Nous suivre Industrie Pharma

Fusions/Acquisitions/Quel actionnariat futur pour Aventis ?

Sujets relatifs :

,

A l'occasion de la présentation des résultats de Rhône-Poulenc (voir Chimie hebdo N°34, p. 30), son président, Jean-René Fourtou a affirmé que la fusion Hoechst/Rhône-Poulenc se fera bien à parité et non comme l'avaient avancé certains commentateurs financiers sur une base 60 % Hoechst, 40 % RP. En termes de capitalisations boursières, la situation au début de février était la suivante : environ 150 Mrds F pour Hoechst (588 millions d'actions à 39 euros) et un PER de l'ordre de 20 contre 111,5 Mrds F pour Rhône-Poulenc (368 millions d'actions à 46,2 euros) et un PER de 20, soit un écart de 38,5 Mrds F au bénéfice du groupe allemand, mais une évolution plus favorable pour le français, qui devrait se confirmer dans les semaines qui viennent. A noter que les capitalisations boursières des deux autres groupes allemands s'élevaient à la même date à 133 Mrds F pour BASF et à 156 Mrds F pour Bayer. Après les cessions de leurs activités chimiques respectives, Hoechst est celui des deux partenaires d'Aventis qui disposera de l'excédent de cash le plus important qu'il pourra utiliser à sa guise. Le programme des cessions devrait cependant être très serré, sachant que celle de la chimie de Hoechst est loin d'être achevée, mais son regroupement au sein de Celanese-Ticona est un pas décisif vers une simplification des structures facilitant la cession. Quant à la vente des 67 % de Rhodia détenus par Rhône-Poulenc qui doit être réalisée dans les trois ans, " elle n'interviendra certainement pas cette année " a précisé J.-R. Fourtou " le titre étant largement sous-estimé par le marché ". D'autant que la vente en Bourse est " la solution préférée par le management de Rhodia " a indiqué le président de Rhône-Poulenc. Mais la filiale chimique devra auparavant faire la preuve de la réalité de son redressement. Les bons chiffres 1998 de Rhône-Poulenc et ses perspectives de croissance des résultats que J.-R. Fourtou estime à +15 %/an pour le bénéfice net par action au cours des trois prochaines années (hors effet Aventis) augurent bien du succès de la fusion. Elle devrait, a également affirmé le président de Rhône-Poulenc, avoir un effet bénéficiaire pour les actionnaires des deux groupes dès la première année d'exercice d'Aventis. Comme la fusion va entraîner une charge exceptionnelle de 2 Mrds $ en cash sur ce premier exercice et que les cessions de la chimie n'auront pas été finalisées, ni chez Rhône-Poulenc, ni chez Hoechst, ce n'est certainement pas la croissance du bénéfice qui permettra de tenir cette promesse, on s'oriente donc vers une forme ou une autre de distribution de titres aux actionnaires. Une idée qui vient naturellement à l'esprit est celle de l'échange des actions Rhône-Poulenc ou Hoechst existantes contre un nombre, qui reste à définir, de titres Aventis assortis de titres Rhodia ou Celanese. Rappelons qu'avant l'annonce de la création d'Aventis, Hoechst avait fait connaître son intention de distribuer des actions Celanese à ses actionnaires (Chimie hebdo N° 25, p. 1). Avantages du système, l'intégration d'Aventis et la sortie de la chimie s'en trouveraient accélérées, mais les maisons-mères ne bénéficieraient pas du cash généré par les cessions et la parité entre actionnaires de Hoechst et actionnaires de Rhône-Poulenc dans Aventis pourrait ne pas être respectée. En tous cas une affaire à suivre, on devrait en savoir plus après la publication des résultats du groupe allemand. n.

Bienvenue !

Vous êtes inscrit à la news Industrie Pharma

Nous vous recommandons

Chloroquine/Covid-19 : « Je plaide pour son utilisation immédiate, très large, mais sous condition  »

Chloroquine/Covid-19 : « Je plaide pour son utilisation immédiate, très large, mais sous condition »

Créateur du Genopole d'Evry, qu'il a dirigé de 1998 à 2017, Pierre Tambourin nous livre ses réflexions sur l'utilisation de l'hydroxychloroquine dans la traitement du Covid-19. La pandémie de[…]

27/03/2020 | Coronavirus
Les « pharma papers » dénoncent 14 millions de liens d'intérêts

Les « pharma papers » dénoncent 14 millions de liens d'intérêts

Patrick Hibon de Frohen : Nouveaux métiers ou mutations et évolutions des compétences ?

Patrick Hibon de Frohen : Nouveaux métiers ou mutations et évolutions des compétences ?

Bioproduction : Les propositions du Leem pour renforcer la filière

Bioproduction : Les propositions du Leem pour renforcer la filière

Plus d'articles