Nous suivre Industrie Pharma

L'innovation repart à la hausse

Sujets relatifs :

,
L'innovation repart à la hausse

Sylvie Latieule Rédactrice en chef

La recherche pharmaceutique aurait-elle retrouvé le chemin de l'innovation ? Alors que les autorités de régulation, à commencer par la FDA américaine et l'EMA européenne, deviennent de plus en plus précautionneuses et exigeantes quant à l'approbation de médicaments réellement innovants, le nombre de nouvelles molécules approuvées en 2011 est largement reparti à la hausse. En effet, la FDA a annoncé qu'elle avait approuvé, l'an dernier, 30 nouvelles entités ou NME (New molecular entities) qui peuvent être des petites molécules chimiques ou des macromolécules issues de la biotechnologie. Dans tous les cas, il s'agit de structures chimiques totalement innovantes qui n'avaient jamais été testées cliniquement au préalable. C'est un bon résultat par rapport à l'année 2010, où seulement 21 nouvelles molécules avaient été approuvées. Sur la décennie 2001-2010, la moyenne est à 22,9 approbations, avec un pic à 36 enregistré en 2004.

Certes, la pharmacie mondiale est loin de ses niveaux record des années 1990. On se souvient encore des 45 produits approuvés en 1996 et des prédictions des consultants qui annonçaient un futur radieux à l'industrie pharmaceutique et à ses sous-traitants de la chimie fine. A l'époque, on était loin d'imaginer que l'industrie pharmaceutique puisse faire l'objet d'une crise à la fois structurelle et conjoncturelle, l'obligeant à repenser entièrement son modèle de recherche et d'innovation.

Sur ces 30 molécules approuvées aux États-Unis en 2011, pas moins de 8 molécules ciblent le traitement du cancer (leucémie, mélanome, cancer des poumons, de la prostate ou de la thyroïde). Mais il y a aussi des propositions de traitement dans les anti-infectieux, les maladies du système nerveux central, le cardiovasculaire, le respiratoire ou l'ophtalmologie. Et c'est le Britannique GlaxoSmithKline qui se montre le plus innovant avec trois molécules approuvées : Benlysta (belimumab) dans le traitement du lupus, Horizant (gabapentin enacarbil) dans le traitement du syndrome des jambes sans repos et Potiga (ezogabine) dans l'épilepsie. On note également deux approbations pour Bristol Myers Squibb, AstraZeneca, Johnson et Johnson ou Bayer, ainsi que la présence de Roche, Novartis, Lundbeck, Boehringer Ingelheim et Lilly... , mais pas de trace de Sanofi, pourtant promis au rang de numéro un mondial en 2012. L'actuel détenteur de ce titre, l'Américain Pfizer, a reçu pour sa part une approbation pour son traitement anticancéreux Xalkori (crizotinib). Ce nouveau traitement contre le cancer du poumon a été approuvé en août, trois mois avant l'expiration du brevet de son anticholestérol Lipitor, best-seller de la pharmacie mondiale, note le journal Les Échos. « Cet exemple est emblématique du glissement vers des traitements plus ciblés, plus innovants qu'une énième statine contre l'excès de cholestérol ».

Si les autorités américaines peuvent se féliciter de ces jolis scores, l'agence européenne n'est pas en reste. Début janvier, elle publiait ses chiffres sur les 11 premiers mois de l'année, et l'on pouvait déjà noter 34 approbations de nouvelles molécules (hors molécules orphelines), à comparer aux 21 autorisations délivrées sur l'ensemble de l'année 2010. Reste à savoir si ce sursaut d'innovation est un épiphénomène ou une tendance de fond. Le suivi de la productivité de la recherche pharmaceutique en 2012 nous apportera la réponse.


La FDA a approuvé 30 nouvelles molécules en 2011.

Bienvenue !

Vous êtes inscrit à la news Industrie Pharma

Nous vous recommandons

[Edito Covid-19] : Ce que nous dit la pénurie de curare

[Edito Covid-19] : Ce que nous dit la pénurie de curare

Beaucoup d'entre nous associent le curare à cette drogue utilisée par les chasseurs d'Amazonie pour enduire les flèches de leurs sarbacanes et tuer leurs gibiers. Cette pratique ancestrale avait fini par donner[…]

Edito : La subtile stratégie de Sanofi

Edito : La subtile stratégie de Sanofi

Edito : Bad buzz pour le Zolgensma de Novartis

Edito : Bad buzz pour le Zolgensma de Novartis

Edito : La data entre menaces et opportunités

Edito : La data entre menaces et opportunités

Plus d'articles