Nous suivre Industrie Pharma

L'UE veut limiter les antibiotiques dans les élevages

L.H.
L'UE veut limiter les antibiotiques dans les élevages

© Pixabay

Le Parlement européen a adopté, fin octobre, plusieurs projets visant à limiter l'utilisation des antibiotiques dans les élevages afin d'exclure les bactéries résistantes de l'alimentation humaine. La nouvelle législation limite désormais l'utilisation préventive des médicaments vétérinaires - dite prophylactique - aux animaux individuels, non aux groupes d'animaux, et uniquement si cela est pleinement justifié par un vétérinaire, lorsqu'un risque d'infection est avéré. L'utilisation métaphylactique, par exemple pour traiter un groupe d'animaux dont l'un présente des signes d'infection, ne doit être faite qu'en dernier recours et n'être possible qu'après diagnostic et prescription des antimicrobiens par un vétérinaire. La nouvelle législation souligne que les antibiotiques ne doivent « en aucun cas servir à améliorer la performance ou à compenser le non-respect de bonnes pratiques d'élevage ». Elle donne également à la Commission européenne le pouvoir de sélectionner les antimicrobiens qui devront être uniquement réservés aux traitements humains. Par ailleurs, le texte impose que les denrées alimentaires importées respectent les normes de l'UE et que les antibiotiques ne soient pas utilisés pour favoriser la croissance des animaux. Il propose également des incitations afin d'encourager la recherche sur de nouveaux antibiotiques. L'ensemble de ce texte a été adopté par 583 voix pour, 16 contre et 20 abstentions. Lors d'un vote distinct, les députés ont adopté, à 583 voix pour, 31 contre et 6 abstentions, de nouvelles règles sur des manières plus responsables de produire, vendre et utiliser les aliments médicamenteux pour animaux afin de lutter contre la propagation de la résistance antimicrobienne.

Bienvenue !

Vous êtes inscrit à la news Industrie Pharma

Nous vous recommandons

Plus d’un million d’euros d’indemnisation pour une victime de la Dépakine

Plus d’un million d’euros d’indemnisation pour une victime de la Dépakine

Un jeune homme, victime de la Dépakine a été indemnisé à hauteur d’ 1,3 millions d’euros (1 326 721 euros précisément), a révélé le journal Le[…]

Edito : Ces inquiétantes ruptures de médicaments

Edito : Ces inquiétantes ruptures de médicaments

L'homéopathie dans la tourmente

L'homéopathie dans la tourmente

Tensions sur les stocks de certains corticoïdes

Tensions sur les stocks de certains corticoïdes

Plus d'articles