Nous suivre Industrie Pharma

La confiance retrouvée des Français

Aurélie Dureuil

Sujets relatifs :

, ,

Le Leem a publié son 5e Observatoire sociétal du médicament. En 2015, 85 % des participants affichent leur confiance dans le médicament.

L'année 2015 a marqué « un rebond de confiance des Français » dans le médicament, selon le Leem. Le 5e Observatoire sociétal du médicament réalisé par Ipsos pour les Entreprises du médicament révèle que 85 % des personnes interrogées ont confiance dans le médicament. Un niveau qui se rapproche des 87 % de 2013. En 2014, la confiance des Français avait plongé à 75 %. « Ce résultat faisait suite à un certain nombre de controverses et révélait des interrogations sur l'efficacité du système à contrôler le médicament », indique Jean Monin, administrateur et président de la commission Communication du Leem. L'année 2014 inquiétait les professionnels. « Nous ne savions pas très bien si nous étions en train d'entamer un cycle de défiance », observe Brice Teinturier, directeur général délégué d'Ipsos. Et Jean Monin témoigne de l'inquiétude des entreprises de la filière : « Si les gens ont moins confiance dans le médicament, il peut y avoir une baisse de l'observance ». Les chiffres 2015 viennent ainsi rassurer les industriels. L'étude a été réalisée fin mars 2015 auprès de 1 010 personnes « constituant un échantillon représentatif de la population française âgée de 18 ans et plus ». Parmi ce panel, 48 % déclarent prendre des médicaments tous les jours, contre 2 % n'en prenant jamais. « Les personnes interrogées ont un rapport quotidien à la prise de médicament. Il s'agit de quelquechose de très suivi et très observé », souligne Brice Teinturier. Un facteur qui conforte les résultats obtenus lors de l'étude.

Et quand 85 % des personnes affirment leur confiance dans les médicaments en général, ils sont 92 % à montrer le même sentiment pour ceux qu'ils consomment. Ce résultat montre « que les médicaments consommés tous les jours apportent un bénéfice », note le dg délégué d'Ipsos.

 

Défiance vis à vis des vaccins

 

L'étude dévoile également un regain de confiance pour tous les types de médicaments sauf les vaccins. Le contexte récent de rupture de stocks et de pétition sur les dangers de la vaccination explique peut-être cette confiance plus basse (seulement 71 % des personnes interrogées). Des différences entre les types de médicaments sont présentes. Ainsi, les Français ont une confiance plus grande dans les médicaments sur ordonnance (93 %) que sans ordonnance (73 %). De même, ils apportent plus de crédit aux médicaments de marque (89 %) qu'aux génériques (68 %). La question du remboursement ou non des médicaments joue également sur le sentiment des participants à l'étude : 92 % pour les médicaments remboursés, contre 75 % pour les autres. « Dès qu'il y a une caution, la confiance est plus importante », souligne Brice Teinturier.

Si la confiance semble retrouvée au niveau du médicament, les besoins d'informations restent grands. « Les Français se sentent massivement pas assez informés », note le directeur général délégué d'Ipsos. Seuls 39 % des participants s'estiment bien informés sur l'efficacité des médicaments et 38 % sur les effets secondaires (en chute de 7 points par rapport à l'édition 2014). L'information sur la sécurité des médicaments a progressé de 6 points entre 2014 et 2015, et atteint 30 % du panel. En queue de peloton, les informations sur la fabrication, les essais cliniques et la fixation du prix recueillent respectivement 16 %, 15 % et 11 % de réponses positives. Pour trouver cette information, les Français privilégient le corps médical : le médecin traitant (95 %), les infirmières (91 %) et les pharmaciens (90 %). L'étude révèle également l'importance de la notice qui est vue comme une source d'information par 87 % des participants. Les laboratoires pharmaceutiques ne sont considérés comme une source d'informations qu'à 49 %. L'image des entreprises du médicament reste mitigée. Si 81 % des personnes interrogées les considèrent à la pointe du progrès, elles sont seulement 18 % et 28 % à les trouver respectivement transparentes et honnêtes. Des chiffres qui témoignent d'un défaut de communication des entreprises du médicament. « On restaure la confiance par le temps que l'on prend pour expliquer. Le Leem veut relever ce défi », conclut Patrick Errard, président du Leem.

LEEM MET DEUX VISAGES À L'INDUSTRIE DU MÉDICAMENT

Les entreprises du médicament ont lancé une campagne digitale afin de mettre un visage sur cette industrie pour laquelle les Français s'estiment pas assez informés. L'opération nommée « le Visage du médicament » a permis de créer deux visages à partir d'un outil de morphing. L'objectif est « d'incarner l'industrie du médicament auprès du grand public », selon le Leem. Ces visages, un homme et une femme, ont été réalisé à partir de 3 000 visages de collaborateurs des laboratoires pharmaceutiques français. « Cette grande mobilisation numérique des salariés est une première dans notre secteur. Elle témoigne non seulement de leur fierté d'appartenance mais également de leur préoccupation constante pour la santé de tous », souligne Patrick Errard, Président du Leem. Mis en ligne sur un site Internet, ces visages sont accompagnés d'une campagne visant à dévoiler les coulisses du médicament (chiffres clés sur le médicament, la recherche, l'élaboration du médicament...). Note : http://www.visagedumedicament.fr

Bienvenue !

Vous êtes inscrit à la news Industrie Pharma

Nous vous recommandons

Le gouvernement américain injecte 354 M$ pour retrouver son indépendance sanitaire

Le gouvernement américain injecte 354 M$ pour retrouver son indépendance sanitaire

L’indépendance sanitaire est un sujet phare aux Etats-Unis. Elle entre dans le cadre de la stratégie America First du président Donald Trump. A ce titre, la société publique de fabrication de[…]

19/05/2020 | CoronavirusCovid-19
Les Philippines poursuivent Sanofi pour le Dengvaxia

Les Philippines poursuivent Sanofi pour le Dengvaxia

Nouvelles recommandations de l'ANSM pour les médicaments à base d'argile

Nouvelles recommandations de l'ANSM pour les médicaments à base d'argile

Scott Gottlieb, le n°1 de la FDA démissionne

Scott Gottlieb, le n°1 de la FDA démissionne

Plus d'articles