Nous suivre Industrie Pharma

GSK étoffe ses positions en Inde et au Nigéria

Audrey Fréel

Sujets relatifs :

, ,
GSK étoffe ses positions en Inde et au Nigéria

Le laboratoire britannique a pris une part majoritaire au capital de ses filiales indiennes et nigérianes. Une opération qui lui permettra de se renforcer dans les OTC et les marchés émergents.

GSK a investi massivement dans ses filiales indiennes et nigérianes dédiées aux produits OTC. Il a, coup sur coup, procédé à deux augmentations de capital. Il souhaite d'abord détenir 75 % des parts de sa filiale indienne spécialisée dans les produits sans ordonnance (contre 43,2 % actuellement). « Les autorités réglementaires indiennes requièrent une participation minimale d'actionnaires publics de 25 % dans une société pour qu'elle reste cotée à la Bourse dans le pays », explique GSK. Ce dernier propose 3 900 roupies par action (54,30 €), soit une transaction qui atteint environ 727 M€. Cette offre, qui devrait être émise début janvier 2013, représente une prime de 28 % sur la valeur du titre de la filiale au 23 novembre 2010. « GSK Consumer Healthcare est une activité bien ancrée en Inde et son principal produit, Horlicks (une gamme de boisson « santé », ndlr), est une marque emblématique dans les ménages », indique David Redfern, directeur des opérations de GSK. La filiale commercialise également l'antalgique Crocin (paracétamol). En 2011, GSK Consumer Healthcare India a généré des ventes de 390 M€. Elle a affiché un taux de croissance annuelle de 19 % au cours des cinq dernières années. D'un effectif d'environ 3 200 salariés, elle opère trois sites de production situés à Nabha (dans l'État de Punjab), Rajamundry (Andra Pradesh) et Sonepat (Haryana). En parallèle, le groupe britannique a conduit une opération de même envergure au Nigéria. Il prévoit d'augmenter de 46,6 % à 80 % sa participation au capital de GSK Consumer Nigeria, sa filiale nigériane spécialisée dans les OTC. Les 20 % de parts restantes seront détenues par des actionnaires publics, afin que la société reste cotée sur le marché boursier nigérian. GSK mettra sur la table environ 15,4 milliards de nairas (75,6 M€), soit 0,23 € par action, pour détenir une part majoritaire dans sa filiale. Cette offre constitue une prime de 28 % par rapport au cours de clôture du 23 novembre. Le chiffre d'affaires de GSK Consumer Nigeria s'est élevé à 105,5 M€ en 2011. Sur les quatre dernières années, les ventes de cette filiale ont progressé de 21 %. Celle-ci produit, commercialise et distribue une large gamme de produits OTC tels que l'antalgique Panadol (paracétamol), le dentifrice Sensodyne et les gammes de boissons Horlicks et Lucozade.

Ces deux projets de croissance permettront de booster les ventes de la division dédiée aux produits sans ordonnance de GSK, qui se sont élevées à 5,2 Mrds de livres sterling (6,4 Mrds €) en 2011 (19 % du chiffre d'affaires total). Pourtant, le groupe s'était plutôt écarté de ce secteur ces derniers mois. Depuis un an, il a d'ailleurs cédé une vaste part de son portefeuille d'OTC. Mais cette prise de participation majoritaire dans ses deux filiales lui permettra aussi, et surtout, de muscler ses positions sur les marchés émergents, cibles prioritaires de nombreux groupes pharmaceutiques. En 2011, GSK a enregistré un chiffre d'affaires de 5,3 Mrds £ dans ces régions en forte croissance (19 % des ventes totales).

Bienvenue !

Vous êtes inscrit à la news Industrie Pharma

Nous vous recommandons

Chloroquine/Covid-19 : « Je plaide pour son utilisation immédiate, très large, mais sous condition  »

Chloroquine/Covid-19 : « Je plaide pour son utilisation immédiate, très large, mais sous condition »

Créateur du Genopole d'Evry, qu'il a dirigé de 1998 à 2017, Pierre Tambourin nous livre ses réflexions sur l'utilisation de l'hydroxychloroquine dans la traitement du Covid-19. La pandémie de[…]

27/03/2020 | Coronavirus
Les « pharma papers » dénoncent 14 millions de liens d'intérêts

Les « pharma papers » dénoncent 14 millions de liens d'intérêts

Patrick Hibon de Frohen : Nouveaux métiers ou mutations et évolutions des compétences ?

Patrick Hibon de Frohen : Nouveaux métiers ou mutations et évolutions des compétences ?

Bioproduction : Les propositions du Leem pour renforcer la filière

Bioproduction : Les propositions du Leem pour renforcer la filière

Plus d'articles