Nous suivre Industrie Pharma

L'Europe interdit l'Avandia de GSK

J.B.

Sujets relatifs :

, ,

L'Agence européenne des médicaments (EMA) vient de recommander la suspension de l'autorisation de commercialisation de l'Avandia (rosiglitazone), antidiabétique du groupe britannique GlaxoSmithKline, dans l'Union Européenne, la Norvège, l'Islande et le Liechtenstein. L'EMA juge que les bienfaits apportés ne sont pas suffisants par rapport aux risques cardiovasculaires qu'il présente. Cette décision a été transmise à la Commission européenne, à qui il revient de décider formellement du retrait de ce médicament. En attendant, l'agence européenne et l'agence française des produits de santé (Afssaps) conformément à cette décision, ont recommandé aux médecins de ne plus le prescrire et de réfléchir à des traitements alternatifs avec les patients concernés. De leur côté, les autorités américaines (FDA) ont sévèrement restreint l'usage du médicament aux États-Unis. L'agence a limité la prescription de l'Avandia aux seuls patients souffrant de diabète dit de type 2, et qui ne peuvent pas contrôler leur maladie avec les autres antidiabétiques existants. L'Avandia est autorisé depuis 1999 aux États-Unis et 2000 dans l'Union Européenne.

Cette double décision constitue un sérieux revers pour GlaxoSmithKline, qui enregistrait encore des ventes de 321 millions de livres (371 M€) sur l'Avandia, en incluant les produits associés Avandamet (rosiglitazone et metformine) et Avaglim (rosiglitazone et glimepiride), au premier semestre 2010. Des ventes en chute de 18 % sur un an. Les ventes sont en chute depuis 2007 après la publication de plusieurs études démontrant les effets néfastes du médicament. Elles représentaient 1,6 milliard de livres sur l'ensemble de l'année 2006. L'Afssaps précise que depuis janvier 2008, date d'une publication informant de la restriction d'utilisation de la rosiglitazone chez les patients souffrant de maladie cardiovasculaire ischémique, la consommation de médicaments contenant de la rosiglitazone a diminué de 50 %. GSK a précisé que les décisions de l'EMA et de la FDA allaient faire encore fondre de moitié les ventes du produit sur le semestre en cours, et qu'elle ne comptait plus ensuite en écouler que des quantités minimes. L'affaire devrait par ailleurs lui coûter environ 100 millions de livres en frais divers.

Bienvenue !

Vous êtes inscrit à la news Industrie Pharma

Nous vous recommandons

Chloroquine/Covid-19 : « Je plaide pour son utilisation immédiate, très large, mais sous condition  »

Chloroquine/Covid-19 : « Je plaide pour son utilisation immédiate, très large, mais sous condition »

Créateur du Genopole d'Evry, qu'il a dirigé de 1998 à 2017, Pierre Tambourin nous livre ses réflexions sur l'utilisation de l'hydroxychloroquine dans la traitement du Covid-19. La pandémie de[…]

27/03/2020 | Coronavirus
Les « pharma papers » dénoncent 14 millions de liens d'intérêts

Les « pharma papers » dénoncent 14 millions de liens d'intérêts

Patrick Hibon de Frohen : Nouveaux métiers ou mutations et évolutions des compétences ?

Patrick Hibon de Frohen : Nouveaux métiers ou mutations et évolutions des compétences ?

Bioproduction : Les propositions du Leem pour renforcer la filière

Bioproduction : Les propositions du Leem pour renforcer la filière

Plus d'articles