Nous suivre Industrie Pharma

Interférence ARN : GlaxoSmithKline s'associe au Britannique Sirna Therapeutics

Sujets relatifs :

,
GlaxoSmithKline (GSK) et son compatriote Sirna Therapeutics ont signé un accord stratégique pluriannuel pour le développement et la commercialisation d'un traitement contre l'asthme basé sur la technologie d'interférence ARN. Selon les termes de l'accord, Sirna recevra un paiement initial de 12 millions de dollars (9,8 M€ ) et sera susceptible de recevoir des versements ultérieurs, suivant les progrès réalisés dans ces travaux. GSK, qui prendra en charge les essais cliniques puis la commercialisation des produits dans le monde, lui octroiera des royalties sur les ventes et une licence de production. Le montant total de cet accord pourrait dépasser 700 M$ (572 M€ ). Sirna Therapeutics est l'une des entreprises les plus avancées dans l'interférence ARN, technique qui consiste à inactiver spécifiquement un ARN messager en le bloquant par un ARN antisens (siRNA: short interfering RNA). L'expression protéique ou la réplication virale sont ainsi stoppées. Asthme, dégénérescence maculaire liée à l'âge et oncologie De nombreuses applications médicales y recourant sont en développement. Par exemple, l'anti-asthmatique en développement avec GSK ciblera le récepteur à l'interleukine-4 (IL4-R), ce qui permettrait de réduire de 80 % l'hyper-réactivité bronchique. D'autre part, en septembre dernier, Sirna et Allergan ont signé un accord de 250 M$ (204 M€ ), dont 5 M$ (4,1 M€ ) de paiement initial, portant sur le développement d'un traitement de la dégénérescence maculaire liée à l'âge. Et Sirna étudie encore d'autres cibles potentielles comme les affections métaboliques (diabète de type 2), la neurologie (maladie de Huntington), les anti-viraux (hépatites B et C) ou encore l'oncologie (anti-angiogénique en développement avec Eli Lilly). Dans ce domaine, ses principaux concurrents sont Alnylam et Genta. Alnylam vient d'ailleurs de réaliser une première dans le domaine de l'interférence ARN, avec la démonstration chez le primate de l'efficacité d'un traitement systémique à base de siRNA. Des travaux qui portaient sur l'hypercholestérolémie et qui ouvrent la voie au lancement d'essais chez l'homme. GlaxoSmithKline n'est pas la seule big pharma à s'intéresser à l'interférence ARN. Merck & Co. a été le premier grand laboratoire à signer un accord de recherche dans le domaine en 2004, avec Alnylam. Novartis a également scellé un accord de 700 M$ avec ce dernier en septembre 2005.

Bienvenue !

Vous êtes inscrit à la news Industrie Pharma

Nous vous recommandons

Chloroquine/Covid-19 : « Je plaide pour son utilisation immédiate, très large, mais sous condition  »

Chloroquine/Covid-19 : « Je plaide pour son utilisation immédiate, très large, mais sous condition »

Créateur du Genopole d'Evry, qu'il a dirigé de 1998 à 2017, Pierre Tambourin nous livre ses réflexions sur l'utilisation de l'hydroxychloroquine dans la traitement du Covid-19. La pandémie de[…]

27/03/2020 | Coronavirus
Les « pharma papers » dénoncent 14 millions de liens d'intérêts

Les « pharma papers » dénoncent 14 millions de liens d'intérêts

Patrick Hibon de Frohen : Nouveaux métiers ou mutations et évolutions des compétences ?

Patrick Hibon de Frohen : Nouveaux métiers ou mutations et évolutions des compétences ?

Bioproduction : Les propositions du Leem pour renforcer la filière

Bioproduction : Les propositions du Leem pour renforcer la filière

Plus d'articles