Nous suivre Industrie Pharma

Isaltis reprend Givaudan-Lavirotte et triple de taille

J.C.

Sujets relatifs :

, ,

A peine créée, la société de chimie fine triple de taille. Isaltis, détenue désormais à environ 75 % par le capital-risqueur français Orium et par la Société des Produits chimiques d'Harbonnières (SPCH) qui détient le reste du capital, vient d'acquérir Givaudan-Lavirotte, une filiale de Seppic (Groupe Air Liquide). Lors de sa création, il y a tout juste quelques semaines (CPH n°572), Isaltis n'avait pas caché ses ambitions de croître rapidement par croissance externe, et de se renforcer dans les domaines des sciences de la vie. Aux côtés de sa filiale Bernardy, ex-division chimie fine de SPCH, Isaltis comprend donc aujourd'hui Givaudan-Lavirotte via une opération dont les modalités, notamment financières, n'ont pas été dévoilées. Le chiffre d'affaires prévisionnel d'Isaltis pour 2011 effectue un bond significatif puisqu'il passe d'environ 8 millions d'euros à 25 M€. Le marché des sciences de la vie passe, lui, de 60 % à plus de 80 % du périmètre. La société, qui ne recensait que 45 salariés, va par ailleurs en accueillir 65 supplémentaires, et hériter d'une seconde usine implantée à Lyon (Rhône). L'unité de Givaudan-Lavirotte fabrique essentiellement des sels minéraux pour la pharmacie, notamment pour la production de médicaments contre les carences en minéraux ou de produits neurologiques, pour la cosmétique ou encore pour la nutrition (supplémentation en calcium, magnésium, zinc ou sels pour les laits pour enfants). L'activité de production d'actifs cosmétiques restera en revanche dédiée à Seppic, Isaltis disposant d'un contrat un long terme pour en assurer la production à façon. Aucune restructuration n'est prévue, l'ensemble des actifs et du personnel à Lyon est repris. En termes de procédés, l'usine est spécialisée dans les opérations de chimie de synthèse, comme l'acylation ou l'estérification et des opérations de séparation par cristallisation, filtration, distillation ou encore atomisation. « Givaudan-Lavirotte possède une gamme très complémentaire à celle de Bernardy. Les deux marques très connues sur ce marché de niche seront conservées mais les activités seront gérées commercialement de manière globale au niveau du groupe. » Avec ce renforcement, Isaltis se revendique désormais comme un des leaders mondiaux des sels minéraux de haute pureté pour les marchés des sciences de la vie. Pour Seppic, c'est la deuxième cession d'envergure dans l'année, après la vente de ses alcoxylats de spécialités à Arkema cet automne (CPH n°570).

Bienvenue !

Vous êtes inscrit à la news Industrie Pharma

Nous vous recommandons

Chloroquine/Covid-19 : « Je plaide pour son utilisation immédiate, très large, mais sous condition  »

Chloroquine/Covid-19 : « Je plaide pour son utilisation immédiate, très large, mais sous condition »

Créateur du Genopole d'Evry, qu'il a dirigé de 1998 à 2017, Pierre Tambourin nous livre ses réflexions sur l'utilisation de l'hydroxychloroquine dans la traitement du Covid-19. La pandémie de[…]

27/03/2020 | Coronavirus
Les « pharma papers » dénoncent 14 millions de liens d'intérêts

Les « pharma papers » dénoncent 14 millions de liens d'intérêts

Patrick Hibon de Frohen : Nouveaux métiers ou mutations et évolutions des compétences ?

Patrick Hibon de Frohen : Nouveaux métiers ou mutations et évolutions des compétences ?

Bioproduction : Les propositions du Leem pour renforcer la filière

Bioproduction : Les propositions du Leem pour renforcer la filière

Plus d'articles