Nous suivre Industrie Pharma

Grippe aviaire : Tamiflu: Roche en discussions avec quatre génériqueurs

Sujets relatifs :

,
Après s'être déclaré prêt à accorder des licences pour la production de Tamiflu (oseltamivir), Roche, dépassé par la demande malgré ses investissements dans de nouvelles capacités, a annoncé être en discussions avec quatre génériqueurs.
Les Américains Mylan Laboratories et Barr Laboratories, l'Indien Ranbaxy et l'Israélien Teva se sont ainsi déclarés prêts à « produire des quantités significatives de Tamiflu ». Selon le patron de Mylan Labs, Robert Coury, « nous sommes particulièrement bien placé pour répondre aux besoins supplémentaires de capacités de production de Tamiflu. Nous avons toujours structuré nos usines afin de satisfaire des besoins urgents tels que celui-ci, et nous nous tenons prêts pour cela ». Roche a également précisé qu'il était en discussion avec les autorités chinoises pour accorder des licences à des producteurs locaux. « Il est hautement improbable que nous soyons en mesure d'honorer les commandes de Tamiflu pour la Chine », a souligné un porte-parole du groupe à Shanghai. Mais la volonté de Roche d'accorder des licences n'a apparemment pas convaincu le gouvernement indien. Ce dernier vient en effet d'autoriser Cipla et Ranbaxy à produire l'antiviral en dehors de tout accord de Roche, se basant sur le fait que Roche n'a pas déposé de brevet sur ce médicament en Inde. Cipla avait déjà évoqué la possibilité de fabriquer 750 kg de Tamiflu en vrac par mois, pour le commercialiser dans les pays en voie de développement, dans lesquels Roche n'a pas déposé de brevet. Suite à la décision du gouvernement indien, Roche a annoncé qu'il avait déposé une demande de brevet, tout en soulignant que pour lui, « ce n'était pas une question de brevet mais de capacités de production ». Le laboratoire suisse va réduire ses livraisons en Allemagne, afin de limiter les achats préventifs et les reventes sur Internet. Certains sites ont mis le médicament en vente aux enchères, avec des prix pouvant atteindre 170€ la boîte, contre un prix normal de 36€. En Suisse, Roche a aussi décidé de limiter les stocks destinés aux particuliers, envisageant de faire de même dans d'autres pays. Une synthèse particulièrement complexe De son côté, la FDA vient d'annoncer la création d'équipes, à la fois pour faciliter la procédure d'autorisation de mise sur le marché du Tamiflu fabriqué sous licence et également pour accélérer l'évaluation de tout nouvel antigrippal qui serait développé par une firme pharmaceutique. Malgré tout, la constitution de réserves supplémentaires de Tamiflu par des licenciés prendrait du temps. Sa synthèse, qui comprend douze étapes, prend en moyenne douze mois. De plus, elle doit être conduite dans des installations spéciales. La synthèse, qui débute par l'extraction de la matière première, l'acide shikimique (tiré de l'anis étoilé) fait en effet appel à la chimie des azides, potentiellement explosive.

Bienvenue !

Vous êtes inscrit à la news Industrie Pharma

Nous vous recommandons

Chloroquine/Covid-19 : « Je plaide pour son utilisation immédiate, très large, mais sous condition  »

Chloroquine/Covid-19 : « Je plaide pour son utilisation immédiate, très large, mais sous condition »

Créateur du Genopole d'Evry, qu'il a dirigé de 1998 à 2017, Pierre Tambourin nous livre ses réflexions sur l'utilisation de l'hydroxychloroquine dans la traitement du Covid-19. La pandémie de[…]

27/03/2020 | Coronavirus
Les « pharma papers » dénoncent 14 millions de liens d'intérêts

Les « pharma papers » dénoncent 14 millions de liens d'intérêts

Patrick Hibon de Frohen : Nouveaux métiers ou mutations et évolutions des compétences ?

Patrick Hibon de Frohen : Nouveaux métiers ou mutations et évolutions des compétences ?

Bioproduction : Les propositions du Leem pour renforcer la filière

Bioproduction : Les propositions du Leem pour renforcer la filière

Plus d'articles