Nous suivre Industrie Pharma

Génériques : L'indien Sun Pharma s'empare du deuxième génériqueur israélien

Sujets relatifs :

,
En difficultés financières, Taro Pharma est repris pour servir de tête de pont américaine à son repreneur indien.
Nouvelle percée des génériqueurs indiens hors de leurs frontières. Après la reprise du français Negma Laboratoires par Wockhardt, il y a deux semaines, c'est au tour de Sun Pharma de s'emparer de l'israélien Taro Pharmaceutical Industries, pour environ 454 millions de dollars (337 M€). Un montant comprenant le rachat de 224 M$ (166 M€) de dettes. Le rachat de Taro intervient après plusieurs mois de turbulences pour le groupe israelien, dont le titre avait été retiré de la cotation à Wall Street fin 2006. Une décision prise par les autorités américaines en raison du retard accumulé par le groupe pour publier ses résultats annuels de l'exercice 2005. Leur audit n'a été bouclé par le groupe qu'en mars dernier, sans que la cotation n'ait repris depuis lors. Taro a dû revoir ses comptes 2005 à la baisse, afin d'intégrer de nouvelles données portant sur les stocks de plusieurs de ses plus importants clients. Une opération contestée par deux actionnaires minoritaires Dans la foulée, la société avait lancé un programme de restructuration prévoyant la suppression de 15 % de ses effectifs, et l'élimination des gammes de produits non-bénéficiaires. Les dernières données publiées par Taro sont ainsi ceux de 2005, soit un chiffre d'affaires de 297 M$ (221 M€) et un résultat net de 5,7 M$. Pour 2006, l'entreprise a déjà prévenu qu'elle afficherait des pertes. Ces rebondissements ont poussé deux actionnaires, les fonds Franklin Advisers et Templeton Assets Management, qui détiennent à eux deux 9 % de Taro, à contester devant la justice le rachat par Sun Pharma. Mais devant cette fronde, le repreneur joue pour le moment la montre, se contentant d'attendre la décision du tribunal. Première acquisition réalisée par un investisseur indien en Israël, cette opération va permettre à Sun Pharma de renforcer sa présence en Amérique du Nord, via les filiales américaines et canadiennes de Taro. Bien qu'israélien, ce dernier réalise en effet 85 % de ses ventes aux États-Unis et 9 % au Canada, contre 5 % en Israel et moins de 1 % dans le reste du monde. Taro apportera ainsi à Sun Pharma, qui ne tire pour le moment que 43 % de son chiffre d'affaires hors d'Inde, une centaine d'ANDA américaines, sans compter 26 autres en cours d'examen par la FDA. Contre 34 pour Sun Pharma présent sur ce marché via sa filiale Caraco. Cette dernière a réalisé l'an dernier un chiffre d'affaires de 117 M$ (87 M€). Autre atout important de Taro pour Sun Pharma : ses usines. L'israélien dispose en effet de deux unités de production secondaire, une au Canada et l'autre sur son territoire national. Pays où il détient aussi des usines de synthèse de principes actifs, dans lesquelles il a investi 225 M$ ces trois dernières années. Sans compter un centre de distribution à New Brunswick (New Jersey). Dans ce domaine, Sun est déjà propriétaire d'une usine à Bryan (Ohio) – reprise à Valeant en 2005 –, d'une seconde à Cranbury (New Jersey) et d'une troisième en Hongrie. Sun Pharma enrichit aussi sa recherche de médicaments innovants Au-delà des génériques, Sun Pharma renforce également sa division Médicaments innovants, domaine dans lequel Taro investi entre 12 et 16 % de ses ventes annuelles. Son composé le plus avancé, T-2000, est un barbiturique non sédatif en phase II avancée au Canada dans le traitement des tremblements. Rappelons que Sun Pharma avait annoncé l'an dernier son intention de séparer sa propre recherche de médicaments innovants (CPH n°329) de celle centrée sur les génériques. Un projet finalisé fin avril avec la création de Sun Pharma Advanced Research Company Limited (SPARC), les génériques restant sous la coupe de Sun Pharmaceutical Industries Limited (SPIL). Le pipeline de Sparc compte actuellement quatre projets, dont le plus avancé est un antiallergique oral de la classe des antihistaminiques. Baptisé Sun-1334H, il est en phase II en Inde et en phase I en Europe. La nouvelle filiale a également pris sous son aile plusieurs dispositifs de délivrance de médicaments conçus par le groupe, dont des inhalateurs à poudre sèche et des implants injectables sous-cutanés. LiC.M.

Bienvenue !

Vous êtes inscrit à la news Industrie Pharma

Nous vous recommandons

Kulminéo, une approche terrain pour booster la performance de l’industrie pharmaceutique

Expertise

Kulminéo, une approche terrain pour booster la performance de l’industrie pharmaceutique

Après 35 années de carrière en industrie et conseils multi-secteurs, Marc Jadot, fondateur et président de Kulminéo, s’est forgé une conviction profonde : « La performance[…]

Chloroquine/Covid-19 : « Je plaide pour son utilisation immédiate, très large, mais sous condition  »

Chloroquine/Covid-19 : « Je plaide pour son utilisation immédiate, très large, mais sous condition »

Les « pharma papers » dénoncent 14 millions de liens d'intérêts

Les « pharma papers » dénoncent 14 millions de liens d'intérêts

Patrick Hibon de Frohen : Nouveaux métiers ou mutations et évolutions des compétences ?

Patrick Hibon de Frohen : Nouveaux métiers ou mutations et évolutions des compétences ?

Plus d'articles