cette région pouvait engendrer un autre phénotype », indique Philippe Froguel. Les chercheurs ont donc effectué une étude durant neuf mois, dont le but était de rechercher la mutation en question chez 100 personnes. Après avoir étudié le génome de chacune d'entre elles, il s'avère que cette anomalie génétique était présente chez 138 individus. Elle était transmise par les parents chez deux tiers d'entre eux, tandis que pour le tiers restant, elle résultait d'une mutation spontanée. Cependant, les mécanismes exacts engendrés par cette anomalie génétique ne sont pas encore connus et restent à déterminer. « Nous supposons que cette duplication génétique augmente la sensation de satiété », précise Philippe Froguel.

Cette découverte démontre que la génétique constitue un moyen intéressant d'établir des causes et des facteurs d'une maladie. Pour illustration, le laboratoire dirigé par Philippe Froguel travaille actuellement sur des récepteurs aux substances agissant sur le métabolisme et sur les rythmes biologiques. Concernant la méthode « inverse » pour établir les liens de causalité entre une maladie et les gènes, elle pourrait être étendue à d'autres types de pathologie. « Cette stratégie inversée pourrait s'appliquer à l'étude de maladies neuro-dégénératives, le Sida ou encore le cancer », souligne Philippe Froguel. Dans l'immédiat, les résultats des recherches de l'équipe Génomique et maladies métaboliques ne donneront pas de thérapies mais pourront probablement servir à leur mise au point. « Nos recherches se situent soit très en amont, soit très en aval pour les tests. Pour l'industrie pharmaceutique, nos travaux pourraient permettre de déterminer des marqueurs génétiques aidant à prédire l'efficacité d'un médicament », indique Philippe Froguel. Mais étant donné l'importance de l'environnement pour les maladies métaboliques, l'étude incite le secteur de la pharmacie à s'interroger sur la nécessité de s'orienter vers une thérapie plus personnalisée.

Bienvenue !

Vous êtes inscrit à la news Industrie Pharma

Nous vous recommandons

Un gel fait passer la culture de neurones à la 3D

Un gel fait passer la culture de neurones à la 3D

Une équipe du CNRS et de l'Inserm a développé un gel facilitant la culture cellulaire des neurones. Une découverte qui pourrait ouvrir de nouvelles voies de recherche, jusqu'à présent[…]

09/07/2018 | NeurologieCellules souches
La start-up qui veut réparer l'oreille cassée

La start-up qui veut réparer l'oreille cassée

Au coeur des sites d'Amgen en Nouvelle-Angleterre

Au coeur des sites d'Amgen en Nouvelle-Angleterre

Comment un simple polymère aide à réparer le vivant

Comment un simple polymère aide à réparer le vivant

Plus d'articles