Nous suivre Industrie Pharma

L'Europe veut légiférer

Audrey Fréel

Sujets relatifs :

, ,
L'UNION EUROPÉENNE VIENT D'ADOPTER UN PROJET DE LOI VISANT À LUTTER CONTRE LES MÉDICAMENTS CONTREFAITS. UN PHÉNOMÈNE QUI S'AMPLIFIE SUR LE CONTINENT.

« Les médicaments falsifiés sont des tueurs silencieux, parce qu'ils sont dépourvus d'effet ou contiennent des substances toxiques qui peuvent nuire ou même tuer ceux qui les prennent », a déclaré la députée européenne Marisa Matias lors de la séance plénière de l'Union Européenne du 16 février dernier. Une révélation témoignant d'une situation préoccupante : selon les estimations, 1 % des médicaments vendus en Europe par la chaîne d'approvisionnement légale seraient des contrefaçons. En 2009, plus de 11 millions de médicaments contrefaits ou illégaux ont été saisis aux frontières de l'Europe. Et ce chiffre ne cesse d'augmenter. Les médicaments innovants pour soigner certains cancers ou affections cardiaques, par exemple, seraient les plus falsifiés. Face à cette problématique, les députés de l'UE ont décidé d'adopter un projet de loi visant à limiter ce phénomène. Il prévoit notamment la mise en place de systèmes de sécurité devant figurer sur l'emballage des médicaments. Ces dispositifs doivent encore être mis au point par la Commission européenne. A titre d'exemple, des sérialisations pourraient être prévues afin d'être « lues » en officines pour déterminer l'authenticité d'un paquet. De même, si un médicament est soupçonné de présenter un risque grave, tous les acteurs de la chaîne d'approvisionnement et les États membres devront être rapidement alertés. L'alerte devra être effectuée dans les 24 heures dans le cas où les médicaments contrefaits auraient été vendus à des patients. Concernant le réseau de distribution, les courtiers de médicaments devront désormais être enregistrés. Les sanctions seront aussi plus sévères à l'encontre des faussaires. Enfin, la nouvelle législation couvrira aussi les ventes sur Internet car elles constituent « une des principales portes d'entrée des médicaments falsifiés sur le marché UE ». Désormais, les sites autorisés à délivrer des médicaments au grand public seront plus centralisés. Ils porteront un logo commun et devront comporter un lien renvoyant au site web de l'autorité nationale compétente. De même, les différents sites nationaux seront reliés à un site web européen. Des mesures approuvées par la fédération européenne des associations et industries pharmaceutiques (EFPIA). Brian Ager, le président de l'EFPIA, indique que « ce vote ouvre la voie à des mesures concrètes aidant à protéger les patients européens des médicaments contrefaits ». « Cette directive nécessitera la participation de différents acteurs comme les fabricants, les pharmaciens, les grossistes mais aussi les patients afin d'assurer son succès », ajoute-t-il.

Bienvenue !

Vous êtes inscrit à la news Industrie Pharma

Nous vous recommandons

La production française au ralenti

La production française au ralenti

LE CABINET DE CONSEIL ROLAND BERGER POINTE DU DOIGT LE TRÈS FAIBLE POSITIONNEMENT DE LA FRANCE SUR LA PRODUCTION DE NOUVEAUX MÉDICAMENTS CHIMIQUES, AU DÉTRIMENT DE SES VOISINS EUROPÉENS. La nouvelle étude sur[…]

01/12/2013 | PanoramaMÉDICAMENTS
L'EMA dévoile sa nouvelle structure

L'EMA dévoile sa nouvelle structure

Plusieurs plaintes contre de faux sites

Plusieurs plaintes contre de faux sites

La FDA suspend certaines exportations de Ranbaxy

La FDA suspend certaines exportations de Ranbaxy

Plus d'articles