Nous suivre Industrie Pharma

La chimie européenne au ralenti

À Bruxelles, Julien Cottineau

Sujets relatifs :

,

Il faut se « montrer prudent », souligne Giorgio Squinzi, le président du Cefic. La prévision de 4,5 % de croissance de la production chimique européenne pour 2011, annoncée au début de l'été par le Cefic a finalement été abaissée de presque trois points. Elle ne devrait finalement atteindre que 2 %, contre 9,8 % l'an dernier, hors pharmacie. Pour 2012, la perspective est terne, avec seulement 1,5 % en ligne de mire. Une prédiction qui se veut d'autant plus prudente qu'elle se base sur une croissance de produit intérieur brut de l'Union européenne de 1 % l'an prochain, « ce qui peut même paraître légèrement optimiste », ajoute Alan Eastwood, qui préside l'équipe du Cefic pour les perspectives économiques. Pour autant, ces perspectives sont supérieures à celles de la chimie américaine, l'American Chemistry Council tablant sur 1,9 % de croissance cette année et 1,2 % en 2012. Après un excellent démarrage, la production européenne a subi un ralentissement constant depuis le printemps en raison du climat macroéconomique plombé par la crise des dettes souveraines, aux États-Unis mais aussi et surtout dans la zone euro. Crise dont on ne voit pas l'issue. Ce qui a largement affecté le capital confiance au sein de l'économie et continue de brouiller toute visibilité. Entre l'instabilité de la zone euro et les mesures d'austérité qui fleurissent, tout le monde marche sur des œufs. Des questions se posent même sur la capacité de la croissance asiatique à ne pas trop faiblir, de quoi fragiliser la chimie européenne qui continue d'être un exportateur net (+ 47 milliards d'euros en 2010). Autant de craintes qui encouragent la réduction des stocks, impactant immanquablement la production. Pour autant, rien n'est dramatique. Alan Eastwood note que la « majorité des entreprises chimiques en Europe disposent d'une bonne santé financière », et ne perçoit pas, malgré les difficultés macro- économiques, « de raison pour un ralentissement soudain de la production ». L'excédent commercial de la chimie européenne devrait rester stable. La réduction des inventaires devrait par ailleurs cesser et le bâtiment, l'un des secteurs aval les plus importants, pourrait même croître légèrement après une stabilisation en 2011. Or, comme le rappelle Giorgio Squinzi : «quand le bâtiment va, tout va».

 « Pas de raison pour un ralentissement soudain de la production »

 Par segments, sans surprise, les produits chimiques de grande consommation ont continué d'afficher une solide santé : + 6,5 % de croissance en volume en 2011. L'an prochain, la croissance attendue est de 2,5 %, soit le plus fort taux prévu. Après une forte chute en 2009 puis un net regain en 2010, les produits inorganiques de base et les polymères affichent des tendances parallèles avec respectivement + 2,5 % et + 1,5 % cette année, et des prévisions de 1 % et 0,5 % en 2012. Les spécialités n'auront pas bougé en revanche sur un an, et la prévision se limite + 1,5 % l'an prochain. Les produits pétrochimiques, eux, stagnent : + 1,5 % cette année, + 1 % en 2012.

Du côté des pays, seuls l'Allemagne, la Belgique et la Pologne ont renoué cette année avec des niveaux pré-crise. Selon Hubert Mandery, directeur général du Cefic, le niveau pré-crise dans l'ensemble de l'UE « pourrait ne pas encore être atteint en 2012 avec cette perspective de 1,5 % de croissance ». Face à ce contexte délicat et ses perspectives faibles, la chimie continentale continue de plaider pour moins de régulation et des politiques européennes plus encourageantes.

Bienvenue !

Vous êtes inscrit à la news Industrie Pharma

Nous vous recommandons

[Édito Covid-19] :  Covid Moonshot, un projet lunaire contre la pandémie

[Édito Covid-19] : Covid Moonshot, un projet lunaire contre la pandémie

Le projet est aussi ambitieux et risqué que les premiers pas sur la lune. Pourtant, Covid Moonshot a les pieds sur terre et vise à trouver des antiviraux capables de lutter contre la pandémie de Covid-19. Il faut bien se[…]

Le droit à la substitution fête ses 20 ans

Le droit à la substitution fête ses 20 ans

Pharma : un besoin de stratégie nationale

Pharma : un besoin de stratégie nationale

Une pharmacie toujours en mouvement

Une pharmacie toujours en mouvement

Plus d'articles