Nous suivre Industrie Pharma

Injectables : Teva prévoit de se séparer d'un site en Hongrie

Hélène Bour

Le génériqueur israélien a l'intention de céder ou de fermer son usine de production d'injectables stériles basée à Gödöllo, en Hongrie, d'ici à 2018. Le groupe prévoit de licencier 500 personnes dans les mois à venir.

L'Israélien Teva Pharmaceuticals a finalement confirmé les rumeurs de la presse hongroise. Le génériqueur a bien l'intention de réduire drastiquement ses effectifs sur son usine de production de produits stériles injectables de Gödöllo, en Hongrie, site qu'il a l'intention de vendre ou de fermer d'ici à la fin 2018. « Ce plan fait partie de la stratégie d'exploitation globale du réseau de la société, qui vise à mieux aligner la capacité de production sur le marché et la demande des patients à l'échelle mondiale », nous a précisé Jayson Otke, directeur de la communication corporate de Teva Europe, corroborant les informations diffusées par une agence de presse hongroise. En conséquence, la production de l'usine de Gödöllo va progressivement diminuer jusqu'au 30 juin 2018, où elle devrait être définitivement arrêtée. Et pour ce faire, l'Israélien « propose d'éliminer environ 500 postes dans les prochains mois », indique-t-il dans un communiqué. Le groupe précise qu'il veillera à s'assurer que les employés concernés reçoivent des allocations qui les aideront à se trouver un emploi stable sur le marché local. Parallèlement, le laboratoire assure qu'il cherchera activement un repreneur, et qu'il travaillera avec le gouvernement pour cela. Pour autant, Teva a refusé de nous préciser si des discussions de rachats étaient déjà en cours. Mais malgré sa décision d'abandonner le site de Gödöllo, Teva se veut rassurant au sujet de ses deux autres sites hongrois. « Teva demeure pleinement engagée à intervenir en Hongrie », assure le génériqueur. « Les deux usines de Teva à Debrecen et Sajóbábony, ainsi que l'organisation commerciale de Teva, qui comptent en tout plus de 2 000 salariés, ne sont pas incluses dans ce plan de restructuration ». Teva assure en outre qu'il continuera d'investir dans ses activités de production locales et dans ses activités de R&D à Debrecen.

Une décision qui intervient après une année compliquée avec la FDA

Cette annonce de Teva fait suite à une année 2016 marquée par divers problèmes de conformité sur sa nouvelle usine de Gödöllo, installation que Teva a inaugurée en 2012 pour étendre ses capacités d'injectables. En janvier 2016, une inspection de la Food and Drug Administration (FDA) des États-Unis avait identifié plusieurs manquements au regard des bonnes pratiques de fabrication (GMP). En mai, une seconde inspection avait valu à l'usine une alerte aux importations sur le marché américain, interdisant toutes les importations de produits issus de cette usine aux États-Unis, à l'exception de deux médicaments (l'anticancéreux à base de bléomycine et l'antibiotique à base d'amikacine) afin d'éviter les pénuries. Teva avait alors décidé d'interrompre la production d'injectables sur son site. Enfin, en octobre dernier, la FDA a publié une lettre d'avertissement exposant ses conclusions et donnant à Teva les clefs pour voir ses produits de nouveau commercialisés aux États-Unis. L'Israélien, qui avait assuré travailler assidûment à résoudre ces problèmes de conformité, a semble-t-il préféré une solution plus radicale. Un choix qui a sans doute été influencé par les mauvais résultats du groupe en termes de rentabilité (CPH n°791), et par une dette de plus de 35 Mrds $ que Teva peine à diminuer. En mars dernier (CPH n°795), le géant israélien avait annoncé une nouvelle stratégie incluant « la fin des activités déficitaires, le regroupement de fonctions, en plus du gel des recrutements et du renouvellement naturel des employés. » Il avait, en revanche, réfuté les chiffres annoncés par la presse israélienne assurant que le groupe prévoyait de supprimer près de 11 % de sa main-d'oeuvre, soit 2 000 à 6 000 postes. Teva Pharmaceuticals emploie actuellement environ 57 000 personnes dans le monde.

Bienvenue !

Vous êtes inscrit à la news Industrie Pharma

Nous vous recommandons

Covid-19 : Une nouvelle piste thérapeutique antivirale avec la combinaison remdesivir-diltiazem

Covid-19 : Une nouvelle piste thérapeutique antivirale avec la combinaison remdesivir-diltiazem

En repositionnant des médicaments contre le Covid-19, des chercheurs lyonnais du laboratoire VirPath au Centre international de recherche en infectiologie ont démontré dans des modèles in vitro d’infection,[…]

10/08/2020 | CoronavirusCovid-19
Covid-19 : Le Canada signe deux accords pour s’assurer un accès aux vaccins

Covid-19 : Le Canada signe deux accords pour s’assurer un accès aux vaccins

Covid-19 : Plus d’un milliard de dollars du gouvernement américain pour J&J

Covid-19 : Plus d’un milliard de dollars du gouvernement américain pour J&J

Covid-19 : Résultats de phase I positifs pour le vaccin de Novavax

Covid-19 : Résultats de phase I positifs pour le vaccin de Novavax

Plus d'articles