Nous suivre Industrie Pharma

Isochem repris par le groupe PMC et la start-up Extracthive

Sylvie Latieule

Sujets relatifs :

, ,

Deux dossiers étaient en compétition pour la reprise du groupe de chimie fine Isochem, qui faisait l’objet, depuis le 4 juillet, d’une procédure de mise en redressement judiciaire par le tribunal de commerce d’Evry (Essonne, CPH n°804). Le mercredi 22 novembre, le tribunal a statué. C’est le groupe américain de spécialités PMC et la start-up Extracthive qui ont été retenus. Le premier a postulé pour l’acquisition des activités pharmaceutiques d’Isochem avec les sites de Vert-le-Petit (Essonne), Gennevilliers (Hauts-de-Seine) et Pithiviers (Loiret) conservant 229 salariés. Le second reprend l’unité de chimie fine et d’agrochimie de Pont-de-Claix (Isère) avec une dizaine de personnes. La "casse sociale" a été réduite au maximum avec un peu moins d’une soixantaine de postes supprimés.
Le choix du tribunal s’est porté sur l’offre la « mieux disante » en termes financiers. Sur les rangs, il y avait pourtant un autre dossier, porté par les sociétés françaises Orgapharm (filiale du groupe Axyntis) et Palchem. 
La reprise va se faire auprès du holding industriel allemand Aurelius, propriétaire d’Isochem depuis 2010. À l’époque, le fonds allemand se promettait de redonner un second souffle à cette ancienne filiale du groupe SNPE. Avec ses 550 salariés et un chiffre d’affaires de 113 millions d’euros à l’époque, Isochem portait encore les stigmates de l’explosion d’AZF qui l’avaient privée de son produit phare, le phosgène. Sept ans après, le miracle n’a pas eu lieu. Isochem a continué à se consumer à petit feu, entre plans sociaux et vente du site hongrois de Framochem en 2014. Son effectif est tombé à 285 salariés pour un chiffre d’affaires de moins de 60 millions d’euros. Reste néanmoins un outil industriel important, des savoir-faire haut de gamme, un portefeuille de DMF réputé qui vont être pérennisés. Et les repreneurs pourront sans doute profiter d’un marché de la chimie fine en pleine embellie. Ces dernières semaines, PCAS, récemment repris par Novacap, faisait état d’une croissance de 14 % sur les neuf premiers mois de l’année. Autre exemple avec Axyntis qui a annoncé un investissement de 3 M€ sur son site de Pithiviers, et la signature de 9 CDI. Chez Novasep aussi les investissements s’enchaînent. Après Seneffe (Belgique) et Le?Mans, c’est le site de Chasse-sur-Rhône qui bénéficie de 4 M€ d’investissement dans des installations de chimie à très basse température.

Bienvenue !

Vous êtes inscrit à la news Industrie Pharma

Nous vous recommandons

Covid-19 : Roche signe avec Atea Pharmaceuticals pour 350 M$

Covid-19 : Roche signe avec Atea Pharmaceuticals pour 350 M$

Les deux entreprises vont collaborer pour le développement d'un antiviral actuellement en phase II. Roche et la biotech américaine Atea Pharmaceuticals s'associent pour développer, produire et commercialiser[…]

22/10/2020 | Actus LaboCoronavirus
Pierre Fabre va investir 4,5 M€ pour relocaliser à Gaillac des actifs produits en Allemagne

Pierre Fabre va investir 4,5 M€ pour relocaliser à Gaillac des actifs produits en Allemagne

Servier va investir 100 M€ dans le Daflon à Bolbec

Servier va investir 100 M€ dans le Daflon à Bolbec

Delpharm met la main sur un site polonais de GSK

Delpharm met la main sur un site polonais de GSK

Plus d'articles