Nous suivre Industrie Pharma

L'avenir de l'industrie pharmaceutique au cœur des débats

À MONTPELLIER, AURÉLIE DUREUIL

Sujets relatifs :

, ,
L'avenir de l'industrie pharmaceutique au cœur des débats

250 participants étaient attendus pour le 45e congrès de la SFSTP.

© © SFSTP

MALGRÉ LES GRÈVES AYANT EMPÊCHÉ CERTAINS PARTICIPANTS D'ARRIVER, LE 45e CONGRÈS DE LA SFSTP S'EST TENU MI-JUIN À MONTPELLIER. L'OCCASION DE PRÉPARER LE FUTUR DU SECTEUR.

Molécules chimiques ou biotechnologiques ? Production interne ou externalisée ? En France ou à l'autre bout du monde ? etc. Pour son 45e con grès, la Société française des sciences et techniques pharmaceutiques (SFSTP) s'est projetée dans le futur avec pour thème « 2020 : quelle industrie pharmaceutique ». Les 250 participants attendus ont ainsi travaillé sur les questions qui se posent aujourd'hui et dont les réponses façonneront l'industrie pharmaceutique de demain. Le congrès a débuté avec les résultats d'un sondage effectué auprès des membres de la SFSTP. Il a porté sur cinq grands thèmes, fils conducteurs du congrès : internalisation versus externalisation, chimie versus biotechnologie, global versus local, automatisation versus flexibilité, délocalisation versus ré-industrialisation. « Il s'agit de comprendre les changements en cours et à venir dans les domaines du développement et de la production », a détaillé Frédéric Thomas d'Arthur D. Little. Sur le thème de l'externalisation, les participants estiment à 73,5 % que « les laboratoires pharmaceutiques vont externaliser en priorité les formes galéniques particulières (nécessitant des installations spécifiques) » et 40,8 % pensent que l'externalisation concernera également certains produits innovants en lancement. Si Bernard Fraisse, p-dg de Fareva n'a pas détaillé le positionnement de son groupe de sous-traitance pharmaceutique concernant les produits innovants, il a indiqué sa stratégie de « couvrir la plupart des formes galéniques traditionnelles avec une couverture internationale ». Il souligne ainsi sa volonté de se développer dans les pays asiatiques, pour localiser des productions locales ».

Sur le thème de la mondialisation du marché, les participants à l'étude de la SFSTP sont 77,6 % à confirmer que « pour les grandes séries, les laboratoires vont concentrer les volumes sur un ou deux sites pour le monde entier ». 91,8 % estiment que pour les petites séries, les facteurs de succès sont : un délai de réaction très court, une proximité géographique et une grande flexibilité. « Cela représente sans doute une piste pour le maintien sur le territoire national », a noté Frédéric Thomas.

La flexibilité, un sujet récurrent

 

Si la flexibilité des installations a été abordée dans le thème « global versus local », elle également fait l'objet d'un thème lié à « l'automatisation versus la flexibilité ». Ainsi, 69,6 % des participants estiment qu' « il sera nécessaire de spécialiser des sites, des ateliers et des lignes en fonction des exigences spécifiques de certains clients ou pays ». La flexibilité des installations a notamment fait l'objet d'une session sur la conception modulaire des installations. Des présentations ont également permis de détailler l'apport de l'approche Lean pour la flexibilité des chaînes de production. « Le Lean repose sur un concept : la chasse au gaspillage pour améliorer le flux de valeur », a souligné Sylvain Bru, du cabinet de conseil Axsens. Mathieu Faion de Novo Nordisk et Jean-Charles Walch de Recipharm ont ensuite présenté la commission SFSTP créée en 2012 sur le sujet avec le double objectif de « convaincre de l'intérêt du Lean et de délivrer des conseils pour l'installer ». Une première publication est prévue en 2014 selon Jean-Charles Walch qui a souligné les raisons pour intégrer le Lean : « la concurrence, la réglementation plus complexe, les besoins plus diversifiés des clients, les matières plus coûteuses... ».

Le thème « délocalisation versus re-localisation » a lui révélé l'incertitude des participants. Seuls 14,3 % des participants pensent que « la fabrication de médicaments de haute technologie sera elle aussi délocalisée à moyen terme », tandis que 46,9 % ne répondent pas. 56,1 % estiment néanmoins qu' « après la production de principes actifs chimiques, la fabrication de médicaments « courants » sera elle aussi délocalisée hors d'Europe ». Cette thématique a été développée au cours d'ateliers de travail où les échanges ont notamment porté sur la vision des participants sur la délocalisation et les problèmes qui y sont liés : qualité, logistique, etc. Une présentation a permis de détailler les évolutions de la logistique pharmaceutique avec la parution en mars 2013 des nouvelles « Good distribution practice of medicinal products for human use » au journal officiel de l'Union européenne.

Enfin, le dernier thème a concerné les biotechnologies. Si 65,3 % des participants à l'étude considèrent que « pour assurer leur pérennité, les usines françaises devront se reconvertir vers les biotechnologies », seuls 24,5 % pensent qu' « en Europe, la France sera capable de rattraper son retard sur la fabrication de médicaments biotechnologiques ». Le thème a pourtant fait l'objet de plusieurs présentations tant au niveau des équipements avec Sartorius Stedim sur l'usage unique que pour la « transformation d'un site chimique en site biotechnologique » par Sanofi. Les biotechnologies ont également fait l'objet de la présentation de Pierre Angot de la DGCIS.

Le 45e congrès de la SFSTP a été l'occasion d'aborder les cinq grandes problématiques auxquelles sont confrontés les industrielles de la pharmacie aujourd'hui. Les questions restent néanmoins ouvertes sur l'avenir du secteur en France.

Bienvenue !

Vous êtes inscrit à la news Industrie Pharma

Nous vous recommandons

Le gouvernement américain injecte 354 M$ pour retrouver son indépendance sanitaire

Le gouvernement américain injecte 354 M$ pour retrouver son indépendance sanitaire

L’indépendance sanitaire est un sujet phare aux Etats-Unis. Elle entre dans le cadre de la stratégie America First du président Donald Trump. A ce titre, la société publique de fabrication de[…]

19/05/2020 | CoronavirusCovid-19
Nouvelles recommandations de l'ANSM pour les médicaments à base d'argile

Nouvelles recommandations de l'ANSM pour les médicaments à base d'argile

Scott Gottlieb, le n°1 de la FDA démissionne

Scott Gottlieb, le n°1 de la FDA démissionne

Les Philippines poursuivent Sanofi pour le Dengvaxia

Les Philippines poursuivent Sanofi pour le Dengvaxia

Plus d'articles