Nous suivre Industrie Pharma

Inhalateurs : nouvel investissement d'AstraZeneca à Dunkerque

Sujets relatifs :

,
Quatre mois après avoir inauguré de nouvelles installations sur son usine française de Dunkerque, AstraZeneca annonce un nouvel investissement de 94,5 millions d'euros sur le site. L'opération vise cette fois à soutenir la croissance anticipée de son anti-asthmatique vedette Symbicort sous une nouvelle forme. Disponible dans 85 pays, dont la France, Symbicort fait actuellement appel au Turbuhaler, l'inhalateur à poudre sèche du groupe. L'investissement porte quant à lui sur l'extension des capacités de production d'une nouvelle forme utilisant un pMDI (inhalateur doseur pressurisé). Le site de Dunkerque approvisionnera de manière exclusive le marché mondial en Symbicort sous cette forme, actuellement en développement et qui devrait faire son entrée sur le marché européen l'année prochaine. Dunkerque possède déjà deux lignes de remplissage et deux lignes de conditionnement de Symbicort sous forme pMDI, utilisées pour les essais cliniques. L'extension de capacité se traduira par l'ajout d'une ligne de remplissage, de trois lignes de conditionnement (au sein de bâtiments existants) et d'un magasin pour le stockage de ces aérosols doseurs. Le projet, en phase d'étude, devrait s'étaler sur les deux à trois prochaines années. Il aboutira à la création de 150 nouveaux emplois sur le site, qui compte déjà environ 600 personnes. Symbicort est une association fixe de deux principes actifs : le corticostéroïde budésonide pour un traitement de fond, et le bronchodilatateur formotérol, à action rapide et prolongée pour un traitement des crises. Symbicort est indiqué à la fois dans le traitement de l'asthme et de la bronchopneumopathie chronique obstructive (BPCO). Le marché mondial des produits à association fixe est estimé à environ 3,2 Mrds d'euros. Les deux principes actifs de Symbicort continueront, dans un premier temps, à être synthétisés en Suède, où est également produit le médicament sous forme Turbuhaler. Le site de Dunkerque produit quant à lui les principes actifs budésonide (pour Pulmicort) et ésoméprazole (pour l'anti-ulcéreux Nexium) et procède à la formulation des anti-asthmatiques Bricanyl (terbutaline) et Pulmicort (budésonide) sous la forme Turbuhaler. Depuis sa création en 2001, AstraZeneca a investi 500 millions d'euros dans son site dunkerquois. Très récemment, la société y a investi 90 millions d'euros. Avec la création de Sanofi-Aventis, la France pourra bientôt s'enorgueillir d'abriter le numéro quatre mondial de la pharmacie. Mais cette "success story" est-elle représentative de toute une profession ? Rien n'est moins sûr. En effet, si la part de la France dans le jeu mondial reste significative (7 %), elle ne cesse de se détériorer, selon une étude de l'institut Rexecode commandée par le Leem (Les entreprises du médicament). pour l'installation de lignes de production supplémentaires pour Bricanyl et Pulmicort, inaugurées en janvier dernier. L'unité a ainsi vu sa surface atteindre 18 000 m2 afin de faire face à la hausse de la demande pour les traitements de l'asthme, dont les ventes ont progressé de 24 % l'an dernier, selon la compagnie. Rappelons que les maladies respiratoires représentent l'une des aires thérapeutiques les plus importantes du groupe, avec 1,8 Mrd d'euros de ventes en 2003, sur un chiffre d'affaires global de 14,9 Mrds d'euros. Bonnes performances des produits phares au premier trimestre L'importante demande pour les médicaments vedettes d'AstraZeneca a permis au groupe anglo-suédois de réaliser un chiffre d'affaires record, supérieur à 5 Mrds $ (4,1 Mrds d'euros) au premier trimestre, en progression de 7 %. A taux de change constants, le CA essuie néanmoins une perte de 1 %. Et le bénéfice opérationnel, légèrement supérieur à 1 Mrd $ (820 millions d'euros ), diminue de 15 % (­20 % à taux de change constants) en comparaison d'un bon premier trimestre 2003 qui avait bénéficié du lancement de nouveaux produits ainsi que d'une phase d'achats spéculatifs de 400 M$ des grossistes. Une fois ces éléments exclus, la croissance des ventes globales des produits clés du groupe est estimée à 34 %. Le CA des produits respiratoires augmente de 4 % à taux de change constants, avec notamment une hausse de 31 % du CA de Symbicort (188 M$) et de 5 % pour Pulmicort (282 M$). Les produits oncologiques enregistrent un CA de 762 M$, (+19 %), et l'hypocholestérolémiant Crestor (rosuvastatine) atteint un CA de 129 M$, contre 3 M$ à la même période en 2003. Enfin, malgré une baisse de 2 % de ses ventes à 448 M$, l'antipsychotique atypique Seroquel (fumarate de quétiapine) détrône Zyprexa de Lilly en termes de prescriptions et devient le numéro deux du marché américain, avec 24,5 % de parts de marché.

Bienvenue !

Vous êtes inscrit à la news Industrie Pharma

Nous vous recommandons

Kulminéo, une approche terrain pour booster la performance de l’industrie pharmaceutique

Expertise

Kulminéo, une approche terrain pour booster la performance de l’industrie pharmaceutique

Après 35 années de carrière en industrie et conseils multi-secteurs, Marc Jadot, fondateur et président de Kulminéo, s’est forgé une conviction profonde : « La performance[…]

Chloroquine/Covid-19 : « Je plaide pour son utilisation immédiate, très large, mais sous condition  »

Chloroquine/Covid-19 : « Je plaide pour son utilisation immédiate, très large, mais sous condition »

Les « pharma papers » dénoncent 14 millions de liens d'intérêts

Les « pharma papers » dénoncent 14 millions de liens d'intérêts

Patrick Hibon de Frohen : Nouveaux métiers ou mutations et évolutions des compétences ?

Patrick Hibon de Frohen : Nouveaux métiers ou mutations et évolutions des compétences ?

Plus d'articles