Nous suivre Industrie Pharma

La chimie du végétal se mondialise

Sylvie Latieule

Sujets relatifs :

,

Partout dans le monde, le domaine de la chimie du végétal bouillonne sous le feu des annonces de partenariats, d'innovations et d'investissements. C'est ainsi que Rhodia s'est engagé la semaine dernière aux côtés de la recherche publique pour renforcer la coopération scientifique entre la Chine et la France dans le domaine de la chimie "verte". Dans la boucle, CNRS, École Normale Supérieure de Lyon (ENSL) et la East China Normal University de Shanghai (ECNU) prévoient de travailler avec l'industriel français sur des matériaux et des procédés basés sur les principes d'éco-conception et d'utilisation de matières premières renouvelables. Alors qu'il nous donnait l'image d'un chimiste essentiellement tourné vers le Brésil (pour sa canne à sucre) pour mener à maturation ses projets de chimie du végétal, Rhodia montre qu'il implique maintenant un autre continent, la Chine, où il a déjà installé l'un de ses cinq centres de recherche majeurs. Si Rhodia n'est pas un novice dans la chimie du végétal, plus étonnante est la prise de position du Saoudien Sabic dans l'oléochimie (p. 4). Alors qu'en Arabie Saoudite le pétrole coule à flot, le chimiste surprend en choisissant de diversifier son sourcing dans le végétal. Il explique que c'est pour mettre un pied dans le secteur des surfactants naturels et compléter ses activités dans les surfactants éthoxylés. Pour concrétiser ce projet, Sabic vient de faire appel à l'Allemand Lurgi pour l'achat d'une licence et l'ingénierie d'une nouvelle installation qui verrait le jour pour la fin 2013. Du coup, la matière première ne viendra pas du désert d'à côté, mais sera acheminée par tankers vers son site d'Al Jubail, probablement depuis le sud-est de l'Asie puisque le Saoudien compte nourrir ses installations d'huile de palme et de noix de coco. Si le choix de cette diversification en aval dans les tensioactifs n'est pas discutable, et constitue un cheminement logique pour tous ces pétrochimistes moyen-orientaux qui cherchent à se développer comme les autres dans des spécialités plus lucratives, on peut tout de même tiquer sur le fait que Sabic justifie l'opération par son engagement dans le développement durable. Entre l'exploitation de l'huile de palme et la facture CO2 liée au transport de l'huile, le doute s'installe sur la durabilité du projet.

L'autre temps fort de la semaine, pour nous Français, fut la remise du Prix Pierre Potier. Faut-il encore présenter notre « green award national » décerné par la FFC, l'UIC et le ministère de l'Économie, de l'Industrie et de l'Emploi (p. 9). Depuis 2006, il permet de mettre en avant des innovations dans la chimie durable. Cette année, sur les cinq primés, on recense trois projets impliquant de la chimie du végétal.

Et pour finir ce tour du monde, cap sur l'Allemagne où la fédération des chimistes, le VCI, a dressé un bilan plus que positif de ses activités de recherche (p. 2). Les niveaux d'investissements n'ont pas fléchi d'un pouce malgré la crise. Et la fédération a confirmé que l'un des axes forts était celui de la chimie durable. Pour ce qui est de la chimie du végétal, le géant allemand BASF n'en faisait pas, ces dernières années, son principal cheval de bataille. Mais rappelons qu'il a récemment craqué pour Cognis (CPH n°513). Un spécialiste de l'oléochimie, qui a certes une part de sourcing pétrochimique, mais affiche 50 % de sourcing végétal. Bien au-dessus des modestes 7 % de l'industrie chimique en général. Avec un objectif qui, rappelons-le, doit passer à 15 % côté français dans les sept prochaines années.

 

« Sabic surprend en choisissant de diversifier son sourcing dans le végétal »

Bienvenue !

Vous êtes inscrit à la news Industrie Pharma

Nous vous recommandons

[Édito Covid-19] :  Covid Moonshot, un projet lunaire contre la pandémie

[Édito Covid-19] : Covid Moonshot, un projet lunaire contre la pandémie

Le projet est aussi ambitieux et risqué que les premiers pas sur la lune. Pourtant, Covid Moonshot a les pieds sur terre et vise à trouver des antiviraux capables de lutter contre la pandémie de Covid-19. Il faut bien se[…]

Le droit à la substitution fête ses 20 ans

Le droit à la substitution fête ses 20 ans

Pharma : un besoin de stratégie nationale

Pharma : un besoin de stratégie nationale

Une pharmacie toujours en mouvement

Une pharmacie toujours en mouvement

Plus d'articles