Nous suivre Industrie Pharma

Génériques : Ranbaxy mise sur une croissance exponentielle du marché français

Sujets relatifs :

,
Ranbaxy Pharmacie Génériques, ex-RPG Aventis, affiche des objectifs "agressifs" depuis son passage en janvier dans le giron de Ranbaxy pour un montant estimé entre 70 et 80 millions de dollars. La filiale française du numéro un indien de la pharmacie vise en effet une place de troisième fabricant de génériques en France d'ici à 2008, selon son directeur général Thierry Hoffmann. RPG occupe aujourd'hui la cinquième place avec un chiffre d'affaires de 55 millions d'euros fin 2003.
Au-delà d'une croissance "naturelle" fondée sur l'actuel portefeuille de molécules de RPG (cardio-vasculaire, anti-infectieux, gastro-intestinal, rhumatologie, neurologie, antalgie), le laboratoire indien table sur le passage dans le domaine public d'une trentaine de blockbusters à l'horizon 2006, à commencer par l'oméprazole, le zolpidem ou le captopril. Par la suite, le groupe compte alimenter sa croissance via des "génériques plus", c'est-à-dire des molécules connues proposées dans des formes galéniques optimisées. Tandis qu'à plus long terme, le territoire français pourra servir de tremplin pour le lancement de produits issus de la recherche de Ranbaxy. Dotée d'une équipe de 900 chercheurs en Inde, la compagnie compte déjà une molécule en phase II de développement dans le domaine de l'incontinence urinaire, et deux produits en phase I (respiratoire et antibactérien). En 2004, elle prévoit d'ailleurs d'investir 7 % de son chiffre d'affaires en R&D. Selon Thierry Hoffmann, le marché français des génériques a connu deux étapes décisives ces dernières années avec le droit de substitution accordé aux pharmaciens en 1999 et la négociation de prescriptions en DCI contre une consultation à 20 euros pour les généralistes en juillet 2002. Ces deux événements, qui ont contribué à faire décoller le marché autour de 900 millions d'euros fin 2003, justifient aujourd'hui une implantation de Ranbaxy en France. « Nous estimons que le développement sera encore très rapide dans les trois à quatre prochaines années et que le marché français des génériques aura doublé de taille d'ici à 2005 », ajoute Th. Hoffmann. Vers un transfert partiel de la production en Inde dès 2006 Si Ranbaxy affiche des objectifs ambitieux, il se veut néanmoins rassurant pour les salariés et les partenaires actuels de RPG. Conscient que l'arrivée d'une société indienne sur le territoire français « cause beaucoup d'inquiétude et de doutes », Thierry Hoffmann a ainsi affirmé qu'il n'y aurait « aucun licenciement au sein de RPG » et que la qualité des produits sera « irréprochable, au-delà des standards de la pharmacie ». Pendant au moins trois ans, la société compte s'appuyer sur les accords signés par l'ancienne filiale de génériques d'Aventis et poursuivre la stratégie de production et de distribution des médicaments d'Aventis. Mais, à partir de 2006, la production, qui se fait exclusivement en Europe, va partiellement migrer vers l'Inde. A moyen terme, 40 % des molécules proposées par RPG seront produites en Inde qui reste encore « le meilleur pays où produire » selon Peter Burema, directeur Europe, CEI et Afrique de RPG. Et ce en dépit de la montée en puissance de la Chine avec des coûts de production encore inférieurs. Présent en Europe depuis 1998 avec la création d'une filiale au Royaume-Uni, Ranbaxy s'est ensuite intéressé à l'Allemagne, avec le rachat de Bayer Basics, puis la Pologne. Après la France, le groupe indien envisage de s'implanter en Espagne puis en Italie. Sur l'exercice 2002, Ranbaxy a réalisé un chiffre d'affaires de 780 M$, en croissance de 28 %, pour un effectif de 8 500 personnes. Pour 2003, le groupe prévoit un chiffre d'affaires de 950 M$ (dont 90 % dans les génériques). Le cap du milliard de dollars sera atteint au premier trimestre 2004. *

Bienvenue !

Vous êtes inscrit à la news Industrie Pharma

Nous vous recommandons

Kulminéo, une approche terrain pour booster la performance de l’industrie pharmaceutique

Expertise

Kulminéo, une approche terrain pour booster la performance de l’industrie pharmaceutique

Après 35 années de carrière en industrie et conseils multi-secteurs, Marc Jadot, fondateur et président de Kulminéo, s’est forgé une conviction profonde : « La performance[…]

Chloroquine/Covid-19 : « Je plaide pour son utilisation immédiate, très large, mais sous condition  »

Chloroquine/Covid-19 : « Je plaide pour son utilisation immédiate, très large, mais sous condition »

Les « pharma papers » dénoncent 14 millions de liens d'intérêts

Les « pharma papers » dénoncent 14 millions de liens d'intérêts

Patrick Hibon de Frohen : Nouveaux métiers ou mutations et évolutions des compétences ?

Patrick Hibon de Frohen : Nouveaux métiers ou mutations et évolutions des compétences ?

Plus d'articles