Nous suivre Industrie Pharma

Grandes manoeuvres dans la pharmacie mondiale

Sylvie Latieule et Julien Cottineau

Sujets relatifs :

, ,

Après une vaste vague de restructurations et de cures d'amaigrissement, la pharmacie mondiale retrouve de l'appétit en ce début d'année. Rumeurs et offres d'opérations géantes de consolidation s'accumulent, promettant de rebattre sérieusement les cartes du secteur. Côté rumeurs, Bayer serait prêt à largement remodeler son périmètre. Comptant parmi les derniers des Mohicans à conserver chimie et pharma, le géant allemand serait impliqué dans plusieurs négociations. Sa division chimique MaterialScience (11,24 Mrds € de chiffre d'affaires en 2013) séduirait son compatriote Evonik, selon Bloomberg. Une telle opération apporterait à Bayer une aisance financière de poids pour mener une grande transaction en pharmacie. Or Reuters affirme qu'il fait partie des derniers prétendants au rachat de la division Consumer Care de l'Américain Merck. Opération qui pourrait atteindre les 14 Mrds $. Reuters avance même que Bayer proposerait, pour ce faire, de céder sa division Santé animale (1,3 Mrd € en 2013) au groupe américain et d'apporter un complément conséquent en cash. De tels échanges d'actifs ont eu lieu ces derniers jours, avec une valse à trois entre Novartis, GSK et Eli Lilly. Meneur, le laboratoire suisse a annoncé un subtil mouvement de portefeuilles qui porte sur 20 Mrds $ d'actifs. Concrètement, Novartis vend à GSK ses vaccins. Il lui rachète son oncologie et tous deux s'associent dans les médicaments sans ordonnance, pendant que la santé animale de Novartis est cédée à Lilly.

L'autre gigantesque dossier dévoilé sur la place publique ces derniers jours est le raid de Pfizer sur AstraZeneca. Le géant américain se dit prêt à mettre 100 Mrds $ sur la table pour acquérir son confrère anglo-suédois et le presse d'ouvrir des négociations. AstraZeneca a déjà discrètement repoussé des avances en janvier. Mais Pfizer insiste. Une OPA hostile pourrait être lancée d'ici à la fin mai, alors qu'AstraZeneca préfère garder son indépendance, en dépit d'une année 2013 très difficile (chiffre d'affaires de 25,7 Mrds $ en baisse de 8 %, résultat net de 2,6 Mrds $ en recul de 70 %) et que les perspectives à court terme sont faibles. De son côté, Pfizer rejoue la carte du grand prédateur. Une stratégie qu'il a adoptée très tôt. Certains se rappellent peut-être du rachat hostile en 2000 d'un autre américain, Warner-Lambert, et de sa pépite l'anti-cholestérol Lipitor. L'opération avait déjà dépassé à l'époque les 100 Mrds $ ! Puis il y a eu l'acquisition de Wyeth en 2009 moyennant 68 Mrds $. Cette deuxième mégafusion avait permis à Pfizer d'asseoir un peu plus ses positions notamment dans les vaccins et dans les biotechnologies. Aujourd'hui, Pfizer réenclenche un même processus avec toujours le même prétexte : la consolidation d'un portefeuille de produits pour contrecarrer de douloureuses pertes de brevets, comme celle de son Lipitor. Une autre interprétation, plus financière, parcourt la presse économique mondiale : l'Américain disposerait d'énormes liquidités engrangées à l'étranger, qu'il ne veut pas rapatrier aux États-Unis pour des raisons fiscales.

Autre dossier tout frais : une OPA hostile à plus de 45 Mrds $ sur Allergan et son Botox, avec aux commandes le Canadien Valeant.

Cette frénésie illustre bien le constat du cabinet d'études américain spécialisé en fusions et acquisitions Dealogic. Lequel annonce que le total des transactions dans la pharmacie s'élève à 144 Mrds $ depuis le début de l'année ! Ce serait le plus haut niveau enregistré depuis cinq ans.

 

« Pfizer est prêt à mettre 100 milliards de dollars sur la table pour acquérir AstraZeneca. »

Bienvenue !

Vous êtes inscrit à la news Industrie Pharma

Nous vous recommandons

Proconseil : Libérez l'homme augmenté !

Proconseil : Libérez l'homme augmenté !

Les chroniques de Gilbert Lippmann - président de Proconseil L'émission Cash Investigation d'Elise Lucet : « Travail : ton univers impitoyable » nous a tous interpellés. Elle évoque notamment les[…]

01/12/2017 | Santé publiqueFILIÈRE
Inato lève 1,3 M€

Inato lève 1,3 M€

Pep-Therapy lève 1,2 M€

Pep-Therapy lève 1,2 M€

Roche rachète Viewics

Roche rachète Viewics

Plus d'articles