Nous suivre Industrie Pharma

La chimie veut mieux se faire entendre

A Londres, Julien Cottineau

Sujets relatifs :

,

Changement de carrure sans changement d'orientation. Le Conseil européen de l'industrie chimique (Cefic) a élu Kurt Bock, président de BASF, à sa tête, pour prendre la relève de Giorgio Squinzi, p-dg de Mapei. Il ne faut sans doute pas considérer comme symbolique la passation de pouvoir entre le représentant d'un petit groupe européen et celui d'un géant mondial pour représenter les 29 000 membres du Cefic. D'autant que s'il y a une rupture de profil, le discours s'inscrit, lui, dans la continuité. Les thèmes de la compétitivité et de l'innovation ont trouvé écho dans les propos de Kurt Bock lors de son intronisation au cours de l'Assemblée générale annuelle du Cefic, qui s'est tenue à Londres les 27 et 28 septembre : « L'innovation est le moteur et détermine les progrès que nous pouvons accomplir au cours de notre chemin sur la voie de la durabilité ». Précisant que « si l'innovation est le moteur, la compétitivité en est le carburant ». Comme son prédécesseur, il est convaincu que l'industrie chimique doit œuvrer pour être plus efficiente et plus sécuritaire, moins dommageable pour l'environnement et toujours davantage contributrice de solutions plus favorables aux problèmes environnementaux. Mais que les législations et cadres réglementaires doivent l'y aider et éviter de multiplier écueils et coûts. Giorgio Squinzi s'était beaucoup préoccupé de Reach, qui a coûté jusque-là plus de 2 milliards d'euros, soit la totalité de ce qui était prévu alors qu'il est loin d'avoir abouti.
« Une contraction de 1,5 % de la production européenne »

Le Cefic souhaite voir avancer ce règlement tout en éliminant les coûts inutiles et en accompagnant au mieux les PME. Le système d'échange des quotas de CO2 (ETS) a aussi été au cœur de l'ancien mandat. Sans être parfait, le système est jugé fonctionnel mais il ne faudrait pas en aggraver le poids sur les industriels. Le Cefic plaide aussi pour que les gains perçus par les États via l'ETS soient en partie réalloués aux industriels payeurs pour financer l'innovation. Kurt Bock semble vouloir poursuivre dans ces voies et collaborer au plus près avec les décideurs politiques pour leur permettre d'avoir une meilleure compréhension de l'industrie chimique, de ses contraintes et de ce qu'elle peut offrir. Histoire d'y songer encore un peu plus au moment de légiférer. Alors que les coûts de l'énergie sont toujours plus lourds, le mandat du président passera aussi probablement par le dossier des gaz de schistes. « Ce ne doit pas être une opportunité ratée », souligne Kurt Bock, appelant les politiciens à regarder le dossier de manière « très pragmatique ». Ce dossier controversé en Europe est d'autant plus brûlant que pendant ce temps les chimistes américains se régalent, avec une compétitivité toute retrouvée via des prix du gaz six fois moins chers. Or la compétitivité reste un thème majeur pour les chimistes en Europe, à l'heure où la crise les affecte de plus en plus tandis que les marchés internationaux faiblissent et peinent à jouer leur rôle compensateur. Le Cefic a d'ailleurs encore révisé à la baisse sa prévision de croissance de la production, ne pariant plus sur une stagnation mais sur une contraction de 1,5 %, et une perspective de croissance de seulement 1 % en 2013. Si les exportations, en valeur, continuent de croître, la part de l'Europe dans les ventes de la chimie mondiale continue de se diluer. De 36 % il y a 20 ans, elle n'était plus que de 19,6 % en 2011, sur un marché de 2 744 Mrds €. Dans ce contexte, Kurt Bock a tout intérêt à faire plus entendre la voix du secteur.

 

Bienvenue !

Vous êtes inscrit à la news Industrie Pharma

Nous vous recommandons

[Édito] : À la recherche d’un leadership en bioproduction

[Édito] : À la recherche d’un leadership en bioproduction

Si l’on est loin de disposer d’un vaccin made in France pour maîtriser une bonne fois pour toutes le coronavirus, l’année 2020 va tout de même s’achever sur une note positive. Le Comité[…]

[Édito Covid-19] :  Covid Moonshot, un projet lunaire contre la pandémie

[Édito Covid-19] : Covid Moonshot, un projet lunaire contre la pandémie

Le droit à la substitution fête ses 20 ans

Le droit à la substitution fête ses 20 ans

Pharma : un besoin de stratégie nationale

Pharma : un besoin de stratégie nationale

Plus d'articles