Nous suivre Industrie Pharma

General Electric s'offre Amersham pour 9,5 Mrds $ et crée GE Healthcare Technologies

Sujets relatifs :

,
General Electric (GE) a annoncé le rachat, pour 9,5 milliards de dollars, du britannique Amersham, afin de former un des leaders mondiaux de la médecine personnalisée. GE est déjà fortement présent dans le domaine des appareils médicaux par l'intermédiaire de sa filiale GE Medical Systems, qui commercialise des appareils d'imagerie médicale, des systèmes de monitorage médical et des solutions informatiques destinées aux hôpitaux. Grâce à cette opération, qui intervient quelques jours après la finalisation de l'acquisition du finlandais Instrumentarium (équipement médical), GE complète ainsi son offre médicale avec les deux divisions d'Amersham (voir tableau) : Amersham Health (produits et services pour l'imagerie médicale, et produits de radiothérapie) et Amersham Bioscience (produits et services pour la recherche génétique, protéique et cellulaire ainsi que des produits pour la production biopharmaceutique). Selon le p-dg de GE, Jeff Immelt, « l'acquisition d'Amersham nous permettra de développer notre offre dans l'imagerie moléculaire et de la médecine personnalisée ». Amersham, associé à GE Medical Systems, va devenir une division de General Electric, baptisée GE Healthcare Technologies et basée au Royaume-Uni. A l'issue de la transaction, le directeur général d'Amersham, William Castell, siègera au conseil d'administration de GE et deviendra directeur général de GE Healthcare Technologies, dont le chiffre d'affaires 2003 devrait dépasser les 13 Mrds $. Joseph Hogan, vice-président de GE, continuera à diriger GE Medical. L'opération doit encore être approuvée par les autorités de la concurrence européennes et américaines, et selon William Castell, il y a une forte probabilité pour que la Commission européenne lui donne son feu vert. Amersham est issu de la fusion en 1997 du britannique Amersham International, du suédois Pharmacia Biotech et du norvégien Nycomed. Le groupe possède une trentaine de sites de recherche en Amérique du Nord, en Europe et en Asie. Le groupe américain a précisé qu'il ne prévoyait pas de se séparer de certaines activités d'Amersham : « Nous considérons qu'ils s'accordent bien et qu'ils travaillent bien ensemble », a commenté à ce propos Jeff Immelt. De son côté, William Castel, directeur général d'Amersham, a déclaré que l'intégration d'Amersham au sein de GE lui donnera « les compétences, la puissance commerciale et les ressources financières suffisantes pour amener la prévision médicale, le diagnostic et le traitement personnalisé jusqu'au grand public ». La transaction prévoit le rachat par GE de l'intégralité du capital d'Amersham, par échange d'actions. La direction d'Amersham a déclaré qu'elle recommandera à ses actionnaires d'accepter l'offre de GE, qui propose l'échange 0,4367 action GE contre chaque action Amersham, soit une prime de 45 % pour les actionnaires de la compagnie britannique. GE précise que le prix exact de l'acquisition pourrait varier si le taux de change livre-dollar évolue fortement d'ici à la date de clôture de l'opération. GE a par ailleurs indiqué que la transaction n'aurait pas d'impact négatif sur son bénéfice par action de 2004, hors charges de recherche et développement, et qu'elle aurait un impact positif d'un cent par action à compter de 2005. Le géant américain compte également dégager des synergies de 350 à 400 millions de dollars par an de cette opération d'ici à la fin de la troisième année complète suivant l'achèvement de la transaction. Ces synergies devraient se traduire par une augmentation de 100 à 200 M$ de bénéfice opérationnel par an. En outre, GE table sur des économies de coûts supplémentaires de 300 à 400 M$ par an, grâce à des réductions de dépenses administratives et à une plus grande efficacité dans son fonctionnement. La moitié de ces réductions de coûts pourrait être réalisée au cours de la première année.

Bienvenue !

Vous êtes inscrit à la news Industrie Pharma

Nous vous recommandons

Chloroquine/Covid-19 : « Je plaide pour son utilisation immédiate, très large, mais sous condition  »

Chloroquine/Covid-19 : « Je plaide pour son utilisation immédiate, très large, mais sous condition »

Créateur du Genopole d'Evry, qu'il a dirigé de 1998 à 2017, Pierre Tambourin nous livre ses réflexions sur l'utilisation de l'hydroxychloroquine dans la traitement du Covid-19. La pandémie de[…]

27/03/2020 | Coronavirus
Les « pharma papers » dénoncent 14 millions de liens d'intérêts

Les « pharma papers » dénoncent 14 millions de liens d'intérêts

Patrick Hibon de Frohen : Nouveaux métiers ou mutations et évolutions des compétences ?

Patrick Hibon de Frohen : Nouveaux métiers ou mutations et évolutions des compétences ?

Bioproduction : Les propositions du Leem pour renforcer la filière

Bioproduction : Les propositions du Leem pour renforcer la filière

Plus d'articles