Nous suivre Industrie Pharma

L'achat citoyen

Sujets relatifs :

,
L'achat citoyen

Sylvie Latieule Rédactrice en chef

Qui serait prêt à consommer sans sourciller un médicament estampillé « made in China » ? Probablement personne. Pourtant, nous absorbons chaque jour sans le savoir des médicaments dont tout ou partie de la production est réalisée en Asie. Déjà plus de 80 % des principes actifs consommés en Europe sont fabriqués en Asie. Les excipients, dont la production était restée jusqu'ici très européenne, commencent à rencontrer un début de concurrence asiatique. Quant à la formulation, elle est encore majoritairement européenne. Mais pour combien de temps ?

Actif défenseur de la production pharmaceutique en France, Sébastien Aguettant, président du SPIs (syndicat français du façonnage), a récemment suggéré non pas d'indiquer la provenance exacte des médicaments sur les étuis, mais d'adopter un marquage A-B-C-D pour renseigner sur la quote-part de production européenne. Un label A récompenserait un médicament fabriqué à 100 % en Europe : principe actif, formulation, conditionnement et libération. Le label D serait réservé aux médicaments uniquement libérés sur le territoire européen. Les label B et C révèleraient des situations intermédiaires.

En toute logique, un patient ou un prescripteur responsable devrait donner sa préférence à des produits plus européens (label A ou B). Or ce choix ne serait pas anodin pour les industriels européens du médicament qui verraient mécaniquement leurs volumes augmenter. Et c'est toute l'industrie européenne qui repartirait dans le sens de la réindustrialisation.

Quelle chance a-t-on de voir une telle mesure aboutir ? Les acteurs de la chimie fine en Europe (le Sicos en France) ont longtemps œuvré dans le cadre de la préparation du Paquet Pharmaceutique pour essayer d'introduire une mention de provenance géographique du principe actif sur les étuis. Mais ils n'ont pas été entendus ni soutenus par les laboratoires pharmaceutiques. Avec ce nouveau label, Sébastien Aguettant a bon espoir d'aboutir : « Contre toute attente, j'ai reçu un bon écho des industriels de la pharmacie car ils sont eux-mêmes exposés en Europe à ce problème de compétitivité de leurs usines qu'ils voudraient mieux valoriser ».

Cette mesure de marquage A-B-C-D sera inscrite dans le rapport du comité stratégique de filière commandé par le ministère de la Santé, en vue d'une adoption, dans un premier temps, au niveau français. Elle reste néanmoins parfaitement « eurocompatible » pour un déploiement dans d'autres pays. Ensuite, l'implémentation sur les étuis de médicaments pourrait être « très rapide ». Car contrairement au code datamatrix, le label A-B-C-D ne nécessiterait aucun investissement supplémentaire sur les lignes de conditionnement. « Juste un BAT pour l'impression de nouvelles boîtes » précise le dirigeant. Et Sébastien Aguettant voit déjà une suite à cette mesure de traçabilité avec la création d'un label « Service sociétal et environnemental rendu ou SSER ». Il viendrait s'ajouter au fameux « Service médical rendu ou SMR » dans la fixation des prix des médicaments pour compenser des règles du jeu industrielles plus strictes en Europe. Si l'échéance paraît plus longue et incertaine pour ce label SSER, le marquage A-B-C-D reste un outil simple et intelligent qui n'aurait pour conséquence que de réveiller notre sens de la citoyenneté. Alors pourquoi s'en priver ?


L'idée d'un marquage A-B-C-D pour renseigner sur la quote-part de production européenne d'un médicament est lancée.

Bienvenue !

Vous êtes inscrit à la news Industrie Pharma

Nous vous recommandons

[Edito Covid-19] : Ce que nous dit la pénurie de curare

[Edito Covid-19] : Ce que nous dit la pénurie de curare

Beaucoup d'entre nous associent le curare à cette drogue utilisée par les chasseurs d'Amazonie pour enduire les flèches de leurs sarbacanes et tuer leurs gibiers. Cette pratique ancestrale avait fini par donner[…]

Edito : La subtile stratégie de Sanofi

Edito : La subtile stratégie de Sanofi

Edito : Bad buzz pour le Zolgensma de Novartis

Edito : Bad buzz pour le Zolgensma de Novartis

Edito : La data entre menaces et opportunités

Edito : La data entre menaces et opportunités

Plus d'articles