Nous suivre Industrie Pharma

L'AFM-Téléthon lance un appel d'offre

Laura Hendrikx

L'AFM-Téléthon a lancé, le 14 juin, un appel d'offre visant à combler le retard de la France dans le domaine de l'industrialisation des médicaments de thérapie génique. D'une durée de trois ans, celui-ci a pour ambition d'améliorer le rendement de la production et de réduire le coût de ces biomédicaments.

« Nous avons manqué le virage industriel des anticorps monoclonaux, ne ratons pas celui des médicaments de thérapie innovante. » Pour Serge Braun, directeur scientifique de l'AFM-Téléthon, la France doit améliorer le rendement de sa production de médicaments de thérapie génique mais aussi réduire le coût de ces derniers. À l'aube du Conseil stratégique des industries de santé (CSIS), qui se tiendra, début juillet, l'AFM-Téléthon a donc lancé, le 14 juin dernier, un appel d'offre international d'une durée de trois ans pour « booster » l'innovation technologique dans le domaine de la production de médicaments de thérapie innovante. La date limite de dépôt des dossiers est fixée au 6 juillet 2018. Autre échéance attendue pour le début du mois de juillet : la publication du pré-rapport du Comité stratégique de filière (CSF) alimentaire, du CSF Industries et Technologies de santé et du CSF Chimie & Matériaux, qui ont été mandatés par le Conseil national de l'industrie pour lancer une mission de réflexion stratégique sur l'industrialisation de la bioproduction en France. Les conclusions sont attendues pour la fin du mois d'octobre 2018.

Une recherche d'excellence mais une production à la traîne

La question de l'industrialisation des médicaments est en effet un enjeu majeur pour le secteur de la thérapie génique, et plus largement de la bioproduction. « Nous sommes dans un domaine où les méthodes de production sont tout aussi importantes que la recherche en amont », indique Frédéric Revah, directeur général de Généthon. Sur ce point, l'Hexagone présente encore des lacunes. Si la France bénéficie d'une recherche d'excellence à l'origine de premières mondiales, la présidente de l'AFM-Téléthon, Laurence Tiennot-Herment, déplore un système de valorisation inadapté, une culture entrepreneuriale insuffisante, des investissements trop faibles dans le développement thérapeutique et la bioproduction ainsi que l'absence d'une politique volontariste. Ce qui entraîne un retard notable en termes de production. Un constat que partage Serge Braun : « La France accuse encore un retard en matière d'industrialisation, alors que la qualité scientifique de notre pays est reconnue mondialement et que l'on compte un nombre important de start-up dans le domaine ». Tous deux insistent sur la nécessité d'un saut technologique pour mettre au point une innovation de rupture. « Il ne faut pas répéter les mêmes erreurs que pour l'immunothérapie », martèle Serge Braun. La France ne produit en effet que 3 % des anticorps monoclonaux prescrits à sa population, alors qu'elle était pionnière sur la recherche dans ce domaine. Pour Serge Braun, il est aujourd'hui essentiel d'éviter que le marché des médicaments de thérapie innovante ne soit, lui aussi, capté par d'autres pays, comme cela a été le cas pour les anticorps monoclonaux et les technologies de biologie moléculaire.

Valoriser, développer et produire en France

« Nous avons écrit l'histoire, ne laissons pas d'autres s'emparer du futur. Non seulement pour ne pas se priver de débouchés industriels énormes, mais également pour ne pas se laisser imposer des produits vitaux à des prix dictés par un monopole exogène, qui pèsera lourdement sur notre système de santé », explique le directeur scientifique de l'AFM-Téléthon. Pour sécuriser l'accès des patients français au médicament, l'association appelle à la création d'une filière industrielle française des biothérapies innovantes. « Si on veut avoir la main sur le prix, il faut maîtriser la chaîne de développement : valoriser, développer et produire en France », assure Laurence Tiennot-Herment. Sachant que 80 % de la valeur du produit est liée à sa fabrication, la présidente de l'AFM-Téléthon préconise de mobiliser des « efforts massifs en R&D visant à réduire de façon significative les coûts de bioproduction » d'un facteur supérieur à 10. Ce qui passe par l'implication d'acteurs académiques et industriels, « notamment Yposkesi ». Créé en novembre 2016 à l'initiative et avec le support de l'AFM-Téléthon, Yposkesi produit et commercialise des thérapies géniques et cellulaires pour les rendre accessibles aux patients à un prix « juste et maîtrisé » grâce à une innovation technologique permettant d'assurer des coûts abordables. Cette plateforme industrielle a l'ambition de devenir un acteur de référence dans le domaine de l'industrialisation des procédés de production. Actuellement dotée d'un bâtiment de 5 000 m2 produisant 35 lots par an, elle sera prochainement équipée d'une nouvelle installation qui devrait être mise en service à l'été 2020.

Bienvenue !

Vous êtes inscrit à la news Industrie Pharma

Nous vous recommandons

CDMO : Fujifilm investit 807 M€ dans son usine danoise

CDMO : Fujifilm investit 807 M€ dans son usine danoise

Le laboratoire japonais renforce son activité CDMO et investit au Danemark pour doubler les capacités de son usine dédiée aux biomédicaments.  C'est un investissement d'ampleur en Europe pour[…]

10/06/2020 | Actus LaboCDMO
Cell-Easy collabore avec le CHU de Toulouse

Cell-Easy collabore avec le CHU de Toulouse

Une usine américaine pour Wuxi Biologics

Une usine américaine pour Wuxi Biologics

Coronavirus : Tout comprendre sur les différents vaccins en développement

Coronavirus : Tout comprendre sur les différents vaccins en développement

Plus d'articles