Nous suivre Industrie Pharma

Genopharm et Alkopharm suspendus

A.F.

Sujets relatifs :

, ,

Triste début d'année pour le laboratoire français Genopharm et sa société sœur Alkopharm. Le 20 décembre, l'Agence nationale de sécurité du médicament et des produits de santé (ANSM, anciennement appelée Afssaps) a décidé de les suspendre pour « dysfonctionnements graves, remettant en cause la capacité de ces sociétés affiliées à assurer leurs fonctions d'exportation, d'importation et de fabrication ». 150 emplois sont concernés par cette suspension. La décision de l'ANSM ne serait cependant pas relative à l'affaire du Thiotepa, dans laquelle Genopharm avait été au cœur du scandale. Ce dernier avait été accusé par le laboratoire Riemser, il y a quelques semaines, d'avoir sciemment commercialisé des lots périmés de ce médicament (CPH n°572). Mi-décembre, Genopharm avait à son tour porté plainte contre le groupe allemand pour dénonciation calomnieuse (CPH n°575). Selon l'Afssaps, les insuffisances majeures concernent les activités de fabrication d'Alkopharm et les activités d'exploitation, d'importation et de fabrication de Genopharm. « Dans ce contexte, l'Afssaps a décidé de suspendre l'ensemble des activités autorisées de ces établissements à exercer toute opération d'importation, de fabrication et d'exploitation de médicaments et de rappeler les lots de médicaments précédemment distribués par cet établissement », précise l'agence française. Le rappel des lots est intervenu le 2 janvier. Toutefois, pour les spécialités sans alternatives thérapeutiques, un délai a été accordé aux deux groupes pour « se mettre en conformité ou procéder au transfert des activités pharmaceutiques vers d'autres établissements autorisés ». Soit jusqu'au 20 janvier pour la libération de lots de médicaments non stériles par Alkopharm et jusqu'au 20 avril pour les opérations de fabrication d'Alkopharm et l'exploitation des spécialités de Genopharm. Selon Genopharm, les deux groupes commercialisent actuellement en France 35 médicaments sans alternatives thérapeutiques. « Nous allons former un recours administratif, s'il est rejeté, cela signifiera une cessation d'activité pour Genopharm et Alkopharm », a indiqué Valery Monin, président de Genopharm à l'AFP.

Bienvenue !

Vous êtes inscrit à la news Industrie Pharma

Nous vous recommandons

Chloroquine/Covid-19 : « Je plaide pour son utilisation immédiate, très large, mais sous condition  »

Chloroquine/Covid-19 : « Je plaide pour son utilisation immédiate, très large, mais sous condition »

Créateur du Genopole d'Evry, qu'il a dirigé de 1998 à 2017, Pierre Tambourin nous livre ses réflexions sur l'utilisation de l'hydroxychloroquine dans la traitement du Covid-19. La pandémie de[…]

27/03/2020 | Coronavirus
Les « pharma papers » dénoncent 14 millions de liens d'intérêts

Les « pharma papers » dénoncent 14 millions de liens d'intérêts

Patrick Hibon de Frohen : Nouveaux métiers ou mutations et évolutions des compétences ?

Patrick Hibon de Frohen : Nouveaux métiers ou mutations et évolutions des compétences ?

Bioproduction : Les propositions du Leem pour renforcer la filière

Bioproduction : Les propositions du Leem pour renforcer la filière

Plus d'articles