Nous suivre Industrie Pharma

Patrick Hibon de Frohen : Grands groupes/TPE-PME : 2 poids, 2 mesures

La rédaction

Sujets relatifs :

, ,

Nous sommes entrés, pour les quelques mois à venir, dans un échange et confrontation d'idées, de programmes, de promesses qui n'engagent que celles et ceux qui veulent y croire, et ce, quelles que soient les opinions politiques de tout un chacun. Je vais néanmoins mettre mon impertinence habituelle au service de certains constats et suggérer, modestement, quelques pistes de réflexion.

J'ai toujours pensé que, depuis plus de trente ans, nos chers gouvernants mettaient sur le même pied « d'égalité » les entreprises du CAC 40 et les TPE/PME, et ce, en matière de législation sociale, fiscale, environnementale et j'en passe. À titre d'exemple, les 35 heures (sans que j'en discute ou non le bien-fondé) ont été beaucoup plus faciles à mettre en oeuvre et ont eu un impact très limité sur les grandes entreprises, alors qu'elles ont été beaucoup plus impactantes pour les artisans, les TPE et PME. Il est, par ailleurs, à remarquer que le dialogue social est essentiellement et médiatiquement basé sur les relations entre les représentants des organisations patronales et syndicales des grands groupes, et n'intègrent aucunement les réalités des petites structures qui pourtant représentent le plus grand nombre de salariés dans notre pays. Les médias se font l'écho régulièrement des vagues de réduction des effectifs dans les grands groupes, et omettent curieusement de faire état des dépôts de bilan et donc des licenciements économiques des PME/TPE qui ne possèdent pas toujours, en leur sein, une kyrielle de conseillers fiscaux, juridiques et sociaux, pour répondre et appliquer des réglementations de plus en plus exhaustives, drastiques et complexes.

J'ai, pour ma part, eu à l'appliquer dans la société que je dirigeais, à mettre en oeuvre un accord d'entreprise discuté et convenu avec nos salariés. Or aucun de nos IRP (Instances représentatives du personnel) n'était syndiqué. Il nous a fallu passer par un représentant syndical extérieur. Que pouvait-il comprendre, avec les suspicions classiques et dogmatiques de certains syndicats issus d'une « lutte des classes » inscrite dans leur ADN ? Rien ! Nous avons dû demander à un représentant de nos IRP de se syndiquer pour pouvoir enfin signer notre accord ! Dans le même ordre d'idées, il est impératif de changer la règlementation qui permet aux représentants syndicaux de se présenter, seuls, au premier tour des élections des IRP !

Bref, et je pourrais multiplier les exemples des difficultés inhérentes à la différence de taille de nos entreprises. Une législation, des contraintes, des modes de pensées inadaptés aux TPE/PME et encore moins aux start-up, qui ne permettent pas de libérer l'innovation, la créativité, d'adapter les ressources humaines internes en fonction du ou des marchés, et l'ouverture éventuelle à l'international. Au risque de me répéter, il est grand temps, pour nos futurs dirigeants, de constater que nous avons changé de siècle et de libérer les énergies formidables, existantes et potentielles de nos « petites entreprises ».

Bienvenue !

Vous êtes inscrit à la news Industrie Pharma

Nous vous recommandons

Covid-19 : Le plan de Sanofi pour fournir 300 millions de doses de vaccin à l'Europe

Covid-19 : Le plan de Sanofi pour fournir 300 millions de doses de vaccin à l'Europe

Alors que la commande de 300 millions de doses par l'Europe a été officialisée, Sanofi a apporté des précisions sur la production de son futur vaccin développé avec GSK. L'accord avait[…]

18/09/2020 | SanofiActus Labo
Covid-19 : BioNTech rachète une usine de Novartis pour produire son vaccin

Covid-19 : BioNTech rachète une usine de Novartis pour produire son vaccin

Dans les pipelines : Sanofi, Novartis, GenSight Biologics

Dans les pipelines : Sanofi, Novartis, GenSight Biologics

Moderna signe avec Vertex dans la mucoviscidose

Moderna signe avec Vertex dans la mucoviscidose

Plus d'articles