Nous suivre Industrie Pharma

Ingénierie/Le projet Saphir de Sanofi : retour sur les avatars du site de Sisteron

Sujets relatifs :


Un an après la présentation officielle du projet Saphir de Sanofi par l'ensemble de ses partenaires, l'heure est au bilan. Un bilan mitigé puisque le chantier aurait pris près de deux mois de retard. Une situation que Sanofi ne pouvait laisser perdurer et qu'elle a dû reprendre en main en février dernier. Le 17 juin 1998, au siège de Sogequip, près de Lyon, Bill Walker, directeur du projet chez Sanofi, présentait en compagnie des responsables de Sogequip, l'étude et la construction de deux usines, l'une à Aramon (Gard) et l'autre à Sisteron (Alpes de Haute Provence). Ces deux usines sont destinées à produire deux molécules phares issues de la recherche Sanofi : l'irbesartan, destiné au traitement de l'hypertension et le clopidogrel, anti-agrégant plaquettaire prescrit pour le traitement des maladies cardiovasculaires. Deux principes actifs particulièrement prometteurs et voués à devenir deux "blockbusters".Le projet représentait un investissement de près de 400 MF pour la partie ingénierie et bâtiment. L'ampleur de l'engagement devrait conduire Sogequip à s'associer avec deux autres partenaires : le britannique Raytheon pour la partie process et Sogelerg (filiale d'Alcatel Alstom) pour la partie bâtiment. Un partenariat qui ne se serait pas très bien passé passé le 31 décembre 1998, Raytheon rompait l'accord et se retirait du projet. Les raisons de ce retrait du britannique sont de deux ordres. Tout d'abord un recentrage stratégique du groupe au cours de l'année 1998 vers son métier d'origine : le militaire. Autre raison plus délicate à gérer, des problèmes d'entente entre les équipes de Raytheon et de Sogequip et Sogelerg. Des problèmes liés à des méthodes de travail très différentes entre les Français et les Britanniques. Il s'en est suivi une rupture de contrat plutôt embarrassante pour les deux associés qui ont dû renégocier et signer un nouvel accord. Des avatars qui ont donc allongé les délais et conduit Sanofi à reprendre en main la réalisation du chantier afin d'analyser les causes du retard et le combler. C'est en février dernier que la société d'assistance à la maîtrise d'ouvrage, Hysys Service, contactait la direction technique du site de Sisteron. Alertée par le retard du chantier, celle-ci cherchait justement à prendre en charge sa supervision et cherchait pour cela une assistance. Or, il s'agit d'une des facettes du métier de Hysys Service. C'est ainsi que la responsabilité de la construction est passée en février dernier sous la responsabilité du directeur technique du site de Sisteron avec l'assistance d'une équipe de Hysys Service et en particulier de Lucien Mayer, qui avait conduit une opération de grande envergure sur le projet de Boehringer à Reims. Il est apparu aux experts de Hysys Service, que le problème principal de ce chantier résidait dans une mauvaise coordination de la sous-traitance, une difficulté à laquelle ils se sont employés de remédier en priorité. Sont venus ensuite la supervision des travaux électriques, l'approvisionnement en équipements et matériels et enfin tous les travaux concernant le système numérique de contrôle-commande (SNCC). Résultat : de 80 personnes sur le chantier, l'effectif est passé à 300 et le retard a été en partie rattrapé. Mais Sogequip, tout en conservant une place de choix dans ce projet, dans la mesure où Sanofi lui a accordé de nouveau sa confiance lors des négociations du nouveau contrat, a tout de même perdu une partie de ses prérogatives .Le responsable Sogequip du chantier est désormais placé sous la tutelle du directeur technique de Sisteron. X.-V. G

Bienvenue !

Vous êtes inscrit à la news Industrie Pharma

Nous vous recommandons

Endress+Hauser s'empare de Kaiser Optical Systems

Endress+Hauser s'empare de Kaiser Optical Systems

Le groupe suisse a annoncé l'acquisition de l'Américain Kaiser Optical Systems, filiale de Rockwell Collins spécialisée dans les instruments de spectroscopie Raman.La transaction, dont le montant demeure confidentiel, permet à[…]

Bioaxial lève 1,9 M€

Bioaxial lève 1,9 M€

Median Technologies décroche deux contrats

Median Technologies décroche deux contrats

Fusion entre Chesapeake et Multi Packaging Solutions

Fusion entre Chesapeake et Multi Packaging Solutions

Plus d'articles