Nous suivre Industrie Pharma

Harmonic Pharma fait dans la précision moléculaire

Nadia Timizar

Sujets relatifs :

, ,
Harmonic Pharma fait dans la précision moléculaire

Interaction entre un ligand (en orange) niché dans le site de liaison sur sa cible thérapeutique (en gris).

© Harmonic Pharma

En combinant mathématiques et sciences de la vie, la société lorraine propose une approche originale dans l'identification des similitudes de formes des cibles thérapeutiques et/ou des futurs médicaments.

Quand on sait qu'un grand nombre de molécules dorment au fond des tiroirs des laboratoires pharmaceutiques, sans qu'aucune cible thérapeutique ne leur soit associée, on regrette le gâchis potentiel. Faire des correspondances entre ces molécules disponibles et des besoins médicaux insatisfaits, c'est le travail des développeurs de médicaments. La spécialité d'Harmonic Pharma, créée en juin 2009, est de les aider à identifier et à caractériser, au niveau moléculaire, les sites de liaisons des cibles thérapeutiques et/ou des molécules actives. Pour cela, la société s'appuie sur une plateforme « capable de traiter de grandes quantités de données et d'y associer une information hétérogène et plurielle. Cela aboutit à une description des principales cibles d'une molécule, des mécanismes dans lesquels elle intervient, et cela permet également l'étude des interactions protéines-protéines », explique Michel Souchet, président de Harmonic Pharma. Ces données hétérogènes et vastes sont notamment issues de l'ère post-génomique qui a généré des quantités énormes d'informations sans qu'elles portent de sens biologique. Harmonic Pharma relie les données en quelques jours ou semaines, un délai répondant aux contraintes de temps d'un projet de recherche. En outre, la plateforme soutient le choix d'une cohorte de patients dans le cadre d'essais cliniques de pharmacogénomique. Est-ce les patients qui présentent une réactivité particulière par rapport au mécanisme d'action de ce principe actif ? Est-ce l'effet de la variation individuelle génétique au niveau de la cible ? Harmonic Pharma cherche les réponses à ces questions. La création de la jeune pousse, en juin 2009, remonte en réalité à 2007. Cette année-là, Michel Souchet, qui a fait ses armes dans l'industrie pharmaceutique, se rapproche du Laboratoire Lorrain de Recherche en Informatique et ses Applications (Loria), en particulier de l'équipe Orpailleur, qui œuvre également pour créer des liens entre des données expérimentales et pour rendre du savoir explicite ou implicite, le tout extrait de bases de données de toutes natures. Parmi ces chercheurs, Bernard Maigret du CNRS, spécialiste des harmoniques sphériques appliquées à l'étude des interactions moléculaires, est à l'origine de la technologie à laquelle Harmonic Pharma a accès sous licence exclusive mondiale (le brevet appartient au CNRS).

Une levée de fonds en 2010

Concrètement, Harmonic Pharma commercialise déjà un service baptisé Harmonic Validation pour décrire les formes moléculaires de la cible et/ou du candidat médicament. Elle décrit les poches d'interaction au sein de la cible. « Nous pouvons le faire sur un très grand nombre de cibles », précise Michel Souchet. La société finalise actuellement un autre service « à plus forte valeur ajoutée » - Harmonic Repositioning - pour accompagner les stratégies de repositionnement moléculaire (life cycle management) des laboratoires pharmaceutiques, « qui consiste à redonner une seconde vie à un principe actif en phase avancé et qui, pour diverses raisons ne donnait pas satisfaction dans une indication thérapeutique, par exemple, en phase II. » Le repositionnement touche aussi bien des molécules en phase clinique avancée ou encore déjà commercialisées. Côté finances, la société mène un tour de table pour compléter un budget à hauteur de 1,5 million d'euros. « Nous avons déjà collecté 1,2 M€. Nous souhaitons avancer nos programmes pour les trois prochaines années, et renforcer nos fonds propres », ajoute Michel Souchet. La société compte deux contrats. Les durées des réalisations varient entre quatre et douze mois. D'ici à juin 2010, Harmonic Pharma espère générer un chiffre d'affaires de 120 €, qui devrait grimper à 420 000 € à la mi-2012. L'effectif de quatre personnes passera à une douzaine, d'ici à 2012. Depuis début mars, Harmonic Pharma est entrée dans la filière biothéra- peutique de la région lorraine, Bioprolor (CPH n°490), qui réunit 12 acteurs de la recherche publique et du privé. Cette filière a pour but d'identifier et de produire, au niveau du kilogramme, des principes actifs d'origine végétale. Les sécrétions racinaires et foliaires des plantes cultivées dans des serres et unités de production sont récupérées, sans destruction plantes. L'Agence de mobilisation économique de Lorraine vient de boucler un tour de table de 3,2 M€ pour ce projet qui est évalué à 6,3 M€. Localement, le projet est perçu comme une « opportunité de se positionner et d'être visible par rapport à la réorganisation du secteur pharmaceutique qui fait appel de plus en plus à l'externalisation auprès de sociétés de recherche et de production sous contrat », a indiqué Michel Souchet.

 

 

Bienvenue !

Vous êtes inscrit à la news Industrie Pharma

Nous vous recommandons

Un gel fait passer la culture de neurones à la 3D

Un gel fait passer la culture de neurones à la 3D

Une équipe du CNRS et de l'Inserm a développé un gel facilitant la culture cellulaire des neurones. Une découverte qui pourrait ouvrir de nouvelles voies de recherche, jusqu'à présent[…]

09/07/2018 | NeurologieCellules souches
La start-up qui veut réparer l'oreille cassée

La start-up qui veut réparer l'oreille cassée

Au coeur des sites d'Amgen en Nouvelle-Angleterre

Au coeur des sites d'Amgen en Nouvelle-Angleterre

Comment un simple polymère aide à réparer le vivant

Comment un simple polymère aide à réparer le vivant

Plus d'articles