Nous suivre Industrie Pharma

Gouvernement et laboratoires toujours dans le conflit

Cédric Ménard
Les relations entre gouvernement et laboratoires pharmaceutiques ne vont pas dans le sens d'une accalmie. La semaine dernière, devant l'Assemblée nationale, le ministre de la Santé, Xavier Bertrand, s'est vivement indigné contre les « hausses inadmissibles des médicaments non remboursés », allant jusqu'à menacer l'industrie de « nouvelles dispositions juridiques ».
Reste que le ministre, qui tenait ce discours à la suite de la parution d'un article de 60 millions de consommateurs révélant cette tendance, a précisé que des discussions sur ce point avaient été entamées avec les laboratoires, qui, selon lui, ont « fait part de leur accord de principe ». La situation ne serait pas si tendue que cela, du moins sur ce dossier. D'autant que dans le même temps, les députés, réunis autour du PLFSS 2007, ont adopté un article ramenant la taxe sur le chiffre d'affaires des laboratoires de 1,76 % actuellement à 1 %. Le gouvernement fait ainsi volte face après avoir été dans le sens inverse l'an dernier. Ce geste a été suivi d'un autre. Le ministre a annoncé une baisse du remboursement de 41 médicaments. Alors que la Haute autorité de santé avait recommandé un déremboursement total de 89 médicaments au SMR (Service médical rendu) insuffisant. « La HAS est dans son rôle quand elle regarde l'appréciation scientifique. Mon rôle, c'est de tenir compte de la réalité sociale », a justifié le ministre. Pour 48 médicaments, c'est le maintien d'un remboursement à hauteur de 35 %, accompagné d'une baisse de leur prix, qui a été choisi. Pour les 41 restants, le taux est abaissé de 35 % à 15 % sur 2007. Au total, le gouvernement attend de ces baisses de remboursement des économies d'un montant compris entre 70 et 100 millions d'euros en 2007. À comparer à un déficit de la sécurité sociale qui sera bien plus spectaculaire l'an prochain, alors que M. Bertrand a admis que le montant des économies réalisées grâce aux précédents déremboursements, en 2003 (60 médicaments) et en mars 2006 (156 médicaments), n'était à ce jour « pas connu ». Dans le même temps, du côté des laboratoires, on a estimé qu' « il s'agit d'une mauvaise décision car les médicaments déremboursés sont suivis de transferts de prescription vers d'autres produits souvent plus difficiles à utiliser ». Après que le Leem a souligné, il y a peu, que les plans sociaux allaient se multiplier en France dans la pharmacie, Sanofi-Aventis passe à l'acte, avec 500 suppressions de poste dans l'Hexagone. Une décision que le groupe lie directement aux mesures gouvernementales sur le médicament. Laboratoires et pouvoirs publics continuent d'échanger sur un mode conflictuel. D'un côté, le gouvernement continue d'appliquer une recette qu'il utilise depuis des années et qui ne semble pas porter ses fruits. Et de l'autre, les laboratoires “adaptent leur structure” au taux de croissance du marché. Si le Leem et le CEPS viennent d'entamer des discussions pour essayer de sortir de ce schéma et “contractualiser” la politique du médicament en France, on a du mal à croire qu'elles déboucheront, ne serait-ce qu'à moyen terme, sur une véritable nouvelle approche des déficits sociaux.

Bienvenue !

Vous êtes inscrit à la news Industrie Pharma

Nous vous recommandons

Dans les pipelines : Novartis, Janssen, Sanofi

Dans les pipelines : Novartis, Janssen, Sanofi

Phase II positive pour Novartis Le laboratoire suisse a présenté de nouvelles données de phase II évaluant l’iptacopan contre l'hémoglobinurie paroxystique nocturne (HPN), une maladie rare du sang.[…]

18/06/2021 | Johnson & JohnsonSanofi
Covid-19 : Le taux d'efficacité du vaccin de Curevac plombé par l'émergence des variants

Covid-19 : Le taux d'efficacité du vaccin de Curevac plombé par l'émergence des variants

Sevrage tabagique : La biotech montpelliéraine NFL Biosciences lance son introduction en Bourse

Biotech en France

Sevrage tabagique : La biotech montpelliéraine NFL Biosciences lance son introduction en Bourse

Covid-19 : Novavax annonce 90 % d’efficacité pour son vaccin

Covid-19 : Novavax annonce 90 % d’efficacité pour son vaccin