Nous suivre Industrie Pharma

GSK remodèle ses lignes de conditionnement d'aérosols à Évreux

Akela Sophia

Sujets relatifs :

, ,
GSK remodèle ses lignes de conditionnement d'aérosols à Évreux

Le chiffre d'affaires de la filiale France GSK au cours des 3 dernières années, en M€

© Source : GSK

Le laboratoire britannique continue d'investir sur son site ébroïcien de médicaments respiratoires sous formes inhalées. GSK compte injecter 11 M€ dans son usine d'Évreux à la fois pour sa modernisation et l'augmentation de ses capacités.

« Le principal enjeu des 11 millions d'euros d'investissements prévus en 2013 sur le site vise à prévenir l'obsolescence des équipements et à faire face à la hausse prévue des volumes de production », résume un porte-parole du laboratoire GlaxoSmithKline d'Évreux dans l'Eure. « Sur ce montant global, l'investissement majeur de l'année, 5,7 M, est destiné au réaménagement des lignes de conditionnement d'aérosols. Il intègre plusieurs éléments, dont l'achat d'une ligne complète dédiée au processus de pesée/testée et le réaménagement des lignes actuelles avec de nouveaux équipements. Ces transformations vont apporter des solutions innovantes de conditionnement des aérosols, inexistantes à ce jour sur les autres sites industriels de GSK », précise le porte-parole.

Un site de 45 ans d'existence

 

Le site GSK d'Évreux, qui célébrera en 2013 ses 45 ans et recense quelque 1 000 salariés, est spécialisé exclusivement dans la production de médicaments respiratoires sous formes inhalées, destinés à soigner l'asthme et la broncho-pneumopathie chronique obstructive (BPCO). L'usine a produit en 2012 132 millions de boîtes, et devrait en produire 150 millions en 2013. Le marché français est le premier client du site avec 15 % des volumes. Tous les médicaments respiratoires GSK vendus sur le territoire national sont 100 % « made in France ». Le reste de la production (85 %), soit 112 millions d'unités en 2012, part à l'export vers 120 marchés, dont les plus importants sont les États-Unis et le Japon.

Concernant les plans prévisionnels de sauvegarde de l'emploi (PSE) qui ont touché le site ébroïcien à plusieurs reprises ces dernières années, le porte-parole dresse un bilan : « Il y a finalement eu moins de départs que prévus. Le premier PSE lancé en 2009 a concerné 565 salariés contre 643 prévus sur les 1 700 du site de fabrication. Aujourd'hui, 88 % de ces salariés ont trouvé une solution professionnelle. Le second PSE a touché en 2011 82 personnes (102 initialement, ndlr CPH n°508) avec la fermeture en 2011 de l'ex centre ébroïcien de distribution du laboratoire. Là, 82 % des salariés sont sortis du congé de reclassement avec une solution professionnelle. Quant au plan de départs volontaires, annoncé début février, aujourd'hui seuls 22 collaborateurs ont été candidats sur un potentiel de 66 salariés pouvant y accéder » 

 

 

Bienvenue !

Vous êtes inscrit à la news Industrie Pharma

Nous vous recommandons

Chloroquine/Covid-19 : « Je plaide pour son utilisation immédiate, très large, mais sous condition  »

Chloroquine/Covid-19 : « Je plaide pour son utilisation immédiate, très large, mais sous condition »

Créateur du Genopole d'Evry, qu'il a dirigé de 1998 à 2017, Pierre Tambourin nous livre ses réflexions sur l'utilisation de l'hydroxychloroquine dans la traitement du Covid-19. La pandémie de[…]

27/03/2020 | Coronavirus
Les « pharma papers » dénoncent 14 millions de liens d'intérêts

Les « pharma papers » dénoncent 14 millions de liens d'intérêts

Patrick Hibon de Frohen : Nouveaux métiers ou mutations et évolutions des compétences ?

Patrick Hibon de Frohen : Nouveaux métiers ou mutations et évolutions des compétences ?

Bioproduction : Les propositions du Leem pour renforcer la filière

Bioproduction : Les propositions du Leem pour renforcer la filière

Plus d'articles