Nous suivre Industrie Pharma

La fluorescence pour des tests rapides

Aurélie Dureuil
La fluorescence pour des tests rapides

Le Milliflex Quantum ferait gagner 3 à 4 jours sur le temps d'incubation.

© © Millipore

MILLIPORE PROPOSE UN SYSTÈME POUR LA DÉTECTION DE MICROORGANISMES, QUI REPOSE SUR UN TEMPS D'INCUBATION RÉDUIT.

Commercialisé depuis le 1er mars, le système Milliflex Quantum de Millipore utilise la fluorescence pour effectuer un contrôle microbiologique « rapide ». « Les premières étapes sont les mêmes que pour un contrôle microbiologique classique. Les industriels effectuent une filtration sur membrane puis mettent cette membrane à incuber », indique Gilles Aubut, chef de produit du Milliflex Quantum chez Millipore. La première différence réside dans le temps d'incubation. « Alors que pour les techniques traditionnelles, cette étape dure 5 à 7 jours, nous proposons de la réduire à 24- 48 heures. Cette durée doit cependant être déterminée lors d'une étude effectuée avec le client en prenant en compte le type de microorganismes susceptibles d'être présents, l'environnement et le produit testé », précise-t-il. A l'issue de ce temps, l'incubation est arrêtée, la membrane déconnectée du milieu de culture. Les réactifs de fluorescence liquides sont alors appliqués sur un pad en cellulose, qui est mis en contact avec la membrane, sous une hotte à flux laminaire. A cette étape, apparaît une des spécificités de la technologie de Millipore. La composition de réactifs est brevetée. « Les microorganismes viables et cultivables absorbent le substrat non-fluorescent par leur membrane cellulaire. Ce marqueur de viabilité est alors clivé lors d'une réaction enzymatique libérant les fluorochromes qui s'accumulent naturellement dans les microorganismes et amplifient le signal. C'est ce que nous détectons ensuite ! », note Gilles Aubut. Ces réactifs fonctionnent ainsi pour tous types de contaminants (spores, bactéries, levures et moisissures, etc.).

Le temps de contact entre la membrane et le pad en cellulose est d'environ 30 minutes. « Par ailleurs, les conditions sont les mêmes que pour des méthodes classiques. Ainsi, il suffit de replacer l'ensemble dans un incubateur à 32,5 °C. Ensuite, la lecture se fait à température ambiante et sans que l'opérateur n'ait besoin de se placer sous une hotte à flux laminaire », détaille Gilles Aubut. Pour cette étape, le lecteur Milliflex Quantum expose la membrane à une lumière et une longueur d'onde spécifiques qui révèlent les microorganismes marqués au préalable en fluorescence. « Les colonies ne sont pas suffisamment grosses pour être visibles à l'œil nu », précise le chef de produit. Cet appareil compact peut être utilisé seul, « dans ce cas, on regarde directement à travers une fenêtre de lecture », ou avec la caméra fournie par Millipore. « Elle permet de visionner la fluorescence sur un PC et de conserver une traçabilité des échantillons analysés », explique Gilles Aubut. Millipore commercialise un ensemble composé du lecteur, de la caméra et de l'outil de marquage.

Une détection non destructive

Si le tarif affiché est de 20 000 e, le chef de produit rappelle que « ce système augmente de 1 à 2 e le coût par rapport aux tests traditionnels, mais l'utilisateur peut gagner 3 à 4 jours sur le temps d'incubation classique. En outre, ce système est non destructif ». Ainsi pour du screening, le marquage par fluorescence peut être fait une première fois pour vérifier la présence de microorganismes, puis la membrane peut être incubée à nouveau. « Aujourd'hui, la plupart des systèmes sont destructifs, ce qui implique des difficultés pour la mise en place d'actions correctives pour limiter les contaminations. Avec notre système, l'industriel peut constater qu'il y a une contamination et poursuivre l'incubation pour récupérer et identifier les microorganismes. Il peut ainsi déterminer l'origine du contaminant pour mettre en place les actions correctives/préventives appropriées et nécessaires », souligne Gilles Aubut.

Le lancement du système Milliflex Quantum sur le marché français marque la volonté du fournisseur d'équipements pour le secteur biopharmaceutique de se positionner sur le marché de la microbiologie rapide. Ce système sera en effet proposé pour le contrôle des matières premières, de l'eau, du produit fini, de l'environnement de production et pour les contrôles in-process. « Sur le marché du contrôle microbiologique, nous observons un intérêt croissant de nos clients pour les tests rapides », indique Gilles Au but qui confirme la stratégie du groupe « d'être de plus en plus présent et novateur sur ce marché ».


Bienvenue !

Vous êtes inscrit à la news Industrie Pharma

Nous vous recommandons

Une enrobeuse flexible

Une enrobeuse flexible

Syntegon dévoile sa nouvelle série d'enrobeuse Sepion. L'équipement permet l'enrobage des comprimés avec une manipulation fermée des matériaux pendant le remplissage,[…]

Un broyeur rapide

Un broyeur rapide

Un service de mesure de l'humidité sur cloud

Un service de mesure de l'humidité sur cloud

Un transmetteur de pression compact

Un transmetteur de pression compact

Plus d'articles