Nous suivre Industrie Pharma

Hybrigenics lance son IPO malgré les turbulences boursières

Cédric Ménard

Sujets relatifs :

Rémi Delansorne, directeur général d'Hybrigenics, n'est, semble-t-il, pas trop inquiet du trou d'air qu'ont traversé les valeurs biotechnologiques françaises ces dernières semaines. Ainsi, son entreprise, comme il nous l'avait confié dès avril dernier (CPH n°380), vient d'officialiser son intention d'entrer en Bourse, avec pour objectif de lever environ 26 millions d'euros.
Pourtant, il y a deux semaines, NicOx et Transgene, mais aussi Metabolic Explorer, Genfit et BioAlliance Pharma pour ne citer qu'elles, ont vu leur cours dévisser, avant de reprendre par la suite un peu de couleurs. Une conjoncture qui selon Rémi Delansorne n'est pas synonyme d'une perte de confiance dans le secteur: « Beaucoup de gérants ont réalisé des plus-values dans les biotechnologies françaises. Il est donc normal qu'ils aient privilégié ces valeurs lorsqu'ils ont eu besoin de liquidités. Quand ils ont gagné 200 %, voire plus, en trois ans sur le titre NicOx, on peut comprendre qu'ils en cèdent une part ». D'autant que souligne le dirigeant, « si c'était une perte de confiance dans les sociétés elles-mêmes, les baisses seraient beaucoup plus sélectives, or dans les valeurs qui ont chuté, il y a beaucoup de profils différents ». Transgene et Metabolic Explorer ne sont en effet pas du tout comparables. Rémi Delansorne reconnaît toutefois qu'il aurait préféré « lancer cette IPO dans une phase d'euphorie », et que ce climat complique bien les choses. Mais, souligne-t-il non sans ironie, « on m'a toujours dit que c'était quand un secteur était au plus bas qu'il fallait acheter ». Plus sérieusement, il estime que « peu de sociétés de biotechnologies peuvent se targuer d'avoir deux activités à un stade avancé, avec d'une part un produit en clinique chez le malade (en phase II) et, d'autre part, un produit d'exploitation supérieur à 3 Me. Si l'on regarde bien nos deux métiers, nous sommes face à des progrès qui légitiment notre IPO ». Il faudra attendre les 7 et 10 décembre prochain pour connaître le résultat de cette entrée en Bourse. Un projet que le dirigeant avait en avril dernier plutôt situé début 2009 que fin 2008. L'opération a ainsi été un peu avancée. Les fonds que l'entreprise espère lever restent indispensables pour la bonne exécution de la stratégie d'Hybrigenics. Ils lui permettront en effet de pouvoir financer les essais cliniques de son projet le plus avancé, l'inecalcitol, qui vient tout juste d'entrer en phase II. « Lors de ce lancement, nous avons dans le même temps amorcé les prises de contact avec les partenaires commerciaux potentiels. Notre entrée en Bourse doit nous permettre de leur donner le temps de se décider, même si cela doit se faire en cours de phase III », nous a-t-il confié. « L'immense majorité » de cette levée de fonds sera d'ailleurs destinée à financer ces essais, l'autre branche d'Hybrigenics, les services, n'étant pas consommateurs de cash, selon le dirigeant. Quand à d'éventuelles acquisitions – de taille modeste et destinées à élargir son pipeline, « elles ne seront envisagées que dans le cas où l'option de surallocation serait exercée, mais ne rêvons pas », indique Rémi Delansorne.

Bienvenue !

Vous êtes inscrit à la news Industrie Pharma

Nous vous recommandons

Genfit confirme son entrée sur le Nasdaq

Genfit confirme son entrée sur le Nasdaq

Le 27 février, Genfit avait annoncé sa volonté d’entrer en bourse aux États-Unis. Opération confirmée, le 15 mars, pour la société biopharmaceutique française, qui a[…]

MedinCell lance son IPO

MedinCell lance son IPO

MedinCell dévoile son projet d'IPO

MedinCell dévoile son projet d'IPO

Eli Lilly finalise l'IPO d'Elanco

Eli Lilly finalise l'IPO d'Elanco

Plus d'articles