Nous suivre Industrie Pharma

Grand remaniement chez Novartis

Aurélie Dureuil

Sujets relatifs :

, ,

Avec le laboratoire suisse en chef d’orchestre, Novartis, GSK et Eli Lilly ont amorcé un grand remaniement de leur portefeuille.

En ligne avec sa stratégie initiée mi-2013 de revoir son portefeuille, Novartis a annoncé le 22 avril un recentrage de ces activités sur ses « trois divisions principales » : Pharmaceuticals, Alcon (soin des yeux) et Sandoz (génériques). Le laboratoire suisse a clarifié l’avenir de ses trois autres divisions. Il cède ses produits Vaccins, à l’exception de l’Influenza, au Britannique GlaxoSmithKline pour 5,25 milliards de dollars (3,8 Mrds €) auxquels s’ajoutera 1,8 Mrd $ en paiements d’étape et des royalties. C’est Eli Lilly qui s’est porté, en parallèle, acquéreur de la division Santé animale de Novartis pour 5,4 Mrds $. Enfin, la division OTC du Suisse fait l’objet de la création d’une coentreprise avec GSK. Dans le même temps, Novartis renforce son activité Pharmaceuticals avec l’acquisition des produits Oncologie de GSK pour 14,5 Mrds $ auxquels s’ajoute 1,5 Mrd $ de paiements d’étape. Au total, après la clôture de l'ensemble de ces opérations et de paiements de taxes, Novartis prévoit de débourser 7,6 Mrds $ en 2015.

L'oncologie de GSK pour renforcer le portefeuille de Novartis

Ces grands bouleversements de portefeuilles à l’initiative de Novartis se traduisent par plusieurs changements de stratégies. Ainsi, le laboratoire britannique, le plus impliqué dans ces opérations, entend « accélérer (sa) stratégie visant à générer une croissance durable provenant largement des ventes et à améliorer le bénéfice à long terme », selon Andrew Witty, p-dg de GSK. Si le laboratoire vend son portefeuille de produits commercialisés en oncologie, l’accord prévoit également que Novartis assume la commercialisation et le développement de ces marques. En outre, Novartis devrait obtenir les droits de l’inhibiteur AKT en phase II de développement et les deux laboratoires ont conclu des droits de partenariat pour la commercialisation des futurs produits de GSK dans cette aire thérapeutique. Andrew Witty avance ainsi le chiffre de 16 Mrds $ de contrepartie financière pour la totalité de ces activités. De son côté, Joseph Jimenez, p-dg de Novartis, s’est félicité de cette opération qui permet de « renforcer notre division Pharmaceuticals et notre activité Oncologie » et « de tirer profit de nos capacités de développement et de commercialisation ».

En parallèle, GSK complète son portefeuille de vaccins avec l’acquisition des produits de Novartis qui conserve néanmoins son vaccin antigrippe, Influenza. Avec cette opération, le laboratoire britannique estime détenir 29 % d’un « marché mondial de 25 Mrds $ qui va croître d’environ 10 % par an dans les 10 prochaines années », selon GSK.

La création d'un leader du Consumer healthcare

Enfin, GSK s’engage avec Novartis dans une coentreprise détenue respectivement à 63,5 % et 32,5 % dans l’OTC. Les deux partenaires vise ainsi la création « d’un leader mondial du Consumer healthcare ». Cette entité affiche des ventes pro forma 2013 de 10 Mrds $ selon Novartis. GSK précise qu’elle aurait une position de leader dans les domaines de la gestion de la douleur, de la santé respiratoire, de l’arrêt du tabac et une position de n°2 dans le domaine gastro-intestinal. Selon Andrew Witty, cette opération devrait permettre entre autres une « complémentarité des positions géographiques » et « une simplification de la supply chain ».

Novartis s’est par ailleurs tourné vers un autre laboratoire d’envergure pour la vente de sa division Santé animale. Elanco, division Santé animale d’Eli Lilly, s’offre donc l’activité du laboratoire suisse pour un montant de 5,4 Mrds $. Une opération qui lui permet d’accéder à la deuxième place du marché mondial de la santé des animaux de compagnie et à la position 2 ou 3 des acteurs pour les autres grandes espèces, selon le laboratoire américain. Lilly s’est également félicité de l’accroissement de sa « présence dans des zones géographiques clés et notamment en dehors de l’Amérique du Nord ». L’activité Santé animale de Novartis a affiché des revenus de 1,1 Mrd $ en 2013 avec un portefeuille de 600 produits et plus de 40 projets en cours. Elle emploie environ 3 000 employés.

Ces opérations devraient être finalisées au premier semestre 2015 et marquer « un tournant historique pour Novartis », selon Joseph Jimenez. Le dirigeant entend ainsi construire « une entreprise de santé prospère » avec des positions de leader dans ses « trois activités principales, à l’échelle mondiale et avec la puissance de l’innovation ». Reste à définir les nouveaux contours du laboratoire qui a enregistré des résultats de 57,9 Mrds $ en 2013 et comptait près de 135 700 employés.

 

Bienvenue !

Vous êtes inscrit à la news Industrie Pharma

Nous vous recommandons

Proconseil : Libérez l'homme augmenté !

Proconseil : Libérez l'homme augmenté !

Les chroniques de Gilbert Lippmann - président de Proconseil L'émission Cash Investigation d'Elise Lucet : « Travail : ton univers impitoyable » nous a tous interpellés. Elle évoque notamment les[…]

01/12/2017 | Santé publiqueFILIÈRE
Advicenne lance son introduction en Bourse

Advicenne lance son introduction en Bourse

Inato lève 1,3 M€

Inato lève 1,3 M€

Pep-Therapy lève 1,2 M€

Pep-Therapy lève 1,2 M€

Plus d'articles