Nous suivre Industrie Pharma

L'Eure, filière intégrée du médicament

À VAL-DE-REUIL, DINHILL ON

CHIMIE, BIOLOGIE ET SANTÉ EN HAUTE-NORMANDIE

- 18 000 employés

- 2 000 chercheurs/experts

- 2 universités

- 4e région française de production de médicaments

L'Eure, filière intégrée du médicament

La société Quidd a regroupé en mars 2011 ses activités sur le Pharmaparc de Val-de-Reuil.

© © Quidd

L'EURE ABRITE UN PÔLE INDUSTRIEL IMPORTANT EN PHARMACIE. IL RÉUNIT DE GRANDS GROUPES PHARMACEUTIQUES ET DE JEUNES SOCIÉTÉS DE BIOTECHNOLOGIE ET DE SOUS-TRAITANCE QUI COLLABORENT.

Situé à mi-chemin entre le pôle économique de l'Ile-de-France et les ports normands desservant l'Europe du Nord, le département de l'Eure d'une superficie de plus de 6 000 km2, se situe au cœur d'une des régions françaises prédominantes dans la filière Chimie-Biologie-Santé (CBS). Il abrite l'ensemble des compétences nécessaires à la pharmacie : R&D, emballage, logistique, traitement des principes actifs, production de médicaments, etc. « A l'image des nouveaux modèles économiques dans le domaine de la pharmacie, il y a une tendance à l'externalisation. Les petites sociétés innovantes font du drug sourcing et de la fourniture de services pour les grands groupes, qui apportent expertise scientifique, coordination des recherches et connaissance de la maladie », détaille Luc Van Hijfte, directeur de recherche chez Janssen Cilag et président du Technopole CBS, cluster promouvant la filière CBS dans la région Haute-Normandie.

Une somme de compétences pour doper la compétitivité

 

Dans l'Eure, les acteurs de la chaîne du médicament sont réunis au sein du Pharmaparc de Val-de-Reuil (Eure). Accompagnées par Eure Expansion, agence régionale favorisant l'implantation de jeunes entreprises, plusieurs sociétés innovantes de la filière CBS bénéficient sur ce parc technologique d'installations adaptées à leurs besoins, tout en ayant assez d'espace pour un agrandissement éventuel. En outre, ce réseau industriel permet l'établissement de bonnes relations entre elles et les grands groupes, comme le raconte Géraldine Deliencourt-Godefroy, fondatrice et directrice scientifique de TF Chem, spécialisé dans la recherche et développement de mimes de sucres fluorés pour la pharmacie : « Pour nos activités de recherche, nous avions besoin de nous équiper d'un appareil de résonance magnétique nucléaire multi-noyaux. Nos voisins, les laboratoires Janssen, nous ont donné une ancienne machine en parfait état de marche dont ils ne se servaient plus, mais qui suffisait à nos recherches ». Grâce à ce don, la société TF Chem peut ainsi désormais effectuer ses recherches sur de nouveaux composés pour le marché pharmaceutique, sans avoir à sous-traiter la résonance magnétique nucléaire. « Nous avons pu développer des mimes de sucre fluorés qui ont un intérêt dans la thérapie contre le cancer ou le diabète », indique Géraldine Deliencourt-Godefroy.

Les collaborations ne s'arrêtent pas seulement entre acteurs du secteur privé, mais elles concernent également les partenariats public-privé. A titre d'exemple, la société Quidd, experte dans l'imagerie optique préclinique et clinique, collabore activement avec un laboratoire de l'Université de Rouen pour développer des sondes moléculaires innovantes, capables d'émettre de la lumière après fixation sur une cible au sein de l'organisme (telles que des enzymes). En outre, le partenariat entre Quidd et l'université de Rouen a permis de mettre au point un détecteur de signaux, conçu sous une forme de gélule ingérable par l'homme. La combinaison de ces deux innovations pourrait servir au dépistage de cancers gastro-intestinaux, ou à évaluer l'activité du pancréas dans le cadre du diabète. « A ce jour, il n'y a que deux sociétés au monde qui sont spécialisées dans le développement de ce type d'imagerie optique : VisEn, appartenant au groupe PerkinElmer, et notre société », affirme Pascal Fruit, directeur général de Quidd.

Le territoire de l'Eure regroupe donc des leaders mondiaux de la pharmacie et un réseau de PME et de start-up spécialisés, qui forment une filière intégrée pour le médicament. Cette structuration reflète le sens de l'évolution du modèle économique de la « Big Pharma », qui consiste à favoriser l'externalisation d'expertises pointues et la multiplication de partenariats extérieurs sur le long terme pour continuer à innover. « Pour le développement de nouvelles molécules thérapeutiques, il est donc nécessaire que les grands groupes favorisent les spin-off. Les créations de start-up par des experts des grands groupes permettent d'offrir un retour aux grands groupes, il s'agit en fait d'une spirale positive », conclut Luc Van Hijfte.

%%HORSTEXTE:0%%

Bienvenue !

Vous êtes inscrit à la news Industrie Pharma

Nous vous recommandons

Des micro-ordinateurs pensés pour les lignes de production

Des micro-ordinateurs pensés pour les lignes de production

2iPS, société spécialisée dans la fourniture de matériels informatiques industriels, lance la technologie des micro-ordinateurs Raspberry. Compacte et légère, la nanocarte Raspberry Pi 3B+[…]

05/05/2020 | Logiciels
Des solutions tout-en-un de suivi des performances

Des solutions tout-en-un de suivi des performances

Une solution pour faciliter l’intralogistique

Une solution pour faciliter l’intralogistique

Gerresheimer récompensé sur le développement durable

Gerresheimer récompensé sur le développement durable

Plus d'articles