Nous suivre Industrie Pharma

GSK prévoit d'investir 500 M£ à domicile

J.C.

Sujets relatifs :

, ,

Cela fait 25 ans que le leader pharmaceu- tique britannique n'a pas ouvert d'usine au Royaume-Uni. C'est ce que relevait Andrew Witty, p-dg de GlaxoSmithKline, dans un entretien fin novembre à The Guardian. Le laboratoire va rectifier le tir dans les toutes prochaines années. Le montant des investissements annoncés avoisine un total de 500 millions de livres (environ 600 M€) et pourrait aboutir à la création d'un millier d'emplois. Au cœur des projets, GSK prévoit de construire un centre de bioproduction pour la croissance de ses activités dans les biotechnologies. Le laboratoire estime notamment que six de ses produits biopharmaceutiques, en particulier dans le traitement du lupus ou encore du diabète, sont désormais entrés dans leurs phases finales de développement clinique, et que ce type de médicaments représente aujourd'hui 20 % du pipeline. L'an prochain, GSK lancera une étude de faisabilité pour déterminer l'endroit où implanter ce centre de bioproduction. Ses sites de Montrose, en Écosse, et ceux d'Ulverston et de Barnard Castle en Grande-Bretagne sont en tête de liste pour accueillir ce projet qui devrait nécessiter ensuite sept ans pour être mis en service. Dans le domaine des biotechnologies, le laboratoire prévoit aussi d'injecter 50 M£ dans un nouveau fonds de capital-risque focalisé sur le Royaume-Uni pour des investissements à prévoir dans des spin-offs universitaires ou des start-up. Ce fonds sera relié à SR One, le fonds de capital-risque existant dans le groupe. Depuis 1985, GSK chiffre à plus de 600 M$ (455 M€) les investissements que SR One a engagé dans les sociétés de biotechnologies. Or, 70 % des start-up dans lesquelles GSK a investi jusqu'à présent étaient basées aux États-Unis. En filigrane, le groupe souhaite aujourd'hui favoriser les projets basés au Royaume-Uni. Du côté de la production pharmaceutique, GSK a d'autres projets. Des investissements sont prévus sur le site de Ware, au nord de Londres, pour renforcer les productions d'inhalateurs dans le traitement de l'asthme et de la bronchite chronique obstructive. Le site de Barnard Castle, au nord du pays, sera également l'objet d'investissements pour ses productions de comprimés, ainsi que de futures productions de crèmes et pommades dermatologiques. L'an dernier, le groupe avait annoncé que cette usine accueillerait des productions d'anciennes lignes de Stiefel dans le cadre de la restructuration de cet ancien leader indépendant de la dermatologie acquis par GSK l'an dernier pour 2,9 Mrds $ (CPH n°487).

Enfin, GSK envisage aussi de construire un laboratoire de R&D dédié aux technologies de chimie verte sur le campus de l'université de Nottingham.

Ces annonces, pour lesquelles les calendriers et les investissements détaillés n'ont pas été dévoilés, font suite à l'engagement du gouvernement britannique en faveur de l'innovation et du renforcement de l'attractivité du pays en matière de R&D et de projets industriels. Le 29 novembre, le ministère britannique des Finances a lancé la création, d'ici à avril 2013, d'un fonds pour les brevets « patent box ». Le projet porte sur un allégement d'impôt de 10 % pour les bénéfices générés par des produits créés à partir de brevets déposés au Royaume-Uni depuis le 29 novembre 2010. Le ministère a prévu de lancer une grande série de consultations dès l'an prochain et a programmé l'instauration d'une loi d'ici à 2012. Le projet a notamment ravi les laboratoires pharmaceutiques, GSK en tête.

Bienvenue !

Vous êtes inscrit à la news Industrie Pharma

Nous vous recommandons

Chloroquine/Covid-19 : « Je plaide pour son utilisation immédiate, très large, mais sous condition  »

Chloroquine/Covid-19 : « Je plaide pour son utilisation immédiate, très large, mais sous condition »

Créateur du Genopole d'Evry, qu'il a dirigé de 1998 à 2017, Pierre Tambourin nous livre ses réflexions sur l'utilisation de l'hydroxychloroquine dans la traitement du Covid-19. La pandémie de[…]

27/03/2020 | Coronavirus
Les « pharma papers » dénoncent 14 millions de liens d'intérêts

Les « pharma papers » dénoncent 14 millions de liens d'intérêts

Patrick Hibon de Frohen : Nouveaux métiers ou mutations et évolutions des compétences ?

Patrick Hibon de Frohen : Nouveaux métiers ou mutations et évolutions des compétences ?

Bioproduction : Les propositions du Leem pour renforcer la filière

Bioproduction : Les propositions du Leem pour renforcer la filière

Plus d'articles