Nous suivre Industrie Pharma

Innate Pharma amorce un partenariat avec BMS

Audrey Fréel

Sujets relatifs :

, ,
Innate Pharma amorce un partenariat avec BMS

Portefeuille en oncologie d'Innate Pharma

© Source : Innate Pharma

L'entreprise biopharmaceutique française vient de conclure un accord de licence avec l'Américain Bristol-Myers Squibb. Une transaction qui pourrait atteindre 465 M$ (300 M€) avec un versement initial de 35 M$.

C'est un accord stratégique que vient de conclure lla société Innate Pharma. Elle vient d'accorder les droits exclusifs pour le développement, la fabrication et la commercialisation de l'anticorps monoclonal IPH 2102 à l'Américain Bristol-Myers Squibb (BMS). « Cet accord de licence est le plus important jamais conclu avec une biotech française en termes financiers », se réjouit Hervé Brailly, p-dg d'Innate Pharma. En effet, le groupe français pourrait recevoir jusque 430 millions de dollars (300 M€) de versements d'étape. Il recevra en premier lieu un paiement initial de 35 M$ de la part de BMS. Des redevances échelonnées d'un pourcentage à deux chiffres sur les ventes internationales nettes sont aussi envisagées. Innate Pharma poursuivra le développement de l'IPH 2102 dans le traitement de la leucémie aiguë myéloïde jusqu'à la fin de la phase II et apportera aussi un soutien dans le développement préclinique. L'IPH 2102 est actuellement en phase I de développement dans le traitement du cancer. Il permet de bloquer les récepteurs KIR qui inhibent les cellules NK (appelées "cellules tueuses naturelles"). En désactivant ces récepteurs, IPH 2102 favorise l'activation de ces cellules et potentiellement la destruction des cellules tumorales par ces dernières.

Un deuxième partenariat stratégique pour Innate Pharma

« Ce partenariat est un signe fort de notre engagement, tant sur le territoire français que vis-à-vis de la communauté biotechnologique française et du domaine de l'immuno-oncologie, dans lequel nous avons développé un solide portefeuille incluant l'ipilimumab », révèle Mike Seeley, directeur de BMS France. Ce dernier est un médicament de la famille des anticorps monoclonaux pour le mélanome à un stade avancé. Il a récemment obtenu une autorisation de mise sur le marché de la part de la FDA. L'Américain renforce aussi sa division française, qui est la première filiale du groupe hors États-Unis, avec 2 840 collaborateurs et 864 M€ de chiffre d'affaires en 2010. Elle dispose de deux centres de production à Agen (Lot-et-Garonne), de trois centres de distribution et d'un siège social situé à Rueil-Malmaison (Hauts-de-Seine). De son côté, Innate Pharma engage son deuxième partenariat avec un leader du secteur pharmaceutique. Fin 2003, il avait entamé une collaboration avec le Danois Novo Nordisk pour le développement d'indications oncologiques. Un programme qui s'est achevé en 2008, après le désengagement du groupe danois de l'oncologie (CPH n°437). Innate Pharma a alors obtenu les droits de développement et de commercialisation de l'anticorps monoclonal IPH 2101 auprès de la société pharmaceutique danoise en 2008 (CPH n°440). Actuellement, le portefeuille de produits du groupe français est composé de trois anticorps monoclonaux en oncologie.

Bienvenue !

Vous êtes inscrit à la news Industrie Pharma

Nous vous recommandons

Kulminéo, une approche terrain pour booster la performance de l’industrie pharmaceutique

Expertise

Kulminéo, une approche terrain pour booster la performance de l’industrie pharmaceutique

Après 35 années de carrière en industrie et conseils multi-secteurs, Marc Jadot, fondateur et président de Kulminéo, s’est forgé une conviction profonde : « La performance[…]

Chloroquine/Covid-19 : « Je plaide pour son utilisation immédiate, très large, mais sous condition  »

Chloroquine/Covid-19 : « Je plaide pour son utilisation immédiate, très large, mais sous condition »

Les « pharma papers » dénoncent 14 millions de liens d'intérêts

Les « pharma papers » dénoncent 14 millions de liens d'intérêts

Patrick Hibon de Frohen : Nouveaux métiers ou mutations et évolutions des compétences ?

Patrick Hibon de Frohen : Nouveaux métiers ou mutations et évolutions des compétences ?

Plus d'articles