Nous suivre Industrie Pharma

Inquiétudes sur les ruptures de stock et d'approvisionnement des médicaments

A.D.

Sujets relatifs :

, ,
« Il s'agit d'un problème de santé publique qui a tendance à s'accentuer », prévient Yves Juillet, président de l'Académie nationale de pharmacie.

 Les ruptures de stock et d'approvisionnement de médicaments ont fait l'objet d'un groupe de travail qui a formulé des recommandations. Chaque jour 5 % des médicaments commandés en officine sont en rupture. Et les produits concernés peuvent être très variés. Une rupture de stock n'a pas le même impact pour un paracétamol facilement substituable et pour un anticancéreux ou un antibiotique pour lequel il n'existe pas d'alternative thérapeutique. Le président de l'Académie nationale de pharmacie distingue trois types de rupture. D'abord les arrêts de commercialisation par les laboratoires pour des motifs économiques qui sont signalés aux pouvoirs publics environ 6 mois avant. Ensuite, les ruptures d'approvisionnement « essentiellement liées à la chaîne d'approvisionnement. En général on peut trouver des solutions dans la limite de quatre jours », note Yves Juillet. Enfin, les ruptures de stocks sont, elles, liées aux étapes de fabrication : un défaut de qualité sur un lot, un problème de matière active, etc.

Dans ce contexte, l'Académie nationale de pharmacie a formulé des recommandations concernant tous les maillons de la chaîne. A commencer par l'approvisionnement en matières premières. L'Académie souligne que « 14 % des ruptures de stocks de médicaments auraient pour origine une difficulté d'approvisionnement en matière première à usage pharmaceutique ». La délocalisation dans les pays comme l'Inde et la Chine est largement pointé du doigt par l'institution. Elle préconise ainsi de « définir une politique de relocalisation à long terme, tout spécialement pour les matières actives pour lesquelles un fabricant mondial unique a été identifié ». Une « liste des matières actives tombées dans le domaine public dont la pénurie peut entraîner des problèmes de santé publique » est également envisagée. Anne Carpentier, du Leem, a par ailleurs indiqué que « les laboratoires ont établi des listes internes des médicaments essentiels à la santé publique ». Le problème de la production à flux tendu avec des stocks de plus en plus restreints a également été pointé par ces travaux. L'Académie nationale de pharmacie s'est aussi penchée sur les évolutions du circuit de distribution et propose de faire évoluer l'actuelle obligation de moyens des grossistes répartiteurs vers une obligation de résultats. Elle demande également d'interdire l'exportation parallèle de médicaments correspondant au stock nécessaire aux besoins nationaux pour les équivalents thérapeutiques. Les pharmacies hospitalières et les officines font également l'objet de recommandations afin de mieux gérer les ruptures et les relations avec les patients.

Bienvenue !

Vous êtes inscrit à la news Industrie Pharma

Nous vous recommandons

Le gouvernement américain injecte 354 M$ pour retrouver son indépendance sanitaire

Le gouvernement américain injecte 354 M$ pour retrouver son indépendance sanitaire

L’indépendance sanitaire est un sujet phare aux Etats-Unis. Elle entre dans le cadre de la stratégie America First du président Donald Trump. A ce titre, la société publique de fabrication de[…]

19/05/2020 | CoronavirusCovid-19
Les Philippines poursuivent Sanofi pour le Dengvaxia

Les Philippines poursuivent Sanofi pour le Dengvaxia

Nouvelles recommandations de l'ANSM pour les médicaments à base d'argile

Nouvelles recommandations de l'ANSM pour les médicaments à base d'argile

Scott Gottlieb, le n°1 de la FDA démissionne

Scott Gottlieb, le n°1 de la FDA démissionne

Plus d'articles