Nous suivre Industrie Pharma

La France reléguée à la 8e place en 2020

Audrey Fréel

Sujets relatifs :

, ,

Le cabinet de conseil IMS Health a publié, comme chaque année, son bilan de l'année écoulée sur le marché pharmaceutique mondial et français et a donné ses perspectives pour 2020.

De cinquième mondial, l'Hexagone devrait dégringoler à la huitième position à l'horizon 2020 sur le marché pharmaceutique. C'est ce que prévoit le cabinet de conseil IMS Health, qui vient de publier les résultats de son étude annuelle Intelligence.360. Au cours des prochaines années, IMS Health prédit une croissance quasi nulle en France, sur un marché mondial en pleine croissance. D'ici à quatre ans, le pays devrait donc se faire doubler par le Brésil, le Royaume-Uni et l'Italie. En 2015, le marché français pharmaceutique de ville a atteint 19,5 milliards d'euros, en recul de 0,87 %, en raison de fortes baisses de prix (- 675 M€). « En l'espace de quelques années, le marché a fondamentalement changé, désormais caractérisé par une dynamique permanente de prix à la baisse », a souligné Stéphane Sclison, le directeur de la stratégie d'IMS Health France. Le marché de l'automédication a affiché une légère progression (+ 1 %) l'an dernier. De son côté, la substitution générique est restée à un niveau élevé mais n'a pas progressé. Mais le plan de relance des génériques lancé par le gouvernement en 2015 pourrait changer la donne. « De son côté, le marché hospitalier a retrouvé un rythme de croissance de + 2 à + 3% en valeur, à prix catalogue », a détaillé le cabinet de conseil. Sans surprise, IMS Health prévoit que le marché français devrait rester morose en 2016. « La tendance actuelle devrait se poursuivre. Des innovations coûteuses vont arriver sur le marché, notamment en oncologie, mais sur des populations cibles relativement faibles ; l'effet macroéconomique sera donc limité », a estimé Claude Le Pen, professeur d'économie de la santé et consultant chez IMS Health. Au niveau de la législation, des évolutions sont attendues dès cette année. Certaines dispositions de la loi de modernisation du système de santé, promulguée en janvier 2016, concernent le médicament. L'accès aux données de l'assurance-maladie va notamment permettre aux laboratoires de réaliser des études en vie réelle. « À terme, le poids de l'évaluation des médicaments après leur commercialisation va sensiblement augmenter. De nouvelles pratiques de régulation vont se développer, en particulier les contrats à la performance ou les prix et remboursement provisoires, évoluant en fonction des prescriptions et des comportements observés en vie réelle », a expliqué Claude Le Pen. Un nouvel accord-cadre a aussi été signé en janvier 2016 entre le Leem et le Comité économique des produits de santé (CEPS).

 

+ 350 Mrds $ au niveau mondial en 2020

 

La France représente un cas plutôt isolé dans la sphère pharmaceutique mondiale, qui affiche une progression dynamique de ses ventes. En 2015, le chiffre d'affaires du marché pharmaceutique mondial a atteint 1 069 Mrds $ (+ 8,9 % par rapport à 2014). « D'ici à 2020, il devrait s'accroître de 350 Mrds $, soit quasiment le double de la croissance observée sur les cinq dernières années, du fait de l'introduction de nouveaux produits de marque dans les pays matures », a détaillé Vincent Bildstein, le président d'IMS Health. La croissance en volume restera essentiellement tirée par les pays émergents, même s'ils ne sont « plus l'eldorado de ces dernières années pour les groupes pharmaceutiques », selon Vincent Bildstein. En 2020, les États-Unis devraient toujours dominer, de très loin, le marché, avec 41 % des parts. Ils seront suivis par le top 5 européen (Allemagne, Royaume-Uni, France, Italie et Espagne), avec 13 % des parts, et la Chine, avec 11 % des parts. Au niveau des classes thérapeutiques, les maladies transmissibles (HIV, hépatite, etc.) pèseront pour 15 % du marché mondial, l'oncologie pour 11 % et le diabète pour 10 %. Le marché restera confronté aux pertes de brevets, avec environ 190 Mrds $ de chiffre d'affaires impactés dans les cinq ans à venir. Pour contrebalancer, le secteur pourra compter sur les innovations, qui constitueront plus que jamais le fer de lance de la croissance, avec 225 nouvelles molécules attendues entre 2016 et 2020, contre 184 entre 2011 et 2015.

 

 

 

Bienvenue !

Vous êtes inscrit à la news Industrie Pharma

Nous vous recommandons

Plus d’un million d’euros d’indemnisation pour une victime de la Dépakine

Plus d’un million d’euros d’indemnisation pour une victime de la Dépakine

Un jeune homme, victime de la Dépakine a été indemnisé à hauteur d’ 1,3 millions d’euros (1 326 721 euros précisément), a révélé le journal Le[…]

Edito : Ces inquiétantes ruptures de médicaments

Edito : Ces inquiétantes ruptures de médicaments

L'homéopathie dans la tourmente

L'homéopathie dans la tourmente

Tensions sur les stocks de certains corticoïdes

Tensions sur les stocks de certains corticoïdes

Plus d'articles