Nous suivre Industrie Pharma

La Cour des comptes déplore une consommation « exceptionnellement forte » des médicaments

A.F.

Sujets relatifs :

, ,

Les Français ont dépensé près de 36 milliards d'euros de médicaments en 2009, soit 18 % de plus qu'en 2004, selon un rapport sur la maîtrise des dépenses pharmaceutiques publié par la Cour des comptes. Cela représente une charge de 26,8 Mrds € pour les assurances maladies. Une consommation que la Cour juge « exceptionnellement forte ». « Cette dynamique reflète l'évolution du prix moyen par unité de consommation et intègre l'effet de la déformation structurelle de la consommation au profit de nouvelles molécules onéreuses », révèle le rapport. Les anticancéreux, qui constituent un marché de plus de 2 Mrds €, et les médicaments destinés à la prévention des pathologies cardiovasculaires (2,6 Mrds €) représentent les classes thérapeutiques les plus coûteuses. Le rapport admet tout de même un léger recul de la dépense pharmaceutique par habitant entre 2006 et 2009. Néanmoins, cette régression est « deux fois moins rapide qu'en Allemagne ou en Italie, dix fois moins rapide qu'au Royaume-Uni », selon une étude de la CNAMTS (Caisse nationale d'Assurance-maladie des travailleurs salariés). La Cour déplore notamment un système d'admission au remboursement et de fixation des prix insuffisamment rigoureux et peu transparents. Elle regrette aussi le fait que les décisions d'admission au remboursement et de fixation des taux reposent sur des études cliniques fournies par les laboratoires. De même, le rapport met en avant un dispositif de fixation des prix très peu contraignant, basé sur des négociations avec les industriels. Il constate également un « essoufflement » des génériques, souvent remplacés par des « contre-génériques », plus onéreux. Ces derniers sont des médicaments très proches de molécules généricables développées par les laboratoires pour conserver leur position sur le marché. La Cour constate aussi une prescription trop peu maîtrisée, notamment à l'hôpital. Un rapport décrié par le Leem (Les Entreprises du Médicament) qui indique que le médicament est aujourd'hui « le poste le mieux maîtrisé dans le cadre de la régulation des dépenses de santé ». « Pour la troisième année consécutive, la croissance du marché des médicaments pris en charge par les caisses se situe autour de la limite de 1 % prévue par la loi de financement de la Sécurité sociale », souligne le Leem. « Contrairement aux données publiées par la Cour des comptes, la croissance des ventes de médicaments est deux fois moins élevée en France qu'elle ne l'est outre-Rhin, sur la période 2006-2009 (source OCDE) », dénonce également l'organisme. La fédération affirme aussi que les prix des médicaments en France sont parmi les plus bas d'Europe, avec un prix public qui a reculé de 22,9 % pour les médicaments remboursables entre 1990 et 2011.

Bienvenue !

Vous êtes inscrit à la news Industrie Pharma

Nous vous recommandons

Bioproduction : un panorama inédit pour identifier les points forts et les faiblesses en Europe

Bioproduction : un panorama inédit pour identifier les points forts et les faiblesses en Europe

Le Council of european bioregions (CEBR), en partenariat avec EIT Health, vient de publier un panorama de la bioproduction en Europe. Les auteurs de ce panorama nous éclairent sur les objectifs et les enseignements à tirer de cette[…]

Coup d’envoi des travaux pour la future académie de l’OMS à Lyon

Coup d’envoi des travaux pour la future académie de l’OMS à Lyon

Avec 9 Mrds €, les investissements en France sont au beau fixe en 2020, chiffre le Leem

Avec 9 Mrds €, les investissements en France sont au beau fixe en 2020, chiffre le Leem

Covid-19 : La HAS recommande finalement le vaccin d’AstraZeneca pour les plus de 65 ans

Covid-19 : La HAS recommande finalement le vaccin d’AstraZeneca pour les plus de 65 ans

Plus d'articles