Nous suivre Industrie Pharma

Haropa et Polepharma se penchent sur le transport de produits sensibles

AU HAVRE, AURÉLIE DUREUIL

Sujets relatifs :

, ,

Le cluster pharmaceutique s'est rapproché du port du Havre pour l'organisation d'une journée sur le thème du transport maritime des produits de santé. L'occasion pour les industriels présents d'échanger avec les différents intervenants.

Quand les spécialistes du transport maritime et les industriels de la pharmacie se rencontrent, les discussions portent sur l'offre Reefer, l'acceptation par les services qualité des contraintes portuaires, la sécurité des produits, etc. Ce sont ces thèmes qui ont occupé la vingtaine de participants à la journée de Visite industrielle croisée organisée par Polepharma en partenariat avec Haropa. Le Groupement d'intérêt économique (GIE) des ports du Havre, de Rouen et de Paris a ainsi détaillé son organisation et son offre pour les produits de la pharmacie. « Face à la compétition internationale, le regroupement de trois ports permet une offre de services mis en commun. Avec 500 km de voies navigables, Haropa est une porte d'entrée sur la région parisienne et en liaison directe avec deux aéroports majeurs », souligne Isabelle Belloncle, commerciale grands comptes chimie et pharma dry et d'Haropa au Havre. Les trois ports sont différents et complémentaires. « Le Havre, premier port français à conteneurs, accueille des plus grands navires à pleine charge sans contrainte de marée. Rouen est le 1er port céréalier d'Europe. Et Paris le 1er port intérieur français. Haropa se classe 5e port nord-européen en termes de trafic maritime conteneurisé en 2013 », affirme Isabelle Belloncle. Haropa assure des connexions avec plus de 600 ports dans le monde et a pris en charge 2,6 millions d'EVP (équivalent vingt pieds) en 2013.

Parmi ces containers, Haropa gère le trafic Reefer, des conteneurs spécifiques pour les produits voyageant en température dirigée. Pour cette offre, Haropa revendique 550 000 m3 de capacité d'entreposage ainsi que la présence de 50 commissionnaires de transport spécialisés. À l'exemple de SDV qui a développé depuis 8 ans une expertise pour l'industrie de la santé. Les équipes dédiées ont ainsi permis de « développer une expertise pour l'évolution de la gestion des flux logistiques », souligne Bruno Fontaine, commercial grands comptes au niveau mondial de SDV. Ce sont ces conteneurs Reefer qui intéressent de plus en plus l'industrie pharmaceutique. « Il y a une grande préoccupation depuis plus d'un an avec la directive européenne », constate Isabelle Belloncle. « Un des changements les plus importants est l'apparition de nouvelles dispositions relatives au transport dans les BPD. Nous avons vu basculer des flux de l'ambiant à la plage 15-20 °C », note Franck Philippe, responsable du marché santé de SDV. Les nouvelles Bonnes pratiques de distribution semblent avoir un effet sur la demande en Reefer.

Entre 2012 et 2013, le trafic Reefer a augmenté de 25 % et les produits pharmaceutiques ont bondi de 267 % en tonnage. Pourtant, ils représentent toujours une petite part des trafics maritimes. En termes de tonnage, le volume de produits pharmaceutiques est passé de 3 017 t à 18 240 t entre 2012 et 2013 pour l'import, et de 19 369 t à 63 952 t pour l'export.

Une visite du terminal de France permet de prendre la mesure du gigantisme des installations au sein du port du Havre. À voir s'étendre des containers dans les centres de stockage, avec des zones spéciales munies de prises Reefer. En effet, 2 500 prises Reefer équipent l'ensemble des terminaux à conteneurs. Les conteneurs en température dirigée utilisent de l'électricité. Les périodes de chargement et déchargement s'avèrent donc critiques. Haropa souligne ainsi qu'un monitoring à distance des conteneurs équipés de modem est disponible 24 heures sur 24 sur les terminaux, pour la détection des pannes, le relevé des températures et des taux d'humidité.

Franck Philippe (SDV) cite certains avantages du transport maritime en Reefer : « un transport porte à porte sans rupture de la chaîne du froid ; la fiabilité du transport maritime en conteneur ; les économies substantielles des coûts de transport en comparaison avec le fret aérien ». Si les industriels semblent sensibles à ces arguments, certaines réserves persistent. Et d'abord, les volumes d'un conteneur. La question se pose alors de la mutualisation des transports entre industriels de la pharmacie mais aussi pourquoi pas d'autres domaines. Des propositions de groupages qui semblent difficiles à mettre en place en fonction des contraintes de contrôle qualité. Peut-on faire du groupage multi-laboratoire ? Dans le cadre de groupage avec l'agroalimentaire, avec quels types de produits peut-on faire voyager des médicaments ? De nombreuses questions se posent. Une autre difficulté réside dans l'offre restreinte des compagnies maritimes. « La pharmacie représente une très faible part de leur offre Reefer. Certains refusent totalement car les valeurs de produits sont parfois telles dans l'industrie pharmaceutique. Il faut une acceptation mutuelle et une analyse des prestations sur le marché », indique Franck Philippe. Bruno Fontaine ajoute : « Il est important de prendre en compte les contraintes dans le pays d'expédition. Par exemple, en Chine, il y a seulement trois points d'accès pour les vaccins ». SDV conseille ainsi d'être vigilant, de qualifier les itinéraires en analysant les étapes du transport et de sélectionner des transporteurs rigoureusement évalués. Alors que la tendance voit un regain d'intérêt pour le transport maritime Reefer des produits de santé, l'offre se développe petit à petit.

HAROPA EN BREF

- 1er port français pour les conteneurs - 5e port nord-européen - À l'origine de 40 000 emplois directs - Trafic Reefer en 2013 : Import 747 000 t (dont 2 % de produits pharmaceutiques) et Export 1,3 Mt (dont 5 % de produits pharmaceutiques).

Bienvenue !

Vous êtes inscrit à la news Industrie Pharma

Nous vous recommandons

Le gouvernement américain injecte 354 M$ pour retrouver son indépendance sanitaire

Le gouvernement américain injecte 354 M$ pour retrouver son indépendance sanitaire

L’indépendance sanitaire est un sujet phare aux Etats-Unis. Elle entre dans le cadre de la stratégie America First du président Donald Trump. A ce titre, la société publique de fabrication de[…]

19/05/2020 | CoronavirusCovid-19
Les Philippines poursuivent Sanofi pour le Dengvaxia

Les Philippines poursuivent Sanofi pour le Dengvaxia

Nouvelles recommandations de l'ANSM pour les médicaments à base d'argile

Nouvelles recommandations de l'ANSM pour les médicaments à base d'argile

Scott Gottlieb, le n°1 de la FDA démissionne

Scott Gottlieb, le n°1 de la FDA démissionne

Plus d'articles