Nous suivre Industrie Pharma

GSK produit depuis 10 ans l'Arixtra en Normandie

A Notre-Dame-de-Bondeville, Audrey Fréel

Sujets relatifs :

, ,
GSK produit depuis 10 ans l'Arixtra en Normandie

Ligne Etna à Notre-Dame-de-Bondeville

© GSK

Le laboratoire britannique fête les 10 ans de commercialisation de l'antithrombotique Arixtra (fondaparinux calcique). Et c'est en France, plus précisément à Notre-Dame-de-Bondeville (Seine-Maritime), qu'est assurée la production mondiale de ce médicament. Ce dernier a reçu sa première AMM en 2002, en prévention des événements thromboemboliques veineux en chirurgie orthopédique majeure. Aujourd'hui, il est autorisé pour trois indications : le traitement des thromboses veineuses profondes (TVP), des embolies pulmonaires (EP) et de la thrombose veineuse superficielle (TVS). Depuis août 2010, l'Arixtra est d'ailleurs le seul traitement anti- thrombotique possédant une indication pour les TVS. Ce médicament, injectable et stérile, agit spécifiquement sur le facteur X activé, qui est un facteur de coagulation. Avec un chiffre d'affaires 2011 de 276 millions de livres (347 M€), l'Arixtra est actuellement commercialisé dans plusieurs pays, notamment en Europe, aux États-Unis, au Canada et au Japon. Dans l'Hexagone, il a généré entre 55 et 60 M€ de ventes, selon une porte-parole du groupe. « Cela représente 50 % du chiffre d'affaires total de l'Arixtra en Europe », précise-t-elle. Il occupe également la deuxième place des produits du groupe en terme de ventes en France, juste derrière l'anti-asthmatique Seretide (xinafoate de salmétérol et propionate de fluticasone). L'an dernier, 34,6 millions de seringues d'Arixtra ont été produites à Notre-Dame-de-Bondeville. Sur ces volumes, entre « 5 et 10 M de seringues servent le marché français », révèle Franck Morineau, directeur du site. Outre l'Arixtra, cette usine d'une superficie de 20 hectares (46 000 m2 de bâtiments) fabrique, depuis 1985, un deuxième antithrombotique : le Fraxiparine/Fraxodi (nadroparine calcique). En 2011, 142,6 millions d'unités de ces deux médicaments ont été expédiées à destination de 72 marchés. 85 % de la production est exportée. L'usine produit en outre des diluants (12 M unités en 2011) pour la division vaccin de GSK. Le laboratoire britannique emploie environ 670 personnes à Notre-Dame-de-Bondeville, pour des ventes qui s'élèvent à 250 M€.

26 M€ dans une nouvelle ligne de remplissage

 

Créé en 1968, ce site suscite toujours l'intérêt de GSK, qui y investit en moyenne 10 M€/an, selon Franck Morineau. « Entre 2004 et 2012, 105 M€ ont été investis à Notre-Dame-de-Bondeville », ajoute-t-il. Le groupe a d'ailleurs annoncé qu'il allait injecter 26 M€ dans une ligne de remplissage de seringues sur ce site normand. D'une capacité de 35 000 seringues par heure, celle-ci sera opérationnelle fin 2014. Elle viendra compléter les capacités existantes du site, notamment la ligne Etna qui avait été inaugurée en 2009. « La nouvelle ligne servira à renforcer la production des antithrombotiques vers les pays émergents », précise également le directeur du site. Actuellement, 80 % de la production de l'usine est à destination des pays matures. Ce nouveau projet devrait ainsi permettre de basculer à un ratio de 50/50 entre marchés murs et en pleine croissance.

Bienvenue !

Vous êtes inscrit à la news Industrie Pharma

Nous vous recommandons

Chloroquine/Covid-19 : « Je plaide pour son utilisation immédiate, très large, mais sous condition  »

Chloroquine/Covid-19 : « Je plaide pour son utilisation immédiate, très large, mais sous condition »

Créateur du Genopole d'Evry, qu'il a dirigé de 1998 à 2017, Pierre Tambourin nous livre ses réflexions sur l'utilisation de l'hydroxychloroquine dans la traitement du Covid-19. La pandémie de[…]

27/03/2020 | Coronavirus
Les « pharma papers » dénoncent 14 millions de liens d'intérêts

Les « pharma papers » dénoncent 14 millions de liens d'intérêts

Patrick Hibon de Frohen : Nouveaux métiers ou mutations et évolutions des compétences ?

Patrick Hibon de Frohen : Nouveaux métiers ou mutations et évolutions des compétences ?

Bioproduction : Les propositions du Leem pour renforcer la filière

Bioproduction : Les propositions du Leem pour renforcer la filière

Plus d'articles