Nous suivre Industrie Pharma

Ipsen se recentre sur la médecine de spécialités

Camille Boulate, avec AFP

Sujets relatifs :

, ,

Pour améliorer sa rentabilité, le groupe pharmaceutique entend se focaliser sur la médecine de spécialités et poursuivre son développement outre-Atlantique.

Ipsen, qui a présenté début juillet une actualisation de son plan stratégique 2020, lancé il y a quatre ans, table sur une « accélération de la croissance » de ses ventes, d'ici à cinq ans, a indiqué son p-dg Marc de Garidel. Pour ce faire, le groupe pharmaceutique entend focaliser sa stratégie sur la médecine de spécialités, principal moteur de croissance depuis 2010, avec une progression de 8 % et qui représente aujourd'hui 75 % des ventes. Ipsen compte désormais « devenir leader dans les maladies de niche » et s'inspirer du modèle des « laboratoires les plus focalisés (qui) ont la meilleure performance », a expliqué Marc de Garidel. Le tout en recentrant davantage sa stratégie autour de trois domaines forts : les tumeurs neuroendocrines, la spasticité et la médecine esthétique. Parallèlement, Ipsen souhaite renforcer sa présence sur ses domaines historiques, tel que l'urologie-oncologie et l'endocrinologie adulte, et poursuivre la recherche sur des aires thérapeutiques complémentaires (cancers gastro-intestinaux et cancers rares)

Renforcement des ventes sur le marché américain

Autre axe stratégique : le développement géographique dans les marchés émergents et aux États-Unis, pays pesant à eux seuls 34 % du marché mondial pharmaceutique et 67 % des profits, a tenu à rappeler Marc de Garidel. D'ailleurs, au premier trimestre 2015, les États-Unis représentaient déjà 9 % des ventes d'Ipsen, soit un quasi-doublement en quatre ans : « La filiale américaine est en train de décoller », s'est félicité le p-dg, qui voit les États-Unis devenir bientôt le premier marché du groupe pharmaceutique français. Un décollage largement dû au lancement outre-Atlantique du Somatuline, produit numéro un du groupe, dans les tumeurs neuroendocrines. Ipsen prévoit aujourd'hui que sa filiale américaine parvienne à l'équilibre dès 2016, avec un an d'avance sur son objectif de départ. Au global, Ipsen estime sa progression annuelle moyenne entre 6 et 8 % d'ici à 2020, soit un objectif de ventes « organiques » de 1,8 à 2 milliards d'euros. Un chiffre inférieur à l'objectif avancé pour l'année 2014, mais qui ne prend pas en compte le chiffre d'affaires généré par d'éventuelles acquisitions, une perspective restant dans la stratégie du groupe.

Ipsen ne compte pas délaisser la médecine générale. Le laboratoire entend optimiser son portefeuille dans les troubles gastro-intestinaux, où il détient l'anti-diarrhéique Smecta, et se développer sur le marché OTC.

Bienvenue !

Vous êtes inscrit à la news Industrie Pharma

Nous vous recommandons

Servier tiré par l'international

Servier tiré par l'international

Le géant pharmaceutique français a annoncé de bons résultats pour l'exercice 2016/2017, et ce malgré une baisse des ventes en France. Pour l'exercice 2016-2017, le chiffre d'affaires de Servier[…]

05/03/2018 | ServierActualités
Zydus s'empare de six marques de Merck en Inde

Zydus s'empare de six marques de Merck en Inde

Feu vert de la FDA pour trois sites de production de Novasep

Feu vert de la FDA pour trois sites de production de Novasep

Le LFB triplera les capacités de son site d'Alès d'ici à 2017

Le LFB triplera les capacités de son site d'Alès d'ici à 2017

Plus d'articles