Nous suivre Industrie Pharma

La bière, c'est bon pour la santé

Sujets relatifs :

Des décennies à vanter les bienfaits du vin rouge, il était temps de redorer le blason sanitaire de la bière. C'est la boisson alcoolisée la plus consommée au monde. Les recherches les plus récentes lui attribuent des vertus de longévité. De quoi trinquer longtemps à la santé de chacun. Les propriétés anti-oxydantes du vin sont bien connues. Quel Français n'a pas eu vent du « French Paradox »? Même les médecins le recommandent: un verre de vin par jour, c'est bon pour les artères. Attentifs et précautionneux, nombreux sont ceux qui se sont soumis à ce régime préventif et salvateur, riche en polyphénols, précieux antioxydants. Mais quid des amateurs de bières, de mousse et d'amertume ? Des étudiants de la Rice University au Texas se sont émus du fait que la bière ne tienne plus le haut du pavé. Mais les étudiants ne cherchent pas à promouvoir les beuveries. Apprentis chercheurs en biologie synthétique ou en ingénierie génétique, ils ont transformé une levure de telle façon qu'elle produise le composé chimique qui soutient les bienfaits du vin rouge, le resvératrol. Ils ont ainsi créé une « BioBeer » bonne pour la santé. Le resvératrol a été découvert dans le vin rouge dans les années 1990. Ce composé a conduit les chercheurs à développer le concept de French Paradox. Le resvératrol est également connu pour conférer plus de longévité à diverses espèces, comme les poissons, les levures et les souris. Mais cet effet n'a pas encore été démontré sur les hommes. Des candidats à l'essai épidémiologique? Les jeunes chercheurs ont monté le projet BioBeer qui est entré dans la compétition « International Genetically Engineered Machine ». L'IGEM met en concurrence des projets de recherches conduits par de jeunes chercheurs de façon à non seulement créer une émulation mais aussi à promouvoir des travaux et des technologies. La compétition a eu lieu à Cambridge le 1er week-end de novembre. De nombreux blocs de séquences d'ADN identifiés par des chercheurs en biologie synthétique sont disponibles dans un registre tenu par le MIT (Massachusetts Institute of Technology). Les participants à la compétition mettent à disposition leurs blocs et peuvent piocher dans ceux qui y figurent. Pour le projet BioBeer, l'équipe a utilisé 16 blocs. Et ces étudiants en ingénierie du vivant ont fabriqué une levure dotée de fonctions qu'elle ne possède pas à l'état sauvage. Deux gènes ont été introduits dans la levure. Tous deux codent pour des enzymes impliquées dans la synthèse du resvératrol. La première enzyme convertit l'acide de tyrosine en acide coumarique, la seconde transforme cet acide en resvératrol. Auparavant, une autre équipe de recherche avait modifié une levure de façon à ce qu'elle produise du resvératrol en aérobie (en présence d'oxygène). Mais le problème est que l'ingrédient santé est désactivé par l'oxygène. Ce qui change avec la levure de la BioBeer, c'est qu'elle est capable de synthétiser le produit dans des conditions anaérobies, en fermentation. Une méthodologie qui permettrait d'introduire d'autres molécules pharmacologiques sensibles à l'air. Mais pourquoi se donner tant de mal quand il serait plus simple d'introduire le produit dans la bière? Impossible répondent les étudiants! Le resvératrol est trop sensible à l'air et à la lumière. Son extraction et sa purification à partir de plantes seraient inefficaces. Finalement, la bière se révèle être un excellent transporteur du produit. Reste à tester ses effets sur la longévité. L'université est sur le point de brasser ses premières productions de bière. La question qui brûle est de savoir si ce procédé impactera son goût? Une des deux enzymes introduites catalyse également la transformation de la phénylalanine en acide cinnamique qui présente un goût prononcé. La prochaine étape visera à modifier encore la souche de levure en y introduisant un transporteur du produit hors de la cellule. Comme ça, elle pourra être filtrée alors que dans les conditions actuelles, la bière présente un maximum d'intérêt quand elle n'est pas filtrée. n N. T.

Bienvenue !

Vous êtes inscrit à la news Industrie Pharma

Nous vous recommandons

Nanosive planche sur le futur des crèmes solaires

Nanosive planche sur le futur des crèmes solaires

Grâce à une technologie d'encapsulation d'actifs dans des polymères bioadhésifs, la start-up Nanosive entend mettre au point des écrans solaires plus sûrs et écoresponsables, utilisant moins[…]

17/12/2018 | InnovationDermatologie
L'opération New Deal Biotech vise à attirer des porteurs de projets

L'opération New Deal Biotech vise à attirer des porteurs de projets

DNA Script automatise la production d'ADN par voie enzymatique

DNA Script automatise la production d'ADN par voie enzymatique

Des étiquettes moléculaires contre la falsification

Des étiquettes moléculaires contre la falsification

Plus d'articles