Nous suivre Industrie Pharma

GSK sabre ses effectifs en France

Audrey Fréel

Sujets relatifs :

, ,

Des résultats impactés par le scandale en Chine

Actuellement au cœur d'une affaire de corruption en Chine (CPH n°642), GSK a publié des résultats en perte de vitesse au 3e trimestre. Le bénéfice net a reculé de 12 %, à 969 millions de livres (1,14 Mrd €). De son côté, le chiffre d'affaires est resté stable et s'établit à 6,5 Mrds £. La croissance a été freinée par les ventes en Chine, qui ont littéralement plongé de 61 %, subissant de plein fouet l'impact du scandale de GSK dans ce pays.

GSK sabre ses effectifs en France

Siège social de GSK France à Marly-le-Roi

© GSK

Le laboratoire britannique veut diminuer sa masse salariale dans l'Hexagone. Il prévoit de supprimer 271 postes dans la visite médicale et les fonctions supports.

A l'instar de son concurrent américain Merck, GlaxoSmithKline resserre les rangs en France. « Sous motif de sauvegarde de compétitivité, l'entreprise a présenté un projet de réorganisation basé, entre autres, sur une prévision de perte de chiffre d'affaires d'ici 2016 », ont averti les syndicats. Le laboratoire a confirmé avoir présenté, le 21 octobre, un plan visant la visite médicale et certaines fonctions supports lors d'un comité central d'entreprise. Il prévoit de supprimer 271 postes et d'en créer 49. « En ce qui concerne les postes créés, ils seront bien évidemment ouverts aux collaborateurs dont les postes seraient supprimés », a précisé une porte-parole du groupe britannique. En prenant en compte les créations d'emplois ainsi que les postes actuellement vacants, le projet devrait au final entraîner le départ de 132 salariés de la filiale française. Le syndicat CFE-CGC a annoncé que la réduction des effectifs vise notamment 89 salariés sur le siège social de Marly-le-Roi (Yvelines), 78 commerciaux, 11 collaborateurs basés sur le site d'Évreux (Eure) et 3 personnes dans l'usine de Mayenne (Mayenne). GSK recense actuellement environ 4 200 salariés en France. Ce chiffre prend cependant en compte les 750 salariés travaillant dans les activités Thrombose qui vont être transférées au sein d'Aspen en 2014.

« Dans un contexte de contraintes économiques, environnementales et réglementaires qui pèsent sur l'ensemble du secteur pharmaceutique en France, le laboratoire est amené à proposer une évolution de son organisation », justifie le géant britannique. Il explique vouloir désormais recentrer sa stratégie sur deux grands axes : muscler ses opérations dans les aires thérapeutiques prioritaires et préparer l'arrivée de nouveaux médicaments issus de la R&D. Pour le moment, GSK France n'a pas dévoilé de calendrier précis concernant cette réduction d'effectifs. Il a simplement indiqué qu'il allait engager dès à présent des discussions avec les partenaires sociaux autour de ce plan de sauvegarde de l'emploi. Le projet s'inscrit dans un programme de restructuration des activités de GSK au niveau mondial engagé depuis 2008. Il a successivement concerné ses activités de R&D, de production et ses opérations commerciales. Lors de la présentation des résultats pour 2012, le géant britannique avait d'ailleurs annoncé le lancement d'un nouveau plan de restructuration qui touchera essentiellement l'Europe, destiné à économiser annuellement 1 Mrd £ à partir de 2016. L'an dernier, GSK France a généré 968,7 millions d'euros de chiffre d'affaires. Elle représente la 3e filiale du groupe dans le monde, et la 2e en Europe.

%%HORSTEXTE:0%%

Bienvenue !

Vous êtes inscrit à la news Industrie Pharma

Nous vous recommandons

Chloroquine/Covid-19 : « Je plaide pour son utilisation immédiate, très large, mais sous condition  »

Chloroquine/Covid-19 : « Je plaide pour son utilisation immédiate, très large, mais sous condition »

Créateur du Genopole d'Evry, qu'il a dirigé de 1998 à 2017, Pierre Tambourin nous livre ses réflexions sur l'utilisation de l'hydroxychloroquine dans la traitement du Covid-19. La pandémie de[…]

27/03/2020 | Coronavirus
Les « pharma papers » dénoncent 14 millions de liens d'intérêts

Les « pharma papers » dénoncent 14 millions de liens d'intérêts

Patrick Hibon de Frohen : Nouveaux métiers ou mutations et évolutions des compétences ?

Patrick Hibon de Frohen : Nouveaux métiers ou mutations et évolutions des compétences ?

Bioproduction : Les propositions du Leem pour renforcer la filière

Bioproduction : Les propositions du Leem pour renforcer la filière

Plus d'articles