Nous suivre Industrie Pharma

Grifols devient n°3 mondial du secteur en rachetant Talecris

Juliette Badina

Sujets relatifs :

, ,
Grifols devient n°3 mondial du secteur en rachetant Talecris

Répartition géographique des ventes de la nouvelle entité

© Sources : Grifols/Talecris

Après l'annulation de la reprise de Talecris par l'Australien CSL, c'est finalement Grifols qui reprend le groupe américain. Une opération majeure qui place le groupe espagnol au 3e rang mondial des dérivés du sang.

Le spécialiste espagnol des dérivés du sang réalise une opération d'envergure avec l'acquisition d'un leader du secteur, l'Américain Talecris, pour 3,4 milliards de dollars (2,8 Mrds €), dont 2,5 milliards en numéraire. Au prix de 19 dollars par action, l'opération représente une prime de 53 % par rapport au cours moyen de l'action le mois précédent l'annonce. Dette incluse, la transaction s'élève à 4 Mrds $. Pour la financer en partie, Grifols émettra jusqu'à 84 millions de nouveaux titres pour 900 millions de dollars. Cette opération majeure permet à Grifols de plus que doubler son poids et de devenir le n°3 mondial des dérivés du plasma. La nouvelle entité détiendra 19 % des parts du marché mondial des dérivés du sang, estimé à près de 15 Mrds $, derrière l'Américain Baxter (38 %) et l'Australien CSL (20 %). Le nouveau géant est intégré verticalement et possède des positions géographiques diversifiées. L'Espagnol bénéficie en effet des positions privilégiées de Talecris aux États-Unis et au Canada. Le laboratoire espagnol comptait déjà 3 000 employés sur le sol américain, où sa part de marché avoisinait jusque-là les 10 %. Avec l'acquisition de Talecris, la part de l'Amérique du Nord va peser plus lourd sur le chiffre d'affaires total. La nouvelle entité devrait enregistrer des ventes pro-forma de 2,8 Mrds $, dont 58 % en provenance d'Amérique du Nord et 28 % d'Europe. Grifols réalisait jusque-là 32 % de ses ventes aux États-Unis et 47 % en Europe. La transaction, soumise à l'approbation des autorités de la concurrence, devrait être finalisée au second semestre. Elle devrait générer 230 M$ de synergies annuelles sur les quatre prochaines années.

Talecris, créé en 2005 à partir des activités de Bayer dans les produits dérivés du sang, devait initialement être repris par son concurrent australien CLS, mais les autorités antitrust avaient bloqué l'opération (CPH n°470). Installé en Caroline du Nord, Talecris Biotherapeutics emploie 4 500 personnes.

Bienvenue !

Vous êtes inscrit à la news Industrie Pharma

Nous vous recommandons

Chloroquine/Covid-19 : « Je plaide pour son utilisation immédiate, très large, mais sous condition  »

Chloroquine/Covid-19 : « Je plaide pour son utilisation immédiate, très large, mais sous condition »

Créateur du Genopole d'Evry, qu'il a dirigé de 1998 à 2017, Pierre Tambourin nous livre ses réflexions sur l'utilisation de l'hydroxychloroquine dans la traitement du Covid-19. La pandémie de[…]

27/03/2020 | Coronavirus
Les « pharma papers » dénoncent 14 millions de liens d'intérêts

Les « pharma papers » dénoncent 14 millions de liens d'intérêts

Patrick Hibon de Frohen : Nouveaux métiers ou mutations et évolutions des compétences ?

Patrick Hibon de Frohen : Nouveaux métiers ou mutations et évolutions des compétences ?

Bioproduction : Les propositions du Leem pour renforcer la filière

Bioproduction : Les propositions du Leem pour renforcer la filière

Plus d'articles